Catamaran : le début des travaux

Hé oui, les photos vous le prouveront, nous avons acheté un « project-boat » comme ils disent nos voisins du sud. Malgré mes craintes, mes doutes et mon envie de prendre ça relax tout en regardant un jardin tropical pousser, nous avons acheté un bateau à rénover et à améliorer.

La dinette qui se transforme aussi en lit pour nos invités 😉

Lit simple. Il y en a deux similaires : côté bâbord, côté tribord.

La cuisine, nos armoires de cuisine, petit comptoir. On voit le lit simple côté tribord derrière et la dinette sur le côté gauche de la photo.

Un des lits « doubles » : il y en a aussi deux similaires.

Il est un peu beaucoup plus à l’état projet que je ne l’aurais souhaité mais bon… un pas à la fois, nous réussirons.

Hé non, je ne suis pas toujours zen et positive dans ce projet.
Particulièrement une certaine période du mois où mes hormones ne m’aident pas à voir la vie en rose. Que mon ordi vient de briser. Qu’une fille à qui nous avons rendu un service me donne de la ma*** sur Facebook. Qu’il faut occuper deux enfants plein d’énergie dans une cour à bateau (ou Boat Yard comme nous l’appelons le plus souvent dans notre franglais quotidien).  Que je me rends compte que les traces de moisissure ont réussi à passer à travers mon nettoyage + les couches de peinture. Que je me cogne la tête pour la Xe fois sur le plafond trop bas.

Il y a des jours, je m’assois dans le bateau sur les minis marches et je me demande « vraiment? ça va flotter un jour et on va vivre là-dedans? ». Dans ces moments-là, j’ai un brin, que dis-je, une branche de découragement dans la tête. J’en parle donc à Alex qui me dit, encore tout à sa joie : « ça va être GÉNIAL!!!!!!!!! Pense aux dauphins et aux tortues. Aux iles et aux noix de coco!!!! » Mouin. Ok, je veux bien me projeter dans le futur un peu. Mais là là, présentement là, le moment présent ne m’emballe pas plus que ça. T’sé.

Alors, pour reprendre confiance, je m’attarde aux petits détails pour rendre ce bateau homey : intime, confortable et accueillant. Je peindrai les poteaux de métal turquoise, des rideaux rouges mettront de la vie.  J’installerai des pochettes là. Quels matelas on achète? On placera les assiettes là, notre pot à ustensiles ici. Comment qu’on va faire pour avoir de l’eau? Elle va être stockée où, l’eau??? Aleeeeeexxxxxxxx!!!! AAAAaaaaah…. trop de choses, trop de projets, trop de questionnements.

Ok, grande respiration.

Alors, pour reprendre confiance, je m’attarde à comment c’était avant. Il y a deux semaines quand nous l’avons visité et que je m’étais assise dans ces mêmes marches en regardant le 5 cm d’eau dans le fond des coques. Ok, c’est moins pire. Ça ne pue plus. Il n’y a plus d’eau stagnante. Moins de trace de moisissure aussi. Il y en a encore mais il y en a moins.

Les travaux

Pour l’intérieur du bateau, la partie où je me concentre pour le moment, voici le détail des travaux entrepris.

Première étape : grand nettoyage

Nous avons vidé tout le bateau. Il y avait beaucoup d’équipements à l’intérieur, des pièces de rechange, des vis, des gugusses à installer. Beaucoup de trucs moches aussi sur les murs à décrocher : des miroirs oxydés, des lumières oxydés, des hauts-parleurs oxydés… Nous avons tout dévissés, tout tout sortis. Les enfants se sont bien amusés à tout trier et à mettre ce que nous voulions garder à l’abri de la pluie sous le bateau.

Nous avons aussi enlevé du bois pourri. Celui qui s’enlevait tout seul parce qu’il a trempé dans l’eau trop longtemps. C’est tout le plancher qui a pris le bord. Nous marchons donc directement sur la coque qui est en épais fibre de verre. Pour le moment, nous décidons que nous la peinturerons tout simplement. Nous verrons plus tard pour faire quelque chose de joli…

Puis, nous avons vaporisé de l’eau de javel partout (ou presque) et laissé agir une nuit. Le lendemain, une laveuse à pression nous a aidé à faire le plus gros du travail de nettoyage. J’ai même décapé des endroits où la peinture était prête à s’écailler. Aussi bien qu’elle lève tout de suite qu’une fois que ce sera peint partout. Je me sentais l’âme d’une Rambo avec mon jet d’eau qui saccageait tout sur son passage!

