Great Harbour Cay

Une plage parfaite du côté est de l’ile, un ancrage avec une super protection de l’autre. Un endroit parfait pour un deux semaines relax pour nous permettre de nous habituer à notre nouveau mode de voyage. Nous avons besoin d’un peu de temps pour nous ajuster… Alex était prêt à jeter l’éponge il y a un peu plus de 2 semaines à Bimini et j’ai insisté pour que nous essayions encore un peu. « On n’a pas fait le tour de la question », j’ai dit. J’ai aussi dit que j’avais une tête de cochon et que je n’allais pas abandonner aussi facilement… 😛  Lire la suite

La traversée du Great Bahamas Bank

Après la traversée du Gulf Stream, ça me stressait un tantinet moins de traverser le grand banc mais, tout de même, nous avions 85 miles nautiques devant nous soit 10 miles de plus que pour venir de la Floride jusqu’aux Bahamas.

Aussi, nous nous étions pas mal moins informés sur cette traversée… je ne l’avais pas oublié toutefois mais bon, mon esprit est ainsi fait : je m’informe sur les défis imminents et j’en oublie un peu ceux à venir. Un jour à la fois, non?

Ce qu’on appelle un « Bank » (ou banc pour la traduction française) est une étendue d’eau peu profonde sur une plateforme de roche : 15 à 20 pieds environ sur toute sa superficie, en comparaison à 2 000 ou 3 000 pieds. (Voir sur Wikipedia pour plus de détails!) C’est peut-être ce qui fait que c’est un peu moins inquiétant que de traverser le Gulf Stream : les vagues ne peuvent pas être gigantesques puisqu’elles ne peuvent pas vraiment se former en profondeur. Toutefois, si la météo n’est pas clémente, les vagues deviennent ce que nous appelons dans notre « franglais » marin courant : choppy, soit courtes et pointues. Avec notre catamaran, du « chop », ça se prend mal : si une coque lève avant l’autre sous l’effet de la vague, ça ne rend pas le mouvement agréable. Nous préférons les vagues longues et, idéalement, peu élevées mais ça… pour l’instant, nous avons été chanceux alors, on va continuer à viser de la météo avec des vagues longues et basses! Lire la suite

Derniers jours à Bimini!

Je sais je sais, nous sommes partis de Bimini depuis une semaine, vous avez déjà lu 2 textes et vu bien des photos sur cette destination mais je ne peux m’empêcher d’écrire un petit mot et d’ajouter quelques photos concernant nos derniers jours sur cette île! C’est que je les ai appréciés nos derniers moments là-bas! J’aime vous partager mes états d’âme massacrants (comme ici ou ici… par exemple 😉 ) mais aussi mes beaux moments, bien sûr.

J’ai fini par me sentir mieux dans mon corps suite à une consultation chez le docteur concernant mes douleurs aux muscles et articulations (je lui ai aussi mentionné que j’avais eu des plaques rouges sur toute ma peau exposée au soleil quelques jours avant). Son verdict : allergie au soleil. Je suis étonnée que le soleil me fasse cet effet aux muscles et articulations mais elle est certaine qu’il y a un lien : inflammation. Je prends donc quelques doses d’anti-inflammatoires et je me sens rapidement beaucoup mieux. Yé! Lire la suite

Toutes les raisons sont bonnes…

On dirait que les astres s’alignent pour que nous ne quittions pas Bimini! L’Univers a dû prévoir autre chose pour nous…

Premièrement, comme j’en parlais ici, des plaques rouges me sont apparues sur tout le corps. Heureusement, elles ont fini par disparaître après quelques journées à m’absenter du soleil. Pas de plage pour moi. Je ne sais toujours pas si c’est une réaction au soleil ou non mais c’est ma meilleure théorie. Le soleil est très fort dans cette partie du monde au printemps et à l’été : indice UV de élevé à très fort. Il semble que ce soit possible que le corps réagisse durant ces premières semaines de printemps : 10 à 15% des gens seraient affectés. Je ne l’ai jamais été mais, qui sait, je n’ai jamais été à ces latitudes en mai non plus. Je me suis donc acheté un chandail avec protection UV (« rashgard« ) à manches longues et de la crème solaire FPS 50! Je n’aime pas mettre de crème solaire (qu’est-ce qui est plus cancérigène : le soleil ou les produits chimiques dans la crème???) mais vaut mieux prendre des précautions! Lire la suite

Bimini

Les voiliers ne s’attardent habituellement pas ici.

