Bye Californie!

Nous avons quitté la Californie précipitamment.
Mon informaticien de chum s’étant inscrit à une conférence à San Francisco durant trois jours, nous pensions y rester au minimum jusqu’à la fin de la conférence, le 12 avril. Mais non. Mon autodidacte de chum n’étant pas friand des conférences, finalement, il a décidé qu’une journée était suffisante pour lui et que tous les internets lui suffiraient bien pour apprendre ce qu’il devait connaître pour poursuivre sa carrière en intelligence artificielle.

Je dois dire qu’en une journée à parcourir San Francisco, les enfants et moi avions eu assez de vie urbaine pour un bon bout de temps… Oh! Quelle belle ville!!! Je suis tombée sous le charme de ses rues défiant la gravité et de ses buildings datant d’une autre époque.

Mais, en motorisé et avec des enfants, ce n’est pas nouveau avec nous, on préfère tous découvrir des coins perdus de campagne.

Et c’est pourquoi la Côte de la Californie a été très peu explorée par notre famille! C’est magnifique! Mais Oh! combien peuplé d’individus, de chars et de rues peu hospitalières pour la conduite en VR. En tout cas, pour notre conducteur attitré qui préfère, et de loin, les looooongs stretchs d’autoroute bien droite plutôt que la multiplication des échangeurs et des bouchons de circulation. La difficulté à trouver un endroit où dormir à un coût raisonnable a aussi été un défi, particulièrement à San Francisco.

Le boondocking (vous ne savez pas de quoi  je parle? Qu’est-ce que ça mange en hiver le boondocking? Lisez ici!) est interdit à peu près partout, c’est écrit sur plein d’affiches à San Luis Obispo, par exemple, dès qu’on entre dans la ville. Des gens se sont faits sortir de stationnements en pleine nuit par la police avant notre arrivée sur la Côte alors ce n’était pas tentant d’essayer d’y dormir et il n’y a pas autant de membres de BoondockersWelcome que nous l’aurions voulu (dormir dans la cour de gens sympathiques et intéressants reste notre option dodo préférée lorsqu’on voyage en motorisé!).

Mais voici le détail de notre découverte de la Côte ouest de Santa Cruz à San Francisco!

Santa Cruz

J’attendais cette visite avec impatience puisque j’avais entendu parler que les gens y étaient plus relax, tendance hippie, plus écolo aussi. Hé bien, on s’en aperçoit même au Costco où nous arrêtons la plupart du temps pour mettre de l’essence (puisqu’elle est toujours moins cher qu’ailleurs 😉 ). Des surfers aux cheveux bleachés par le soleil, des filles en jupe longue avec des Birkenstock, des dreads. Définitivement différent.

Il y a encore plus de sans-abri aussi. C’est tout un phénomène de société en Californie. Le coût de la vie y augmente de plus en plus, mais les gens veulent tout de même vivre dans cet état où le climat est intéressant à l’année longue (surtout sur la Côte où ce n’est jamais très froid et jamais vraiment très chaud comme plus au centre, où il y a un climat désertique). Alors, ils vivent où ils peuvent. Même dans une grotte sur le bord de la plage. Ou sur le  côté d’une clôture entre l’autoroute et les résidences. Ou sur le terre-plein entre l’autoroute, un centre d’achat et un boulevard… 200 tentes entassées sur un terre-plein, ça surprend. Il y a des morts, à cause de la drogue surtout. La ville y a mis une roulotte pour avoir un bureau policier temporaire. Des toilettes chimiques pour assurer un minimum d’hygiène. Des soupes populaires…
Bref, ils en prennent soin au moins un peu. Donc ils restent là. C’est une roue qui tourne.

(Plus tôt en avril un juge a approuvé la fermeture du camp que nous avons vu près de l’autoroute… à lire ici. Mais, il n’a pas été détruit encore, des gens s’y opposant.)

Loin de cette réalité dans un petit quartier sympa, nous avons dormi 3 jours dans la cour fleurie d’un charmant couple qui sont eux-aussi adeptes de boondocking quand ils voyagent.

La maison de Doug et Donna. La seule maison « canadienne » de tout le voisinage. C’est même dans un voyage en Nouvelle-Écosse qu’ils ont compris d’où venait le style de leur maison : c’était la première fois qu’ils en voyaient comme la leur. Elles ne sont pas construites de cette façon les vieilles maison en Californie (ni les récentes d’ailleurs). Ça doit être un canadien qui a construit cette maison au tout début de la colonie en Californie, avant même la ruée vers l’or selon les infos qu’ils ont.

Superbe ces fleurs printanières!!! Elle m’a dit le nom mais je ne m’en souviens pas. Vous connaissez?? EDIT : merci à nos lecteurs, ce sont des Wisteria (ou glycine) !

Marches à la plage, visite au musée, flânerie dans les rues du voisinage où on remarque tout plein de détails démontrant que des artistes habitent cette partie de la ville. On a aussi fait nos courses dans une épicerie plus écolo, avec du vrac et sans déchet 🙂
De petites journées tranquilles mais appréciées par toute la famille dans la belle Santa Cruz.