YYYYYaaaaaah!!!!! À l’attaque!!! Avec cette chaleur, un petit jet d’eau était super!

Léo aussi s’en est donné à coeur joie!

Deuxième étape : peinture

Nous avons peinturé partout en blanc, avec un apprêt que nous avions déjà utilisé dans le motorisé : Bullseye 123. Ça colle partout. Enfin… l’avenir nous le dira mais les résultats ont été très bons dans le motorisé alors nous espérons que ce sera le cas dans le bateau aussi!
À date, je crois que ça fonctionne assez bien sauf aux endroits qui n’avaient pas été assez bien nettoyés : la moisissure réapparait. Pas grave, nous repassons avec une éponge, un désinfectant et un petit coup de peinture. Là encore, l’avenir nous dira si le travail a été bien fait. Ce sera un Work In Progress j’ai l’impression.

Troisième étape : enlever (encore) du bois pourri

C’est là que mon moral a commencé à chuter. Nous savions qu’il y en avait un peu partout mais il semble que j’avais mal mesuré la quantité de travail que leur remplacement exigerait.

Quatrième étape : remettre du bois sain partout

Il faut couper (et acheter et transporter!) tout ce beau bois et l’installer. C’est en partie fait…

Voilà où nous sommes rendus. Ensuite, les lits seront prêts à être installés! Les matelas de mousse sont déjà achetés. Il faudra les couper, les mettre en place, trouver des draps qui conviendront à ces matelas irréguliers… hum…

Des tonnes de matelas, des heures de plaisir!

Ça prenait de la place dans notre petit espace! On avait hâte que la cour à bateau ouvre pour qu’on puisse les mettre près du bateau!

À l’extérieur : ça avance aussi!

Bien que je demande à Alex de se concentrer sur l’intérieur pour que je puisse garder le moral et m’imaginer un jour habiter ce bateau, l’extérieur avance aussi. Ce sera très très sommaire comme amélioration pour l’extérieur, encore une fois, un Work In Progress (nous nous sommes même dits que ce serait drôle d’appeler le bateau Wip pour Work In Progress 😉 ) mais nous nous concentrons sur l’essentiel pour la navigation. Notre bateau ne sera pas lustré comme nous l’aimerions. Ni blanc uniforme : la peinture s’écaille et l’ancien gris réapparaît à un peu trop d’endroits à notre goût. Mais il nous amènera du point A au point B. Avec des voiles, un gouvernail, deux dérives résistantes, des chandeliers solides.

Vous ne connaissez pas ces termes? Moi non plus avant d’écrire ces lignes puisque je connais les termes anglophones! Vive Google.
Voiles et gouvernail, je vais prendre pour acquis que vous connaissez ces deux là…
Dérives : dans le cas de notre catamaran, les dérives sont de lourds panneaux que nous devons descendre de l’intérieur des deux coques (nous avons acheté un catamaran, ne l’oublions pas!) lorsque nous en avons besoin, c’est à dire lorsque nous naviguerons face au vent pour empêcher le bateau de dériver, d’où leur nom francophone. En anglais : daggerboard.
Chandeliers : ce sont en fait des poteaux tout le tour du bateau pour supporter les cordes (lifeline, je n’ai pas encore trouvé le terme en français) qui assure une certaine sécurité aux passagers. En anglais : stanchions.

Première étape : le gouvernail

Nous le débarquons de l’arrière du bateau et Alex applique de la résine d’époxy pour le solidifier. Nous découvrons qu’il est en beau bois. Nous tenterons de le mettre en valeur… mais ce ne sera pas notre focus disons. Un autre projet.

Le gouvernail avec Alex qui est vraiment dans son élément!

Ce qui nous attendait sous les couches de peinture est bien joli!

Deuxième étape : la dérive tribord

Nous le savions à l’achat : elle a craqué lors d’une navigation qui a vraiment mal tourné pour l’ancien propriétaire. Mauvais choix, mauvaise météo, mauvaise combinaison de facteurs. Bref, la dérive est craquée. Alex la sort de là. Mauvaise nouvelle : elle n’est pas seulement craquée, elle a pourrie de l’intérieur. Mauvaise nouvelle : nous ne pouvons pas seulement la solidifier, il faut la refaire au complet.
Bon. Grande respiration. Probablement, une semaine de plus à ajouter au compteur.

