14 au 20 février

14 février
Pas de spécial de St-Valentin pour nous 😉
Nous avions pensé faire une fondue au chocolat mais imaginez-vous donc que les enfants n’y ont plus repensé et, le plus étrange, moi non plus!

Le dimanche, c’est congé sur la ferme. Mais ça fait 2 mois que nous sommes en congé nous! Alors, pas de congé pour les vacanciers, les enfants réclamaient du travail! Nous avons donc nettoyer le jardin au râteau et mis certains déchets organiques dans un gros feu que nous avons alimenté toute la journée. C’est exotique un feu de camp fait de palmier séché 😉 Ça brûle bien le palmier séché! Et c’est bien pour se réchauffer aussi, même durant la journée sous le soleil, il ne fait pas chaud-chaud en Floride. C’est surtout la nuit que la température baisse beaucoup, la différence de température entre le jour et la nuit est importante : aujourd’hui, il a fait 19 sous le soleil de midi et 3 sous la quasi pleine lune. Donc, 16 degrés de différence… Pour fins de comparaison, à Montréal -20 le jour, -28 la nuit (iiiiiiish… ça ne me manque pas ça, je vous l’avoue) : 8 degrés de différence… voyez, la différence est double 😛
Bon blague à part… malgré le fait que nous sommes plus au sud que la majorité des gens qui nous lisent, le soleil prend tout de même son temps avant de nous réchauffer durant la journée. Il semble qu’ils peuvent encore avoir du gel jusqu’à la mi-mars en Floride! J’étais étonnée d’entendre ça…
Bref, après cette parenthèse météo, c’était bien, en ce frais matin, de se réchauffer contre le feu de broussailles, de branches et de palmier. (Et je souhaite un bon feu plein de chaleur humaine à tous les gens du Québec!)

Ta chaleur nous réjouit! Et les enfants qui se mettent en mode enlacement en plus... hhhhhaaaaa!

Ta chaleur nous réjouit! Et les enfants qui se mettent en mode enlacement en plus… hhhhhaaaaa! Ils s’entendent quand même assez bien… la plupart du temps!

Dans un coin plus reculé du terrain, on découvre un pamplemoussier avec des fruits géants prêts à être cueillis. Miam! Quel délice! Il y a aussi des kumquats (Alex est le seul à se régaler toutefois, les autres membres de la famille n’aiment pas ce petit fruit, manger la pelure nous rebute je crois!), des oranges de Séville (très sûre, parfaite pour la marmelade ou des marinades), des citrons (à texture rabotteuse un peu étrange, ce ne sont pas les fruits parfaits qu’on achète au supermarché mais ils sont très juteux… rien à voir avec ceux qu’on achète au supermarché, justement), d’autres variétés d’oranges dont je ne me souviens pas des noms mais délicieuses et très sucrées.

Les plus gros pamplemousses jamais mangés! Et délicieux, miam!

Les plus gros pamplemousses jamais mangés! Et délicieux, miam!

On voit aussi un tattoo… mort 🙁 Moi qui avait mis cet animal sur ma liste de « choses à voir en Floride», j’aurais bien aimé en croiser un vivant en premier lieu!

15 février

On part toujours notre journée avant les autres ici… deux petits réveil-matins qui se sont liés d’amitié avec les coqs d’à côté! Dès que les coqs chantent, nos deux cocos se réveillent. AH! C’est aussi ça la joie de la campagne 🙂
On nettoie le terrain autour de notre campement : un autre beau feu de palmiers pour nous réchauffer! La cendre servira aussi à enrichir la terre.

Nous sommes invités vers 10h à aller rejoindre le proprio et sa copine dans le porche pour un petit get-together bien sympathique. Constatant à quel point notre journée avait commencé de bonne heure, Charlotte s’exclame : « Hey, j’te dis qu’ils en perdent eux-autres des heures de soleil à dormir! »
Même si je ne crois pas qu’ils dorment si longtemps, je me rends compte que j’apprécie me lever tôt finalement! Vive les coqs!

On en apprend un peu plus sur les projets qui seront bientôt mis en branle à la ferme. Ils sont allés chercher des semences et plusieurs peuvent être ensemencées dans la serre et d’autres, directement dans le jardin (malgré les risques de gel??!?). Ce ne sera pas pour aujourd’hui à ce que je crois comprendre. D’autres projets sont plus importants : comme organiser la maison pour de nouveaux wwoofers qui arrivent la semaine prochaine : des québécois! Quoi d’autre pour nous? Hum… ce qu’ils attendent de nous n’est pas encore super clair. Ils nous parlent de tous les projets qu’ils veulent réaliser, c’est comme s’ils voulaient que nous choisissions dans la liste. Je décide de ne pas m’engager pour aujourd’hui. On verra… on va prendre notre temps.

Cueillette des kumquats.

Cueillette des kumquats.

