Autonomie : 5 jours et 5 nuits (du 29 mars au 3 avril)

En quittant le camping de Stephen Foster, nous n’avions ni réservation ni plan très clair de ce que nous voulions faire. Nous nous sommes même questionnés à savoir si nous retournions à une ferme pour 3-4 jours… je les ai contacté mais non, ils n’acceptaient des gens que s’ils restaient 3 semaines. « Ah non, désolée, le printemps nous attend au Québec. » Et puis, pour tout vous dire, j’avais bien envie de retrouver une vie de famille alors ça faisait mon affaire 😉

Nous nous sommes dirigés encore un peu plus vers l’ouest de la Floride, ce qu’ils appellent la « panhandle » (la poignée de la poêle!) puisque nous avons une réservation pour célébrer les fêtes des deux gars de la famille dans ce coin-là. Nous nous y rendrons tranquillement.

On passe par Tallahassee. La capitale de la Floride. Nous n’avons pas vraiment de raison d’y arrêter sauf pour quelques courses, il fait beau, on veut se baigner. Je pars à la recherche d’une source, nous adorons les sources! Wakulla Springs. Il s’agit plutôt d’un lac cette fois-ci avec l’eau claire qui distingue les sources… bien que l’eau est un peu moins claire que certaines autres sources visitées. L’eau est à 72F environ et on peut voir de gros poissons et des tortues pendant qu’on nage!

Alex en profite pour sauter dans l’eau à partir de la plateforme qui est haute de plusieurs mètres! Léo saute du 2e niveau et moi, je me contente de sauter à partir du quai 😉

À un certain moment, tout le monde sort de l’eau : des nageurs ont aperçu un alligator! Je savais qu’ils n’étaient pas très loin sur la rivière en aval et je me disais bien que ça devait être possible qu’ils se trouvent à la source aussi! Ouf… nous n’étions pas dans l’eau à ce moment-là et, heureusement, personne n’a été attaqué devant nos yeux. Mais nous l’avons observé, de loin, c’est discret un alligator dans l’eau… rien pour me rassurer.

Bon allez! On s’en va! Après deux jours ici, il est temps d’aller vers une autre aventure. En plus, nous dormons dans un Walmart bruyant depuis les 2 dernières nuits (tout près des systèmes réfrigérants) et, bien que c’est l’emplacement le plus pratique pour être à la source dès l’ouverture puisque c’est tout près, j’espère trouver plus tranquille pour mieux dormir! Destination : un autre Walmart… pas de chance, cette fois-ci ce sont des jeunes en pick-up « jackés » avec système de son dans le tapis qui me réveillent 😉

La pluie s’annonce le lendemain, on en profite pour aller au Musée de Tallahassee qui est pas mal plus un zoo/refuge qu’un musée tout compte fait. Des animaux de la Floride, principalement, mais dans leur habitat naturel, ce qui est déjà ça, même s’ils sont clôturés.

L’endroit est magnifique avec un lac, des cyprès gigantesques et majestueux. Les enfants adorent regarder les animaux et, surtout, les trouver dans leur enclos à la végétation débordante! Mais, y’a rien à faire,  je n’aime pas les zoos. La partie musée est plus petite que je pensais. De vieilles bâtisses ont été déplacées jusque là pour reproduire une ferme datant de la fin du 19e siècle. En fait, ce terrain était une ferme à l’époque et certains bâtiments d’origine s’y trouvent toujours. Il y a aussi une maison provenant d’une plantation de coton avec une cabane pour héberger les esclaves, à l’époque où, dure leçon d’histoire pour les enfants, certaines personnes achetaient d’autres personnes. C’est de l’incompréhension que je vois dans leur regard alors on passe rapidement sur ce pan de l’histoire des états du sud. On y reviendra. En tout cas, on trouve notre motorisé très luxueux tout à coup.