Troisième étape : on s’amuse avec les voiles

Il faut bien avoir du fun!

Pour les néophytes, comme moi, c’est le « spinnaker » ou spi pour les intimes (et les francophones). Toile parachute et seule voile colorée. Utile seulement avec un vent de dos.

Nous avons 2 voiles de rechange! Yé! Certaines coutures sont à refaire sur une des voiles que nous désirons utiliser. Zut. Ce sont uniquement des coutures sur le tissus qui était exposé au soleil. Nous veillerons à solidifier le tout.

Nos voiles étendues par terre! Et un aperçu de notre « atelier » de travail.

Quatrième étape : vérifier l’état des chandeliers

Il faut solidifier les bases de deux chandeliers. Deux sur une dizaine, pas si pire comme moyenne.

Cinquième étape : boucher des trous dans la coque

Nous avons retiré deux valves qui servaient à l’ancien système de toilette marine. Puisque nous utiliserons une toilette compostable (que nous avons déjà trouvé à moitié prix! yé!), nous n’aurons pas besoin de ces trous pour déverser nos déchets humains dans la mer (yé!). C’est tout de même important de boucher les trous 😉
Époxy et résine.

Voilà où nous en sommes pour l’extérieur. Alex a bien hâte d’installer les voiles, de faire fonctionner le système de navigation, de brancher les batteries, de mettre le moteur en marche!
Ho là là… pour une fois, écrire tout ça ne m’aide pas tellement à être zen. 😉

Mais… il y eut Moana

Oui, le film. Disney.
Meilleur film à voir pour nous!! Wow. Et le timing ne pouvait pas être meilleur. Ça nous a tellement donné envie de partir sur l’eau au plus vite! Bon ok c’est une animation… mais magnifique. Ça m’a remis les pendules à l’heure (ou peut-être que les hormones se sont calmées?) : j’arrête de me plaindre, je suis pleine de ressources, je suis capable.

Puis, il y eut Carrie Fisher et ses mots qui m’ont aussi touché. Just do it!

Puis, il y eut le Nouvel an et ses résolutions qui sont toutes passées sur mon mur Facebook. Celle-ci entre autre, publiée par une amie (virtuelle… pour l’instant, jusqu’à une première vraie rencontre sur l’eau!) navigatrice sur le bateau Mangata. Do new things. Do things that challenge you.

Je me sens plus que prête à affronter cette nouvelle semaine qui commence! Et cette nouvelle année qui sera, je le sens, pleine de défis et d’aventures.
Let’s go!

Bonne année à tous!

18 réflexions sur “Catamaran : le début des travaux

  1. Cest jf!!! Que cette annee vous amenes tout ce que vous desirez! Je vs leve mon chapeau. Focussez sur le positif. La famille potvin est avec vous et lachez pas!!! Xxxxxxxxxxxxx

    • Merci pour les bonnes ondes 🙂
      On garde le cap!
      Bonne année à vous quatre! Au plaisir de se croiser à nouveau sur la route xx

  2. Je comprends TOTALEMENT ta déprime, ou ton moral bas, mais je me dis que ce que vous faites est en quelque sorte un investissement, et après tout, il n’y a pas de presse… il faut aussi apprécier cette étape du projet! Enfin, ça me donne le goût de faire de même!
    Bonne année et bonne continuité.

    • Le moral bas est derrière moi 🙂 Aujourd’hui est une nouvelle année qui commence!
      Mais oui, les deux premières semaines n’ont pas été faciles. Surtout que je vois passer des belles photos de belles familles au Mexique 😛 Aaaaah… le chemin non emprunté…
      Mais là, ça va. On continue!
      Question temps, on est un peu pressé parce qu’il faut sortir des USA dans moins de 4 mois : en plein dans la saisons des ouragans. Alors, il faudrait idéalement pouvoir nous rendre dans un autre pays ET à l’abri des ouragans d’ici là. À suivre!
      Bonne année à vous cinq! Nos chemins se croiseront peut-être à nouveau! xx

  3. Bonne année à vous quatre. C’est magnifique de vous voir réaliser vos rêves même si c’est au prix de grands efforts. Saviez-vous que Denis est un super skipper ? Je crois qu’il vous envie déjà 💕💕💕

    • Ah non je ne savais pas ça! On a besoin d’apprendre si jamais ça lui tente de venir faire un tour en Floride!!!
      Bonne année à vous deux! Et à Calypso 😉

