Avoir du monde autour

Nous trouvons parfois difficile de voyager. Nos repères physiques changent à tout bout de champ. Il faut s’habituer à un tas de nouveautés en passant par la façon de conduire jusqu’au goût du fromage. En voyageant, on s’aperçoit que notre capacité d’adaptation est élastique. Ça s’allonge, ça pète, ça revient.

L’adaptation qui est souvent la plus difficile, c’est la communauté. Ou plutôt, le manque de communauté. Nos repères sociaux. Nos amis. Notre famille élargie. En voyage, tu es de passage, la communauté reste toute relative quand tu restes 2 semaines, ou même moins, à un endroit. On se fait parfois des contacts rapidement! Une rencontre fortuite se transforme en amitié qui se prolonge à travers le temps. Mais… pas toujours. Puis les enfants sont clairement en manque d’amis de leur âge… les familles sont rares dans les campings en pleine année scolaire.

Notre séjour au Québec nous permet de faire le plein de contacts humains.

Depuis la fin de notre séjour au gîte, nous parcourons le Québec pour visiter des amis de longues dates et des amis voyageurs.

  • Piscine avec vue

    Piscine avec vue

    Quelques jours à Bolton-Est en Estrie dans le domaine d’amis voyageurs rencontrés en Floride. Ils partiront eux-aussi à la découverte de l’Amérique dès le 1er novembre prochain! J’aimerais bien les croiser là-bas…
    Leur coin de pays est magnifique avec la vue qui s’étend jusqu’à JayPeak, la rivière avec quelques rapides et des bassins où se baigner, la montagne où faire des randonnées. Ils ont plein de beaux projets sur leur terrain et Alex a pu les aider un brin avec la chainsaw… ce sera peut-être partie remise au courant de l’automne à venir!
    Nous avons adoré jaser avec eux et découvrir cette belle région!
    Les enfants, eux, ont adoré leur piscine 😉

  • Parenthèse à Montréal qui nous a permis de revoir plein de gens qui nous manquent! Autant à nous qu’aux enfants.
  • Quelques jours chez ma cousine à St-Mathieu-du-Parc, en Mauricie, qui revenait de l’Inde avec un beau teint basané, des souvenirs plein la tête et de belles aventures à raconter.  J’ai une relation amour-haine avec l’Inde… mais en l’écoutant décrire son voyage, je me suis rappelée que c’est un pays rempli de contraste, magnifique dans toute sa laideur.
    Les enfants ont adoré jouer avec leurs (grands) petits-cousins! Nous ne les avions pas vus depuis 1 an et tous ces mois sans les voir a fait toute une différence dans leurs relations mutuelles : ils jouent maintenant les 4 ensemble. Les miens ne sont plus trop petits pour les suivre. Génial! À moins que ce ne soit les voyages en eux-mêmes qui leur ouvrent de nouvelles possibilités??
  • Quelques jours chez notre amie mosaïste Roxanne qui fait des merveilles dans son atelier de St-Élie de Caxton, en Mauricie. Il n’y a pas que Fred Pellerin, des traverses de lutin et un arbre à paparmane à St-Élie! Non. Il y a aussi notre amie, artiste mosaïste, et beaucoup d’autres artistes et artisans.
    Sans oublier ses deux rayons de soleil : Félix et Maya-Rose!
    Félix nous a bien aidé, sans le savoir, dans des moments plus sombres de l’apprentissage à la maison de Léo : c’est lui qui nous a donné l’idée de mettre le livre de Harry Potter dans les mains de Léo. Félix est un avide petit lecteur de 8 ans dévorant tout ce qu’il trouve. Harry Potter a été dans ses premières lectures et, voyant que notre Léo s’intéressait très peu aux petits romans de « son âge », Alex a pensé lui mettre un roman « pas de son âge » dans les mains. Bingo!

    Halte-garderie temporaire mais à recommencer!

    Halte-garderie temporaire mais à recommencer!

    Même s’il connaissait l’histoire deux fois plutôt qu’une (j’ai lu ce livre aux enfants durant notre séjour à la ferme et nous avons écouté le film en famille), Léo a lu son premier roman en deux mois : Harry Potter à l’école des sorciers. Lors de notre visite, Félix a prêté à Léo le deuxième roman qu’il a lu  : un Geronimo Stilton épais comme ça (hors-série). Merci Félix pour ton appétit pour la lecture qui nous inspire!
    Maya Rose, son deuxième petit rayon de soleil de 18 mois, avec qui nous avons pu transformer notre motorisé en halte-garderie le temps d’une matinée 😉
    Comme c’est agréable d’avoir une quantité infinie de sourires dans notre petite maison!

  • Rendez-vous au Lac Castor pour une rencontre surprise avec nos anciennes voisines et amies! Toujours agréable de les voir. Nos enfants sont des amis de toujours qui se retrouvent.

Une tournée en Estrie s’est ensuite amorcée!
Une région coup de coeur pour moi. Depuis toujours.