Nous y passons la journée en prenant notre temps. Très peu de pluie finalement! Les enfants aiment voir les animaux et en redemandent. Fait cocasse : Alex porte un chandail de la même couleur que les employés du parc. Dès que le léopard l’aperçoit (le seul animal qui n’est pas natif de la Floride, il est un invité temporaire), il s’approche de nous! Il pense que son lunch approche, probablement. Il déchante assez vite lorsqu’il aperçoit les lunettes d’Alex. « Ah non, mon lunch n’a pas de lunette habituellement… »

Nous préparons le souper dans le stationnement du musée qui se trouve dans le bois. Superbe endroit. Oui oui, j’en suis venue à trouver des stationnements beaux! Pathétique de même. En prime, il y a un bac à recyclage gigantesque où nous pouvons enfin nous débarrasser du contenu du nôtre! Finalement, les autos quittent le stationnement une à une. C’est calme et aucune affiche n’indique que le stationnement de nuit y est interdit… L’idée nous prend de passer la nuit là. Nous hésitons un peu, nous sommes encore un peu hésitant Alex et moi dans ces situations mais nous nous décidons et nous osons. Au pire quoi? On se fera dire de bouger.
Finalement, zéro problème.
Nous n’avons tout de même pas tenter le diable par la queue et avons quitté dès l’arrivée des premiers employés le lendemain matin. Question de ne pas gâcher ce beau souvenir et cette belle nuit reposante par un « c’est-un-stationnement-privé-ici-pas-un-camping »!

Le lendemain, encore de la pluie au menu. Merci aux publicités Facebook de m’avoir mis sur la piste des ateliers gratuits de Home Depot! Je me disais justement que les enfants aimeraient fabriquer quelque chose de leurs mains. Ti-kit + outils + colle à bois = deux cabanes à papillons. (On aurait préféré une cabane pour oiseau mais bon… on verra si les cabanes à papillons auront du succès dans le jardin de grand-maman!)

Nous « boondockons » depuis 4 nuits, le réservoir d’eau potable est presque vide, les autres réservoirs, presque pleins. Nous n’aurons pas tellement le choix d’aller dans un camping bientôt. Je pars à la chasse : rafraîchissements frénétiques de la page des disponibilités des State Parks à proximité de la mer et dans les environs, en attente d’une annulation de dernière minute. Ça y est! 3 nuits à St-Joseph Peninsula State Park. 

Bord de mer et coucher de soleil sur le Golfe du Mexique nous attendent dès le lendemain. La vie fait bien les choses!

Comme dernière nuit avant notre nouvelle réservation, nous allons à la Apalachicola National Forest près de Sopchoppy (fallait que je l’écrive, j’adore ce nom de ville! Très mignonne d’ailleurs la petite ville.) où un terrain de camping gratuit se trouve. Wood Lake Campground, qui est aussi un camp de chasse, il y a donc un espèce de machin pour tenir l’ours que tu viens d’abattre avec des crochets pour le suspendre et des chaines rouillées. Nous restons prudents, il y a, apparemment, des ours à cet endroit. « Les enfants, si vous voulez jouer dehors, vous attendez qu’on puisse y aller avec vous! » À part cet artefact très peu invitant, l’endroit est magnifique sur le bord du lac, des petits poissons amusent les enfants longuement. Vous savez ce qui nous manque en Floride? Un bateau!!

Le lendemain, en route vers la mer après avoir battu notre record de la plus longue durée en autonomie : 5 jours et 5 nuits. Avec l’énergie solaire de nos trois panneaux comme seule électricité, l’eau de notre réservoir et la quantité quasi-maximale de m**** dans notre autre réservoir! Ce dernier étant probablement l’aspect nous limitant le plus, nous opterons probablement pour une toilette compostable un de ces quatre! On peut trouver de l’eau potable un peu partout, mais   un endroit où faire la vidange, c’est moins facile.

Prochain épisode : notre semaine à la Péninsule St-Joseph!

2 réflexions sur “Autonomie : 5 jours et 5 nuits (du 29 mars au 3 avril)

  1. Toujours intéressant de te lire, il faut être prudent avec les animaux !!! et je suis sûre que les papillons vont adorer la petite cabane 🙂

Laisser un commentaire