C’est le royaume des bateaux à moteur, des pêcheurs, des mega-yatchs et des riches touristes blancs venus passer 2 ou 3 jours au Hilton grâce au Ferry super-rapide à partir de Fort Lauderdale ou Miami. Le nord de l’ile est en effet occupé par un méga resort et une banlieue préfabriquée avec piscine « infinie » et gazon arrosé à l’eau désalée à grand coup de filtre à osmose.

Nous sommes d’ailleurs présentement ancrés au beau milieu d’une prochaine zone de développement où les petites maisons toutes pareilles pousseront bientôt. Lire la suite

Traversée vers les Bahamas

Nous étions stressés. Avec environ 50 miles nautiques d’expérience, étions-nous prêts pour faire cette traversée? Probablement pas aux yeux de la plupart. Nous devions partir des États-Unis (notre séjour de 6 mois se terminant), Alex se sentait en confiance avec notre bateau (même s’il était nerveux), nous nous étions vraiment bien informés, plusieurs nous avaient aussi dit que ce n’était pas si périlleux que ça (« Sailing is not rocket science, it’s pretty simple! », « People cross the Gulf Stream all the time, even in Kayak! », « A few hours and it’s done! », « You see the big white material piece there? You just put it up the mast and you go! » ), nous avons observé la météo et les prévisions de vent. Tout semblait OK. Alors, let’s go, on y va. Lire la suite

40x Je t’aime!

Il y a quelques jours tu m’as dit : « Je ne pensais jamais que j’allais célébrer mes 40 ans sur l’eau dans un bateau avec ma famille! » Hé oui, nous y voilà donc, à célébrer tes 40 ans sur l’eau dans notre catamaran!

Bonne fête à mon capitaine, mon handy-man, mon musicien, mon découvreur, mon philosophe, mon idéal de papa et mon amoureux !!! xxx

J’ai bien essayé d’écrire sur tes 40 facettes pour célébrer cet événement… mais en voici 7, pour te rendre hommage, à ma façon. Lire la suite

Il y a une fin aux travaux sur un bateau?

Concernant le bateau, nous rénovons encore, finalisons des projets et en laissons aussi tomber qui ne sont finalement  pas essentiels à notre survie.  On essaie de se simplifier la vie au maximum pour gagner du temps. Il faut quitter les États-Unis d’ici le 1er mai (pour respecter notre visa touristique de 182 jours)… ça laisse peu de temps mais, je reste confiante, nous trouverons des solutions. J’ai déjà quelques idées en tête de plan B, C, D…

Notre bateau est maintenant notre maison. Nous nous sommes habitués à y vivre, nous nous y sentons chez nous. Notre petit nid flottant et douillet. Même si ma langue fourche parfois et, quand je veux parler de notre « maison », je dis encore « le motorisé ». Lire la suite

La folie Lego

La folie Lego règne chez nous depuis plus d’un mois maintenant.
Mais, bien sûr, ils ne jouaient pas à la « Boat Yard » lorsque c’était super difficile les occuper toute une journée… soupir.

En fait, ils avaient délaissé leur bac Lego depuis que nous étions en motorisé. Tellement que je me demandais même si je l’apportais dans le bateau! Peut-être à cause du manque d’espace sur la table dans notre Bertha, mais ils se sont  bien vite aperçus que le bateau pouvait régler ce problème. Et oui, ils n’ont commencé à avoir cette obsession qu’une fois arrivés sur l’eau : la table est plus grande et ils peuvent laisser leur tas de pièces et leurs constructions sur place. Comme dit Charlotte : la table est infestée de Lego. Sur une section qui est inutilisable par les grands de toute façon, on ne peut pas s’y asseoir puisque le plafond y est trop bas. Lire la suite

Brasser d’la marde

Brasser d’la marde, au propre comme au figuré.
Oui, les deux. Voici comment, en deux temps.

Au propre : la toilette compostable

Modèle : Nature’s Head. Valeur de 1000$ US.
Testée depuis 3 semaines.

Nous en sommes plutôt satisfaits, disons que nous ne changerions pas pour un système de toilette marine avec réservoir et tout le bataclan! Tous les gens rencontrés à qui nous parlons de notre toilette compostable nous disent que c’est vraiment moins chiant que de se faire « pomper » le réservoir marin. Ne l’ayant jamais fait, je peux simplement supposé que ça doit effectivement être parfois frustrant de devoir déplacer tout un bateau pour aller à une station de pompage. (Ici, c’est par contre un bateau qui se déplace et qui pompe mais il faut prendre un rendez-vous, l’attendre,…) Lire la suite