Nous nous activons un peu au jardin. Alex met des ingrédients dans leur machine à pain. Nous cueillons les kumquats pour en faire de la marmelade. Les enfants sont ravis! Dans du sucre, ça passe bien manger de la pelure d’agrumes! 😉 C’est un projet qu’on se réserve pour une journée de pluie annoncée cette semaine.
Nous ramassons aussi les agrumes tombés des arbres, plusieurs sont encore bons. Nous en transformons en jus. Délicieux, ça aussi!

Notre apprentissage de la journée : comment faire pousser des shiitakes!
Je n’avais aucune idée du fonctionnement de cette culture! Il suffit d’inoculer du mycélium dans une buche de bois. Il faut d’abord faire des trous dans une buche (le travail de Léo et Alex), prendre du mycélium avec le poinçon et l’introduire dans le trou (mon travail, aidée de Charlotte et Léo) puis bien colmater le tout avec de la cire (Joseph, le propriétaire, et Alex). Il faut ensuite attendre 9 mois avant la récolte… un peu long, on n’y goutera pas malheureusement! Il faut, j’imagine, entreposer les buches dans un endroit assez humide (ici, les buches sont sous de grands arbres et elles sont arrosées à chaque jour). Je ne dirais pas que c’est simple… mais ce n’est pas si complexe que ça. Et le rendement est assez bon, sachez-le s’il vous prenait l’envie d’avoir une petite business : 10 livres de bois « transformées » en champignon donnent 9 livres de shiitakes. Vous regarderez le prix à la livre des shiitakes la prochaine fois que vous irez faire vos courses!
Je me suis imaginée vendre mes shiitakes bien frais, directement coupés sur la buche, au marché Jean-Talon 😉

Inoculation du mycélium dans la bûche.

Inoculation du mycélium dans la buche.

Recouvrement des trous inoculés par de la cire.

Recouvrement des trous inoculés par de la cire bien chaude.

Et rebelotte.

Et rebelotte.

Le pain d’Alex est prêt et tout chaud, bien moelleux. Miam. Même s’il change de méthode (pain à la main vs pain à la machine), son pain est aussi bon!
Son secret : oublier une tasse de farine dans la recette! Oui, vraiment, 3 tasses de farine plutôt que 4. Bonne façon de faire un pain bien moelleux.
J’vous le disais qu’il ne respecte jamais les recettes!! 😉

16 février
C’est la fin de l’épisode shiitake : quelques quarante buches ont été inoculées. Léo fait les petites étiquettes pour identifier les buches avec les différentes variétés : il est bien content de mettre ses apprentissages en écriture en pratique!

Charlotte plante des graines de cucurbitacées dans des plateaux pour mettre dans la serre.

Les deux sautent avec joie sur la trampoline.

 

Un deuxième tattoo mort est retrouvé sur le terrain par Léo. Il s’exclame en courant vers moi « armadillo! », il connaît le terme anglais!
Décidément, pas de chance ces petites bêtes. 🙁
Il faut dire qu’il y a deux gueules de pittbull sur le terrain qui les attendent. Ils sont bien gentils avec nous et doux mais j’imagine qu’ils ne peuvent pas trop résister à une petite boule qui se promène devant eux. C’est notre hypothèse.

Les pittbulls ont très mauvaise réputation... je n'étais moi-même pas très rassurée d'apprendre que deux chiens de cette espèce vivent sur la ferme! Mais, malgré leur apparence et la grandeur monstrueuse de leur gueule, ce sont deux chiens bien doux que nous avons appris à connaître à la ferme. Nous restons très prudents mais ils ont été bien dressés, sont doux et veulent vraiment nous plaire. Selon les lectures d'Alex, il y a deux modèles de pittbull semble-t-il : des chiens très actifs qui veulent jouer tout le temps et des "couch potato". Les deux différents tempéraments sont présents à la ferme! Ici, celui qui nous apporte des buches (pas des bâtons!) pour qu'on les lui lance, sans relâche.

Les pittbulls ont très mauvaise réputation… je n’étais moi-même pas très rassurée d’apprendre que deux chiens de cette espèce vivent sur la ferme! Mais, malgré leur apparence et la grandeur monstrueuse de leur gueule, ce sont deux chiens bien doux que nous avons appris à connaître à la ferme. Nous restons très prudents mais ils ont été bien dressés, sont doux et veulent vraiment nous plaire. Selon les lectures d’Alex, il y a deux modèles de pittbull semble-t-il : des chiens très actifs qui veulent jouer tout le temps et des « couch potato ». Les deux différents tempéraments sont présents à la ferme! Ici, celui qui nous apporte des buches (pas des bâtons!) pour qu’on les lui lance, sans relâche.

17 février
Ménage du terrain, feu, jardinage, creusage, trampoline… et nourrir les poules.

Ménage matinal.

Ménage matinal.

Des heures de plaisir!

Des heures de plaisir!

Avec un peu d’aide des autres membres de sa famille, Alex tente de chercher un tuyau souterrain pour arranger le système d’arrosage du jardin. Pas de chance! C’est plusieurs profonds trous qui doivent être creusés et encore aucune trace du tuyau! Poursuite demain.

