2015, l’année des capsules?

L’humanité fait parfois de bons coups côté écologie. De belles avancées pour essayer de réduire la quantité de nos déchets comme, par exemple, l’abolition des sacs de plastique en Californie (quoique ce n’est pas encore tout à fait réglé malheureusement) et des bouteilles d’eau à San Francisco ou l’instauration du compostage par l’arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie. Puis… des compagnies inventent des cafetières à capsule à usage unique.

Usage unique = des tonnes de déchets et des achats de capsules à la tonne.

La belle affaire. Le cash va rentrer, les actionnaires salivent (mon chum a d’ailleurs proposé qu’on achète des actions de ces compagnies… NON!). Que ce soit Nespresso, Tassimo ou Keurig, le principe de ces cafetières est une aberration de notre époque. À un moment où la Terre n’a jamais été autant polluée, où on devrait se concentrer à régler les vrais problèmes, des produits vont dans le sens inverse et créent un problème.

Comment te convaincre que ces machines et ces capsules de café sont une très mauvaise idée? Deux angles d’attaque : écologique et économique. Voyons voir les arguments qui te parleront le plus!

Pense à tes sous

Tu as déjà une machine du genre? Ça te coûte plus cher, le savais-tu?Pollutpresso Économique

En marketing, un principe simple : rendre ton acheteur captif.
La tactique : vendre ta machine à bas prix mais vendre les consommables à prix élevé.
Des exemples : les rasoirs et les lames jetables, les imprimantes et les cartouches d’encre, les brosses à dents électriques et les têtes de brosse, le « balai » Swiffers et leurs lingettes.
En anglais, on appelle cette technique « razor and blades ». À cause des rasoirs jetables, bien sûr. Vendre un rasoir, un support à lame à un prix dérisoire (même à perte à certains moments de l’histoire) mais se reprendre avec le prix des lames. Il en fait de l’argent M. Gillette grâce à nos poils.

Petite gorgée, revenons à notre café.
Après quelques recherches, j’ai constaté qu’il y en a à tous les prix des capsules. De 0,50$ pour une capsule d’une compagnie inconnue sur Amazon à 1,75$ au dépanneur près des tours à bureaux du Centre-ville. Pour fin de calcul, mettons qu’on se fixe un budget de 1$ par capsule.

1$ par café avec une capsule contenant 5 grammes de grains moulus (c’est important pour la suite de mon raisonnement, tu vas voir).
C’est moins qu’au Starbuck, j’en conviens.
Mais plus qu’un café fait à la maison. Disons que tu te fais 2 cafés par jour. 2$ par jour x 365 jours par année. 730$ en budget café annuellement.

Méthode conventionnelle. Avec un sac de 454 grammes de café (1 livre) qui coûte, disons, 10$ (bon deal, il est équitable en plus!).
Dans ma machine à café, je mets aussi 5 grammes de café pour faire ça simple (comme dans les capsules, t’sé… vaut mieux ne pas faire de concurrence déloyale sur l’intensité du goût!). Donc, avec mon sac de café et ma machine Breville achetée usagée pour des peanuts sur Kijiji, je peux me faire 90 cafés pour 10 piasses.
En un an, je me fais 730 cafés (j’en bois 2 par jour moi aussi) pour 80$.

Avec 650$ de plus que toi dans mon compte en banque, je peux payer un billet d’avion pour le Costa Rica (il m’en faut 4 en tout mais bon… c’est déjà ça). Pense à ça quand tu feras la file chez Keurig ou Nespresso au prochain temps des Fêtes.

Je t’entends déjà te dire : « Ah oui mais moi je ne les paie pas 1$ mes capsules ».
D’accord, trouve des capsules à 10 sous et tu accotes le prix annuel de mes cafés. Oublie pas : une capsule à 10 sous de café équitable.

Parce que ça, on dirait qu’on n’en parle même plus des coopératives de travailleurs. Le commerce équitable, c’était in dans les années 2000? Ce n’est plus à la mode maintenant?
Vérification faite : Nestlé a créé son propre programme de certification Nespresso AAA Sustainable Quality™, grâce à une série de partenariats public-privé (PPP)… hum…

« D’ici 2013, Nespresso s’engage à ce que 80% de son café soit issu du Programme Nespresso AAA Sustainable Quality™ Coffee, avec la certification Rainforest Alliance. »

D’ici 2013… Nous sommes en 2015. Deux ans plus tard et aucune mise à jour de l’information sur leur site depuis. Je ne sais pas en quoi Fair Trade, le mouvement connu de tous et déjà bien établi, n’était pas satisfaisant pour eux… trop connu? Ils veulent réinventer le genre ou ils ont des critères plus précis? Trop coûteux d’en faire partie ou le café provenant des coopératives certifiées est trop cher? Le fait est qu’ils ont leur propre certification et c’est difficile de vérifier comment leurs exigences se traduisent dans la vie des cultivateurs. Leur programme est en fonction dans 7 pays dont le Costa Rica, je pourrai peut-être le vérifier par moi-même tiens!

« J’utilise des capsules réutilisables et ça fonctionne super bien. »
Parfait! C’est une super alternative. Mais il y a un mais. Si la tendance se maintient, toutes ces machines à café auront un dispositif empêchant les consommateurs d’utiliser les capsules réutilisables ainsi que les capsules provenant de d’autres compagnies, moins chères.
Acheteur captif. Prisonnier de leur machine.
Les actionnaires sont content$.
Faites vos recherches avant de vous faire avoir.

La suite ici : l’aspect écologique qui est, pour moi, le plus important!

Laisser un commentaire