  4. Bonjour à toute la famille et bonne année.
    C’est un gros projet que vous avez entrepris.
    Vous êtes très courageux, bravo.
    C’est sûr que vous allez réussir, avec plus ou moins de temps en fonction de l’ampleur de la tâche.
    Pour moi c’est un peu comme un voyage.
    Il y a l’avant, la préparation, la documentation, l’itinéraire, mais surtout l’anticipation, l’excitation.
    Cette période est fébrile et vaut souvent le voyage.
    Il y a le voyage lui-même, fait d’aventures et l’après les souvenirs.
    Donc, ne vous stressez pas trop, car il y aura toujours des solutions.
    Je me considère comme un bon marin d’eau douce aussi je ne puis vous conseiller pour un périple en mer.
    Je me permettrai un seul conseil ; faites plusieurs sorties en mer pour tester le bateau et vous familiariser avec la vie en mer avant de partir pour de bon.
    Comme marin d’eau douce je vous envie beaucoup…
    Peut-être un jour….
    Merci de partager votre expérience si généreusement.
    François

    • Bonne année Francois!
      Alex me disait justement que tu avais un bateau sur le lac des Deux-Montagnes! Tu me rassures puisque c’est justement ce que nous avons l’intention de faire : de petites sorties avant de prendre le large, jusqu’à ce qu’on se sente en confiance. C’est excitant!
      Vous serez les bienvenues! C’est petit mais nous pourrons trouver un arrangement pour en faire profiter les gens qu’on apprécie 🙂
      À bientôt!

  5. Bonne idée de l’appeler WIP! C’est toujours un plaisir de vous lire et de suivre vos aventures. Bisous à tout le monde xxxxx

    • Bien contente de t’avoir comme lectrice et que tu apprécies 🙂
      On a aussi une autre idée pour le nom! À suivre!
      xxx

  6. C’est beau de vous voir aller! Quel projet incroyable. T’imagine les souvenirs (que dis-je, la vie!) que tu donnes à tes enfants. Garde le moral. Un jour à la fois. Connecte avec la chance que vous avez de pouvoir mener à bien un tel projet. De le vivre ensemble. D’avoir la santé qui vous permet de le faire. La capacité de faire beaucoup avec peu. L’envie de vivre ça tous ensemble.

    • Mes mantras! Je suis très reconnaissante envers la vie (il m’arrive parfois de l’oublier mais, en général, j’y pense plusieurs fois par jour!). Oui, nous sommes chanceux d’avoir la santé, de vouloir tous faire ce projet, d’avoir les fonds nécessaires,… tu as bien raison!
      Merci pour ces bons mots!

  7. Bonjour à tous et Bonne Année. Je trouve très enrichissante la démarche que vous faites. C’est bien différent que d’aller au magasin et d’acheter prêt à emporter. Dans les deux cas, vous les gagnez vos escapades et avec la participation des enfants, ce qui est très formateur en même temps. Quel sera éventuellement votre pays de destination ?
    Amusez-vous !

    • Bonne année Carole!
      Bien contente que tu apprécies la lecture 🙂
      C’est vrai que c’est très enrichissant. Nous apprenons tous des choses dans ce projet! Pour ce qui est de la destination, nous visons les Caraïbes mais n’avons pas ciblé de pays précis. Disons que les Bahamas sont un arrêt presqu’obligé!

  8. Haha, super projet. Je partage complètement l’enthousiasme d’Alex (ma blonde est surement très empathique pour toi 🙁
    J’ai bin plus de fun à aménager Zingaro (un sprinter vide) que chauffer Ali Baba en Californie (un West ’93 tout équipé par quelqu’un d’autre). Ça fait partie du processus d’appropriation Méli. Tu le sais pas encore mais il y aura un autre project boat ou project Camper…
    Si ça peut te remonter le moral, je suis super content pour vous et je vous envie…mon jour viendra avec un McGreggor 26 pinné en arrière de Zingaro.

  9. Bonjour,
    Vous avez bien fait de vous fier à votre intuition et d’éviter d’aller au Mexique par la route. Avec ce qui se passe présentement, il vaut mieux éviter d’etre là-bas présentent.

    • Je ne suis pas certaine que mes amis voyageurs qui y sont présentement voient ça aller. En tout cas, ils apprécient beaucoup leur séjour 🙂

Laisser un commentaire