Traversée vers les Bahamas

Nous étions stressés. Avec environ 50 miles nautiques d’expérience, étions-nous prêts pour faire cette traversée? Probablement pas aux yeux de la plupart. Nous devions partir des États-Unis (notre séjour de 6 mois se terminant), Alex se sentait en confiance avec notre bateau (même s’il était nerveux), nous nous étions vraiment bien informés, plusieurs nous avaient aussi dit que ce n’était pas si périlleux que ça (« Sailing is not rocket science, it’s pretty simple! », « People cross the Gulf Stream all the time, even in Kayak! », « A few hours and it’s done! », « You see the big white material piece there? You just put it up the mast and you go! » ), nous avons observé la météo et les prévisions de vent. Tout semblait OK. Alors, let’s go, on y va. Lire la suite

Mise-à-l’eau et première navigation!

Voilà, nous avons mis notre catamaran Zenroots à l’eau lundi dernier. Je pensais que je serais très très nerveuse de le voir se faire trimbaler comme ça dans la grosse machine mais, finalement, j’étais assez zen. C’est bien là le but ultime de notre quête : rester zen en toutes circonstances. 😉

Notre bateau sans tout le bardas de rénovation tout alentour.

Bon ok, j’étais tout de même un peu excitée. J’avais hâte que ça se passe! Nous avons dû attendre près de 2 heures l’employé du « Boat Yard » avant que le bateau bouge. La mauvaise communication entre nous et les employés aura donc duré jusqu’à la toute fin de notre présence là-bas. « Non non, pas besoin de me donner d’heure juste, John viendra quand vous serez prêts! » « Oui oui, il arrive dès qu’il pourra. » Deux heures plus tard, notre bateau est à l’eau! Ça fait 6 semaines qu’on attend ce moment, on pouvait bien attendre un autre petit 2 heures me direz vous! C’est que nous avons de l’eau à faire couler sous les coques nous là avant d’arriver à bon port! Lire la suite

Tout un cadeau!

Lors de nos dernières journées à Padre Island avec toutes les familles québécoises, nous avons décidé de ne pas les suivre au Mexique. Nous hésitions depuis un bon moment! Ho la la que j’ai découvert qu’avoir une multitude de choix ne m’aide pas du tout à être zen! J’aime savoir où je m’en vais, j’aime m’informer avant d’y aller et j’aime garder le focus. Alors, notre indécision m’a fait « rusher » jusqu’à la dernière minute.

Alors voilà, nous ne sommes pas partis au Mexique. Un autre projet nous appelait. J’ai retourné la question dans tous les sens, j’ai fait la liste des plus et des moins. Alex était ferme sur un point : j’avais des étoiles dans les yeux quand je parlais de partir en voilier. Lire la suite

Texas

Première conclusion : c’est un état génial pour faire du boondocking! On peut se stationner presque partout (et même sur la plage, le rêve !!!!) sans se soucier de se faire sortir de là. C’est reposant de ne pas voir autant d’affiches No Overnight Parking qu’ailleurs.

Deuxième conclusion : il ne fait pas très chaud au Texas… même l’automne. Nous avons sorti nos tuques à quelques moments! Imaginez l’hiver…

Arrêt utilitaire : Winnie
Une toute petite ville où nous avons uniquement visité la buanderie et le parc de la ville où nous pouvions faire du boondocking (après avoir eu l’autorisation de la « mairie »), remplir l’eau, vider nos réservoirs d’eaux usées et couper tous les cheveux. Lire la suite

Louisiane

Après le Tennessee et un court passage en Alabama, j’avais bien hâte de visiter la Louisiane! De voir l’impact de la culture francophone dans cette région du monde.

La Nouvelle-Orléans
Première surprise de cette ville : je n’ai jamais vu autant de fleurs de lys, même pas durant la St-Jean-Baptiste au Québec! La fleur de lys est au sommet de leur sapin de Noël en plein centre de la ville, sur leurs galeries en fer forgé, sur les poubelles, sur les guirlandes lumineuses. Il y a des décorations « made in China » sur les murs avec des fleurs de lys, il y en a sur les camions de poubelle, sur les enseignes des magasins,… Lire la suite

Sweet (et brève) Alabama

Départ du Tennessee le 15 novembre! Avant leur premier gel (qui est en retard cette année) et avant que l’odeur de fumée due au feu de forêt prenne le dessus sur la bonne odeur d’humus de l’automne : ils font encore rage plus au nord et l’air commence à nous le faire sentir.

