Entre Baie-St-Paul et Les Escoumins

Nous avons séjourné 2 semaines le long du fleuve St-Laurent entre Baie-St-Paul, en Charlevoix, jusqu’au village Les Escoumins, Haute-Côte-Nord.

La découverte du fleuve et de son immensité pour les enfants. Pour eux, natifs de Montréal, et même pour mon chum, le fleuve, c’était l’eau sale qu’on voit quand on passe par-dessus le pont pour aller voir grand-maman. J’ai veillé à remettre les pendules à l’heure.

Nous avons bien profité du fleuve à marée basse à Baie-St-Paul, l’eau se retire sur une bonne distance! C’est magnifique et c’est, surtout, le royaume des chemins d’eau pour Léo qui s’amuse sans fin à faire des ponts, détourner l’eau de son lit temporaire, faire des écluses et des petits bassins.

Lire la suite

Québec City

Durant notre séjour nomade au Québec, nous n’avons pas d’itinéraire fixe, ni vraiment de plan. Seulement quelques dates pour des rendez-vous et rencontres prévus ici et là durant les six mois que nous passons ici. Une de ces dates importantes étaient une rencontre avec 4 familles intéressées à se rendre au Mexique en petite caravane l’hiver prochain. Se suivre pour se sentir plus en sécurité mais aussi pour avoir des amis avec nous! Nous l’avons constaté durant notre hiver en Floride, les enfants veulent avoir d’autres enfants autour. L’idée nous est donc venue de nous regrouper en petite communauté.

Lire la suite

Nos coups de coeur en Floride

Vous voulez un voyage de découvertes? Avec une faune et une flore quasi tropicale à distance de conduite du Québec. Avec plages, coquillages, palmiers et sable doux. Avec eau limpide et poissons colorés à portée de main. La Floride, c’est tout ça et plus encore. Pas uniquement les parcs d’attraction grandioses et faisant littéralement exploser le budget voyage familial.

C’est en Floride que nous avons faits nos armes pour nos premiers 5 mois de vie nomade, nous en avons fait le tour : constatez-le par vous-mêmes sur notre itinéraire. Nous n’avons pas tout vu pour autant : la Floride, c’est grand. Plus de trois fois la superficie du Costa Rica. Les routes sont plus praticables par contre, faire le tour de la Floride, c’est probablement moins d’heures de route que faire le tour du Costa Rica!

Lire la suite

Avoir du monde autour

Nous trouvons parfois difficile de voyager. Nos repères physiques changent à tout bout de champ. Il faut s’habituer à un tas de nouveautés en passant par la façon de conduire jusqu’au goût du fromage. En voyageant, on s’aperçoit que notre capacité d’adaptation est élastique. Ça s’allonge, ça pète, ça revient.

L’adaptation qui est souvent la plus difficile, c’est la communauté. Ou plutôt, le manque de communauté. Nos repères sociaux. Nos amis. Notre famille élargie. En voyage, tu es de passage, la communauté reste toute relative quand tu restes 2 semaines, ou même moins, à un endroit. On se fait parfois des contacts rapidement! Une rencontre fortuite se transforme en amitié qui se prolonge à travers le temps. Mais… pas toujours. Puis les enfants sont clairement en manque d’amis de leur âge… les familles sont rares dans les campings en pleine année scolaire.

Lire la suite

Wild, lecture d’été.

Un livre trempé traînait par terre sous une table à pique-nique.
Je devais le sauver de la noyade. Je l’ai soulevé délicatement pour ne pas déchirer ses pages déjà suffisamment abimée et je l’ai laissé au soleil toute une journée. Il a tranquillement séché pendant que je discutais avec des amies que nous étions venus rejoindre à l’un de nos campings préférés.

Parenthèse concernant ce camping : un camping génial pour les familles (surtout) avec leurs embarcations à disposition de tous pour parcourir leur petit lac, castor inclus que vous pourrez voir si vous êtes chanceux, des sentiers dans la montagne, une cuisine communautaire, un grand abri en cas de pluie,… Un camping où on semble connaître tout le monde. Un secret qui commence à être assez populaire : pas facile de réserver l’auberge pour une fin de semaine, faut se prendre de bonne heure! Je devrais taire son nom…
Ah pis non, vaut mieux le faire découvrir à tous. On ne peut plus y camper de toute façon : notre motorisé s’est fait refusé l’entrée. Trop grosse, notre Bertha. On s’est donc stationné sur le côté d’une petite route juste avant l’entrée pour se faire plus discret.
C’est Aux berges du lac Castor à St-Paulin. Beaux souvenirs garantis.