La plage et le temps gris. Et la grotte tout au fond où un homme faisait sa toilette dans la rivière, il semblait y avoir élu domicile. C’est si triste à voir. Il y a aussi des ronds de feu partout sur la plage. Ça doit être utile à certains pour cuisiner un peu! Ou au moins réchauffer une soupe en boite une fois de temps en temps…

Le vert et les fleurs. Ça n’en prend pas beaucoup plus pour qu’on tombe sous le charme d’une ville!

Mon nouveau mantra 😉 « Tout finira par être correct. Si ce n’est pas encore correct, c’est que ce n’est pas la fin. »

Et quelques photos de Léo photographe!!! <3

Les grands séquoias

On remonte dans les montagnes pour visiter le Henry Cowell Redwood State Park, une forêt de séquoias qui n’ont jamais été coupés. Des arbres vieux de 1500 ans. Et des grands arbres! Pas les séquoias géants qu’on retrouve dans la Sierra Nevada, hautes chaines de montagnes où on ne pouvait se rendre facilement sans mettre de chaine sur notre Bertha avec toute la neige tombée cette année dans les montagnes de la Californie, mais des grands séquoias sempervirens : les arbres les plus hauts du monde, pas les plus larges (qui sont, vous l’aurez deviné les Séquoias géants).

Impressionnants! On se sent si petits. Et ils ne sont pas les plus larges… imaginez les géants! Presque toutes mes photos sont floues… c’était sombre dans la forêt, peu de lumière.

Banana Slug! Une limace aussi longue que ma main. Il n’y a pas seulement les arbres qui sont grands.

Bay Area

La région de la Baie de San Francisco. Des banlieues où les employés de Google, Apple et Facebook vivent. Selon les estimations d’une maman québécoise déménagée en Californie pour suivre son mari qui travaille maintenant chez Apple, 50% des ménages ont au moins une personne qui travaillent en informatique… C’est logique : les gros salaires sont là. Et encore, pas tout à fait assez gros pour permettre à une famille de vivre au-dessus du niveau de vie du Québec. « C’est juste correct. » Avec des loyers de 3 ou 4 milles dollars par mois, pas étonnant!

Nous avons rencontré deux familles québécoises qui vivent dans la Bay Area. De belles discussions! Et de belles rencontres pour nous et les enfants.

San Francisco

On arrive à San Francisco un jour avant la conférence pour se faire une idée de la complexité du stationnement. On profite de la plage un peu pour se dégourdir les jambes avant de traverser le fameux pont Golden Gate!

Il y a plusieurs RV dans les rues de San Francisco (une autre façon d’y vivre sans payer le plein prix!) mais on ne trouve pas de place libre ET pour toute la nuit alors on décide de dormir hors de la ville, juste à côté du pont. Puis on traverse le pont à nouveau le lendemain matin pour revenir en ville! Stationnement au Parc Presidio.

Pendant qu’Alex était à la conférence, nous avons visité le Chinatown de San Francisco. Le clou de notre visite étant assurément de voir la fabrique artisanale des biscuits de fortune!

Petit dîner de fruits de mer et poissons au port avec vue sur les lions de mer qui chahutent et se prélassent au soleil. Puis une loooooongue marche dans les rues abruptes pour le retour vers notre maison sur roues, stationnées bien sagement.

Nous avons quitté San Francisco une fois le trafic terminé en fin de journée! Puis, deux jours plus tard, nous quittions la Californie après avoir passé une journée à magasiner des tuyaux usagés pour notre système d’irrigation pour notre ferme Les Jardins de Melbourne et une dernière nuit dans le désert à observer les belles fleurs qui avaient fleuris en quantité depuis notre dernier passage dans le désert!

Nous avons quitté la Californie précipitamment mais non sans émotion…

En la quittant, je savais que ça allait prendre un bon bout de temps avant de découvrir un nouvel état ou un nouveau pays. On va prendre une pause de voyage maintenant. Après 3 ans et demi en mode nomade, c’est le moment de passer à autre chose!

Reste à savoir de quoi le futur sera fait exactement 😉
La vie nous enverra plein de belles surprises pour compenser, j’en suis sûre. D’autres belles découvertes nous attendent dans le tournant! Des voyages sédentaires. À notre retour au Québec il y a une quinzaine de jours, je publiais sur Facebook que nous allions garder Bertha pour quelques années encore pour des roadtrips de quelques semaines. Je ne me sentais pas prête à m’en séparer… hé ben voilà que je suis maintenant ouverte à la vendre! Dès qu’on n’en aura plus besoin comme maison… 😉

 

8 réflexions sur “Bye Californie!

  1. Mélissa, tes fleurs en vignes, ce sont des Wisteria ( ou glycine). J’en ai à la maison, mais elles ont encore l’air du bois mort en ce moment… Il y en a dans notre climat mais elles fleurissent 2-3 semaines pendant l’été et c’est tout alors si tu veux les voir, tu choisis bien quand tu prends tes vacances…

  2. Ce sont bien des glycines et en France, près de Paris , elles fleurissent depuis 3 semaines pour encore un bon mois. Quelquefois elles refleurissenr enfin d’ete. Patrick78

Laisser un commentaire