Oui, nous avons eu la chanson en tête après avoir vu leur affiche de bienvenue!

Oui, nous avons eu la chanson en tête après avoir vu leur affiche de bienvenue!

Stephens Gap, Alabama
Nous sommes passés très rapidement par l’Alabama. Un arrêt pour se dégourdir les jambes! Une famille de voyageurs (Rouler sa vie) nous avait mis sur la piste d’une caverne à découvrir. (Point 9 sur notre itinéraire.) Lire la suite

Tennessee, début novembre 2016

Premier stop de ce deuxième roadtrip aux États-Unis, je n’aurais pourtant jamais pensé visiter le Tennessee.

Nous nous sommes rendus aux limites de cet état, dans la ville de Brixtol, en deux jours de conduite assez relax (près de 1500 km). Avec un arrêt dodo cocasse dans la ville de Hershey, ville où est fabriqué le chocolat du même nom, pour couper la route en deux (premier Walmart de ce roadtrip!). Léo a aperçu les cheminées de la chocolaterie qu’il a lui même associé à Willy Wonka. Ce n’est pas sans regret que nous n’avons pas arrêté  dans cette petite ville touristique et gourmande de la Pennsylvanie mais nous avions un but :  le Tennessee était baigné dans une vague inhabituelle de chaleur et nous comptions bien en profiter un peu. Après coup, je me dis qu’on aurait au moins pu ouvrir les fenêtres du motorisé ou s’arrêter un peu pour renifler! Il semble que l’odeur du chocolat est présente dans toute la ville. Si c’était l’usine Lindt, j’aurais certainement insisté un peu plus pour un arrêt obligé 😉
Il faut dire que nous avions fait le plein de bonbons et de chocolats trop sucrés à l’Halloween deux jours avant! Lire la suite

Entre Baie-St-Paul et Les Escoumins

Nous avons séjourné 2 semaines le long du fleuve St-Laurent entre Baie-St-Paul, en Charlevoix, jusqu’au village Les Escoumins, Haute-Côte-Nord.

La découverte du fleuve et de son immensité pour les enfants. Pour eux, natifs de Montréal, et même pour mon chum, le fleuve, c’était l’eau sale qu’on voit quand on passe par-dessus le pont pour aller voir grand-maman. J’ai veillé à remettre les pendules à l’heure.

Nous avons bien profité du fleuve à marée basse à Baie-St-Paul, l’eau se retire sur une bonne distance! C’est magnifique et c’est, surtout, le royaume des chemins d’eau pour Léo qui s’amuse sans fin à faire des ponts, détourner l’eau de son lit temporaire, faire des écluses et des petits bassins. Lire la suite

Du nouveau dans notre profil de voyageurs : le home-sitting

Nous avons fait des échanges de maison, voyagé dans un tout-inclus, voyagé avec nos sacs à dos, participé à un programme de bénévolat à l’étranger, wwoofé, fait du canot-camping, du camping sauvage, loué des chalets et… roulé dans un motorisé.

Mais nous n’avions jamais fait de home-sitting : garder une maison et les animaux pendant que les propriétaires sont en voyage.

Voilà chose faite!
Dans un gite du passant où nous n’avons eu aucun client. De la visite (yé!) mais pas de client. Nous aurions bien voulu tenter l’expérience de nous occuper des clients, les enfants étaient déjà motivés à leur servir à déjeuner mais nous nous apercevons que nous avons bien des dossiers à régler durant notre passage au Québec! Alors, finalement, c’est peut-être aussi bien pour nous que ce soit la saison morte dans le tourisme au gite… Lire la suite

Choc du retour et lymphocytes

Je vous l’ai dit que nous n’avons pas été malades de l’hiver? Le soleil et la chaleur, y’a rien de mieux pour nous sentir en pleine forme! Même les semaines où nous avons dû mettre notre tuque, rien. Pas de virus en Floride.

Nous voilà de retour au Québec depuis même pas deux semaines… et nous sommes tous enrhumés! Notre système immunitaire n’était pas préparé à ça apparemment.

Côté choc du retour, c’est clairement ce qui est le plus désagréable. Je ne m’ennuyais ni de la sensation de gorge qui pique, ni des enfants qui ont de la difficulté à dormir à cause de leur nez bouché, ni de la perpétuelle pénurie de mouchoirs, ni de l’odeur du Vicks. Lire la suite