Lire la suite

Les joies de Montréal

Nous sommes passés par Montréal 5 jours pour des rendez-vous médicaux, un mariage, des soupers avec des amis (on n’a jamais assez de temps pour ça!!), une fête de finissants du CPE (Charlotte a officiellement terminé le CPE 😉 )  et y faire du vélo.

C’est chez une amie, heureuse propriétaire d’une maison dans Rosemont avec cour, mais sans voiture, que notre gros motorisé a été accueilli! Il la remplissait sa cour!

Dans la cour de Sandrine et Grégory

Dans la cour de Sandrine et Grégory

Elle et son chum ont été assez charmants pour accepter la demande d’Alex de garder les enfants une partie de l’après-midi + un souper + une soirée + une nuit + un matin débuté trop tôt. 5h30, c’est tôt même pour moi alors imaginez pour un couple sans enfant mais qui veut en avoir… J’ai vérifié, le projet bébé tient encore la route malgré nos deux lèves-tôt. Fiou!

Lire la suite

Ce que nous n’avons pas dit

Nous avons eu notre lot d’émotions fortes durant notre home-sitting d’un mois à Pierreville! Je ne vous ai pas tout dit dans ce texte où je vous racontais comment se passait notre première expérience de « gardiennage de maison et d’animaux ». C’est une histoire triste et je ne me sentais pas tout à fait prête, faut croire, à vous en faire part.

Ils avaient deux chiens.
Deux épagneuls. Belle et Bleck. Bleck était aveugle dû à un accident de chasse qui s’est passé il y a 9 ans. Un superbe chien noir qui connaissait par coeur les obstacles de la maison et du terrain où il habitait. Ses maîtres avaient beaucoup investi en temps et en argent pour le sauver et l’habituer à sa nouvelle vie sans vision. Il allait et venait au gré de ses envies sur le terrain et, si vous ne le saviez pas, vous auriez bien pu croire que c’était un chien qui voyait aussi bien que vous et moi. Sauf que, si vous vous trouviez sur son chemin, en silence, il pouvait vous foncer dans les jambes. Il fallait s’annoncer, lui parler, lui faire savoir que nous étions là.

Lire la suite

Deux nuits dans un tout-inclus à Trois-Rivières

J’ai été invité, avec des arguments convaincants je dirais, à rester dans un tout-inclus pendant deux jours et deux nuits à Trois-Rivières. Service personnalisé, intraveineuses inclus.

Comment refuser?
Surtout quand on se fait dire que les antibiotiques pris par la bouche ne feront pas effet et qu’il faudrait donc une opération pour régler le problème. Bon, ok, je tente le coup du 48h sous intraveineuse alors.

Je n’avais jamais été hospitalisée de ma vie…  c’est un abcès à la gorge qui m’aura donné mon premier billet. Ce n’est jamais de gaieté de coeur qu’on reste dans un hôpital. Je les déteste et le mot est faible. Mon choix d’accoucher à la maison est en lien très étroit avec mon antipathie pour tout ce qui tourne autour de notre système médical.

Lire la suite

Du nouveau dans notre profil de voyageurs : le home-sitting

Nous avons fait des échanges de maison, voyagé dans un tout-inclus, voyagé avec nos sacs à dos, participé à un programme de bénévolat à l’étranger, wwoofé, fait du canot-camping, du camping sauvage, loué des chalets et… roulé dans un motorisé.

Mais nous n’avions jamais fait de home-sitting : garder une maison et les animaux pendant que les propriétaires sont en voyage.

Voilà chose faite!
Dans un gite du passant où nous n’avons eu aucun client. De la visite (yé!) mais pas de client. Nous aurions bien voulu tenter l’expérience de nous occuper des clients, les enfants étaient déjà motivés à leur servir à déjeuner mais nous nous apercevons que nous avons bien des dossiers à régler durant notre passage au Québec! Alors, finalement, c’est peut-être aussi bien pour nous que ce soit la saison morte dans le tourisme au gite…

Lire la suite

J’ai tué un cardinal aujourd’hui

Léo a remarqué un oiseau qui sautait de branche en branche, qui ne volait pas, proche des mangeoires ce matin. C’était un cardinal, pas celui que je connais bien qui est presque tout rouge, non, une autre sorte, le cardinal à poitrine rose. Ils sont blanc, noir et ont une poitrine que je trouve plus rouge que rose. Je les trouve très beaux et je ne les connaissais pas avant de venir ici.
DSCF0673

Nous sommes allés voir si nous pouvions l’attraper pour l’aider, lui donner à manger (c’était clairement ce qu’il voulait)… on sait jamais !

Lire la suite