6 mois au Québec : le bilan

Nous devions rester six mois au Québec cette année afin de conserver les droits à l’assurance maladie du Québec. Exigence de la RAMQ.

Six mois, ça peut paraître long et court à la fois.

Trop court pour voir toutes les personnes que je souhaitais voir.
Trop court pour visiter tous les coins du Québec.

Trop long parce que nous sommes arrivés au tout début du mois de mai et il faisait froid et gris… nous partons au tout début du mois de novembre et il fait froid et gris. En motorisé, ce n’est pas super génial. Mais, nous gardons le sourire 😉
Nous avons été choyé par un beau mois d’octobre alors je ne me plains pas mais nous avons tout de même (encore plus) réalisé que la belle saison est bien courte au Québec.

Voyager plus longtemps

Par contre, une fois à tous les 7 ans, il est possible de demander une année d’exemption pour avoir la possibilité de voyager sans suivre cette règle de 6 mois d’absence max tout en continuant à être couvert par l’assurance-maladie québécoise. Demande que nous avons faite cet été, c’est pourquoi la prochaine étape de notre voyage durera 20 mois : 2 mois de voyage en 2016 (novembre et décembre) + 12 mois en 2017 (année d’exemption) + 6 mois en 2018. Donc, retour à la fin juin 2018.

Je l’explique au cas où l’un de nos lecteurs voudrait aussi partir pour une longue période 🙂 Vaut mieux bien prévoir nos dates de voyage pour rester couvert par la RAMQ.

Voilà une des nombreuses démarches qui nous ont occupées durant notre 6 mois québécois. En plus de rendez-vous médicaux qui nous ont retenus plus souvent que je ne l’aurais voulu dans la grande région de Montréal. J’aurais peut-être dû me trouver un podiatre à Rimouski ou à Percé! J’y songerai la prochaine fois que j’ai besoin de nouvelles orthèses. Au moins, la bonne nouvelle, c’est que mes genoux et mes hanches me font moins souffrir alors, à moi les balades sur le bord de mer 😉

Régions visitées

Durant notre séjour, en plus de la grande région montréalaise, nous avons visité l’Estrie, la Mauricie, un peu le Centre-du-Québec, la Capitale Nationale (bien que nous n’en ayons pas fait le tour, loin de là!) et, à peine, les Laurentides.  Le seul « vrai » road trip à ajouter à notre carte a été notre séjour de deux semaines entre Baie-St-Paul et Les Escoumins… c’est à cet endroit que nous avons eu l’impression de voyager un peu plus. Peut-être parce que nous y avons vu le fleuve. Si large qu’il ressemble à la mer…

Je visais une visite au Saguenay, le tour de la Gaspésie, un passage par le Bas-St-Laurent et la Beauce! Mais bon… en réalisant que nous avions aussi bien des trucs à finaliser pour notre santé, le motorisé ou la suite de notre voyage, j’ai un jour réalisé que j’avais des visées un peu trop ambitieuses.

Je pars avec l’impression que nous n’avons pas visité le Québec, nous l’avons à peine effleuré. Dommage, j’aurais bien aimé en faire découvrir toute l’étendue à ma famille. Mais bon, on se reprendra bien un jour.

Quoique… en regardant nos photos, je me rends bien compte que nous en avons passé de bons moments. Même si ce n’est pas dans les quatre coins du Québec!

Fins prêts!
Petite nervosité d’avant départ.
Faut pas oublier ci, faudrait bien acheter ça, prendre un dernier rendez-vous, ah! et puis annuler le cellulaire! Bon alors, on va où pour commencer notre périple aux États-Unis? On passe par où? Le premier arrêt?

Je commence à avoir hâte de partir…  après avoir passé la frontière (dans 3 jours!!!!!), il n’y aura plus de rendez-vous, plus de paperasses (en tout cas… moins!), plus de « faudrait bien qu’on fasse ça avant de partir! ». Quoique ma liste « to-do » est déjà bien dégarnie… après une écoeurantite aigüe de voir ma liste toute griffonnée que je traînais avec moi quasi jour et nuit depuis des semaines (et j’exagère à peine 😉 ), Alex et moi avons volontairement mis des trucs de côté en les jugeant, finalement, non-essentiels ni à notre survie, ni à notre voyage : 3-0 dans ma joute contre le perfectionnisme! J’ai accepté que c’est un « work-in-progress« , que ce sera probablement tout le temps le cas. Qu’il n’y aura pas de moment où nous aurons terminé. Ça ne fait que commencer…

Une fois la frontière passée, il y aura un petit soupir de soulagement.
« Yé! On est passé au travers de notre 6 mois de fous à gérer des listes to-do tout en étant nomades! » 😉

Une petite tristesse aussi… c’est dur de laisser des gens derrière nous. Surtout pour 20 mois.
xxx

Un aperçu de nos 6 mois en photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 réflexions sur “6 mois au Québec : le bilan

  1. Alors je vous souhaite plus qu’un excellent voyage!!! Savourer toute cette liberté!!! Même si mes choix sont un brin à l’opposé des vôtres, c’est très inspirant pour aider à les vivre entièrement et complètement! Toutes ces expériences sont reliées entre elles. Ça va me faire encore tellement plaisir de vous revoir, et ce même, peut-être en voyage!!!

Laisser un commentaire