En creusant un trou pour trouver le tuyau, j'ai coupé un mini serpent en trois! :( Quelle brute je fais. Les morceaux du serpent continuait à bouger une fois coupés :/ Les enfants étaient ravis, bien sûr, de voir ça :P

En creusant un trou pour trouver le tuyau, j’ai coupé un mini serpent en trois! 🙁
Quelle brute je fais. Les morceaux du serpent continuait à bouger une fois coupés :/ Les enfants étaient ravis, bien sûr, de voir ça 😛

18 février
On se réveille un peu en catastrophe… Léo trouve une tique sur lui, au petit matin. Il est intrigué par ce qu’il a sur la peau et par chance qu’il a bien observé! Il s’est bien rendu compte que ce n’était pas un grain de beauté! Quelle bébite étrange. Heureusement, en Floride, la maladie de Lyme n’est pas aussi répandue que dans le nord des États-Unis. On sera tout de même vigilant les prochains jours.

Après plusieurs trous creusés dans le sol, Alex a trouvé le tuyau! Il manque toutefois quelques pièces pour terminer le projet d’irrigation… et il faudra creuser encore et encore mais, heureusement, du renfort s’en vient! Deux autres WWOOFers du Québec.
Étant en attente, un autre projet commence : la réparation du poulailler. Un plus grand que ce qu’ils utilisent maintenant.

Ménage de la serre et découverte de plein de jolies coquerelles. J’ai appelé les enfants à la rescousse! Ils les ont ramassées avec beaucoup d’excitation pour nourrir les poules.
En parlant des poules, sur le lot de 25 poussins que Joseph, le propriétaire, a acheté il y a quelques semaines, il n’en reste que 8! Les autres se sont faits prendre par des ratons laveurs probablement…
Et sur les 8, 5 sont des coqs! Pas très pratique pour avoir des oeufs… ni pour bien dormir le matin. Bref, Joseph nous a dit qu’il allait les tuer bientôt. À ma grande surprise, les enfants ont hâte d’assister au spectacle. Je ne suis pas sûre moi…
Mais bon, nous sommes sur une ferme, il faut bien que je me fasse à l’idée. Je mangerai probablement des pâtes quand ils auront du poulet pour dîner.

19 février
Bon voilà, à nouveau des tiques découvertes ce matin : 4 (QUATRE!!!) sur Alex et 1 sur moi. Beurk. Tellement que Alex a failli faire un choc vagal!
On se surveillera à chaque matin et soir dorénavant, les tiques feront parties de notre routine. Et on va couper les herbes hautes sur le terrain. TOUTES les herbes hautes du terrain!!

Alex continue son travail sur le poulailler pendant que je m’occupe de la balançoire de bois que j’ai demandé à Joseph d’installer. Je la nettoie avant qu’il décide où l’installer.

En après-midi, ils m’offrent de venir avec eux pour faire des courses. Wow. Faire les courses entre adultes seulement, je me sens en vacances.

Les québécois arrivent en soirée. Deux jeunes hommes bien sympathiques qui veulent apprendre le métier.

Léo voit une tique marcher sur lui! Allez! tout le monde à l’inspection et à la douche! Et une autre tique sur Léo 🙁
Je pense que je vais arrêter ici de faire le décompte! Coudonc, je vais bien finir par accepter que ça fait partie de la vie sur une ferme par ici. Ça et les coquerelles. J’ai le plaisir de vous annoncer qu’il n’y a pas de no-see-ums par ici! Niet! Il y a des maringouins mais je les tolère avec le sourire puisque, au moins, ils ne passent pas à travers nos moustiquaires!

20 février
Superbe journée! C’est l’été!
Les gars creusent le système d’irrigation et, quand il fait trop chaud au soleil, ils réparent le « chicken coop » (le poulailler). Pour moi, jardinage. Il faut enrichir la terre qui est très sablonneuse, alors on ramasse les feuilles partout sur le terrain et on va les porter dans le jardin. Bien relax, entre un jus d’orange frais et une sieste.

Le poulailler et deux enfants bien contents d'avoir trouvé un petit chariot.

Le poulailler et deux enfants bien contents d’avoir trouvé un petit chariot.

En tout cas, les enfants trouvent toujours de quoi s’occuper sur une ferme…

A bad hair day?

A bad hair day?

Un crapaud profite du petit étang creusé dans le jardin!

Un crapaud profite du petit étang creusé dans le jardin!

Un arbre gigantesque est tombé il y a quelques semaines. Léo s’amuse! J’ai tenté de le suivre mais… non. Et je lui ai demandé de descendre! Tranquillement 😛

4 réflexions sur “14 au 20 février

  1. Toujours heureuse de vous lire, c’est vrai que les pamplemousses mûris sur l’arbre sont tellement délicieux et juteux, un régal.
    il y en a des bébittes sur cette ferme, soyez vigilants 🙂
    Je vous souhaite un peu plus de chaleur. Ayez du bon temps.

Laisser un commentaire