  • Nous sommes passés tout près d’un village qui m’inspire avec sa communauté animée, St-Camille, pour y rencontrer la famille derrière 10 Pieds Sur Terre (ils habitent tout près en fait mais pas directement à St-Camille). Une belle rencontre avec une famille de trois enfants qui apprennent à la maison et de voyageurs animés par un fort désir de dépassements et de vivre le moment présent. Lorsque nous prenions la décision de quitter notre vie bien rangée, ils nous ont bien inspirés en quittant la leur pour voyager en vélo. Ça m’apparaissaient impossible pour nous il y a quelques mois de partir en vélo comme ça. Aujourd’hui, après plus de 7 mois en motorisé, je me dis : pourquoi pas?
    Nous avons eu de belles discussions : des réflexions existentielles sur les changements de vie en passant par nos idées de repas rapides sur la route! Nous avons aussi cueilli des fraises à Weedon à la Fraisière Bibeau que je vous recommande chaudement : autant pour les fraises que la superbe vue sur la vallée, à couper le souffle!
    Un petit pique-nique dans le champ de marguerites pour terminer cette rencontre en beauté…
    Hummm presque. Les enfants étaient plutôt mécontents de quitter nos nouveaux amis… petite crise. Mais bon, ça fait partie de l’apprentissage : nos rencontres sont parfois éphémères. Intenses, agréables et éphémères.
  • Rendez-vous ensuite à Stoke, près de Sherbrooke. Une amie chez qui j’avais expérimenté pour la toute première fois le Wwoofing il y a plus de 10 ans! À l’époque, elle avait un jardin d’herbes médicinales. Si je sais reconnaître quelques plantes aujourd’hui entrant dans la confection de tisanes et de teintures mères, c’est en partie grâce à elle. Aujourd’hui, elle a un superbe potager, une énergie contagieuse et deux beaux garçons. Unschooling pour eux. Encore une fois, de beaux échanges! Encore une fois, les enfants voulaient rester plus longtemps.
  • Mais une autre amie nous attendait dans le quartier du Mont-Bellevue à Sherbrooke. Une amie de longue date, ancienne collègue de travail à l’épicerie où je travaillais durant mes études universitaires. Je n’avais même jamais rencontré son garçon de 4 ans. De belles retrouvailles! Nous en avions du temps à rattraper! Son fils, tout comme ma fille, apprend à sortir de sa coquille ces jours-ci : c’est gagné avec mes enfants! Ils ont bien joué jusqu’à tard dans la soirée près de notre maison sur roues, stationnées devant leur propre maison.

    Le petit Émile était d’ailleurs bien surpris de nous voir déjeuner devant chez lui, dans notre maison, lorsqu’il est parti en voiture pour la garderie le lendemain matin 😉
  • Départ ensuite vers Eastman où une amie voyageuse nous accueille pour quelques jours avec ses garçons. Ils sont venus au sud pour l’été. Leur sud. Le sud de Kujjuaq où ils habitent à l’année. École à la maison pour eux-aussi. Rêve de vie différente et de voyages à long terme pour eux-aussi. Nous avons définitivement bien des choses en commun en passant par Mr.Money Mustache, des envies de vivre notre vie simplement et d’optimisation des ressources.
    Une amie et ses quatre enfants viennent nous rejoindre! Ça grouille dans la cabane! 8 enfants entre 5 et 12 ans. Amenez-en des projets!
    Direction plage du Lac Fraser avec une maman et quatre enfants de plus! 12 enfants entre 4 et 12 ans 😉 Après la baignade, ils avaient encore de l’énergie : allons-y pour une petite randonnée en forêt qui m’a donné le goût d’en faire encore et encore!

    4 familles. 12 enfants.

    4 familles. 12 enfants.

    Le lendemain, une journée de pluie nous a donné l’occasion d’expérimenter la gestion d’un groupe de ce qui pourrait s’apparenter à une classe multi-âge! Alex s’en est donné à coeur joie avec des garçons (un en particulier, il se reconnaîtra 😉 ) qui trippe explosion, chimie, guitare, électronique, etc. Il avait assurément des atomes crochus avec mon homme!

  • Direction Magog au chalet qu’a loué un ami pour la semaine. Il fait chaud. Malgré le soleil plombant, on a eu la brillante idée de faire une randonnée sur le mont Orford. Les petites jambes ont souffert (leur motivation aussi) mais nous avons TOUS réussi à monter jusqu’au somment : 2 790 pieds de sueur. Bravo à nos petits randonneurs!!! Et c’est là qu’on se rend compte qu’ils ont définitivement plus d’énergie que nous en fait puisqu’ils couraient encore une fois arrivés en bas quand j’avais juste une envie : m’asseoir dans un tas de glace.

    Arrivés au sommet!

    Arrivés au sommet!

    Cueillette de fraises, passage à la crémerie Coaticook où j’ai pu (ENFIN!) me procurer ma saveur de crème glacée préférée, à la pistache, qui n’est plus en vente dans les épiceries ordinaires dû à l’augmentation du prix des pistaches (donc conséquemment du prix de la crème glacée à la pistache). Un 6$ bien investi.

Qu’est-ce qui nous attend demain? La semaine prochaine?
Depuis le début de l’été, nos plans n’arrêtent pas de changer. Nous prévoyions aller à un Pow-Wow amérindien à Mashteuiatsh, près de Roberval, en fin de semaine puis de visiter le Saguenay et son fjord mais non. Un autre meilleur plan est venu contrecarrer celui-là : rendez-vous avec d’autres familles faisant l’éducation-maison dans un camping près de Frelighsburg.

En plus de nous permettre de modérer nos transports en restant dans cette région que j’adore, les enfants en rencontreront d’autres, pendant que nous fraternisons avec des parents ayant une réalité similaire à la nôtre. D’une pierre, plusieurs coups. Quelques racines qui se profilent.

Avoir du monde autour. Nos racines, ce sont les gens autour de nous qui les font. On s’aperçoit de l’importance de la communauté quand elle devient éphémère.

2 réflexions sur “Avoir du monde autour

  1. J’aime beaucoup, quel belle façon pour vos enfants d’apprendre de ce développer de voir du pays et du mondes,.Mes félicitations à vous deux l

    • Je pense aussi que leurs découvertes valent plus chères que bien des bébelles en plastique. À bientôt Rose-Aimée!

Laisser un commentaire