Exumas

À notre arrivée aux Exumas, à Southwest Allen’s Cay pour être exacte, nous avions quelques pépins à arranger. Notre frigo ne fonctionnait plus : l’inverter (ce qui transforme le courant 12 volts de nos batteries en 110 volts pour alimenter notre frigo format maison) a brûlé probablement à cause de moi qui avait rangé trop de choses tout autour. Oups. Nous en avions un de rechange mais, pouet pouet pouet, il n’était pas assez fort pour faire fonctionner le frigo. Zut!

J’ai donc angoissé un moment à l’idée que nous devions déjà retourner à Nassau pour en trouver un nouveau! C’était improbable de trouver un inverter dans le nord des Exumas… mais nous avons fait appel à la légendaire solidarité entre navigateurs! Nos amis de Magic Genie allaient pouvoir nous en apporter un! Ça été tout un processus de faire cet achat à distance mais j’ai réussi. Deux fois plutôt qu’une juste pour être sûre. Les deux inverters, de deux vendeurs différents, sont bel et bien arrivés à la marina où étaient nos amis pour leur apporter. Ouf. Je pouvais souffler. Il ne restait plus qu’à les attendre.

La magie de la solidarité entre navigateurs s’est opérée une nouvelle fois. Nous venions d’arriver dans ce petit groupe d’iles et j’entends un dinghy s’approcher de notre ancrage (nous étions un peu éloigné des autres bateaux présents qui étaient ancrés entre deux autres iles). Quelle surprise en mettant le nez dehors! Une famille rencontrée à Boot Key Harbor dans les Florida Keys venait nous dire bonjour! Ils avaient reconnu notre bateau… et la surprise, satisfaction et soulagement de voir dans leur dinghy des briques de copeaux de noix de coco (matière sèche à ajouter dans la section « déchets solides » de notre toilette compostable)! J’avais peur d’en manquer et voilà qu’ils nous en livrent! Nous avions acheté notre toilette d’eux à Boot Key. Ils ne pouvaient l’installer dans leur catamaran Izula (qu’on appelle entre nous le gros catamaran puisqu’il est plus long que ne l’était notre appartement montréalais et aussi large… mettons qu’on se sent plus à l’étroit dans notre bateau après avoir visité le leur!) alors ils avaient décidé de la vendre mais ils avaient oublié de nous donner les briques de coco.
Wow!
Quel hasard tout de même!

Une semaine s’est écoulée avant de retrouver un frigo fonctionnel : la famille de Magic Genie sont restés plus longtemps que nous à Nassau! Nous avions fait des réserves de nourriture lors de notre visite dans la plus grande ville et capitale des Bahamas et nous devions manger plus rapidement que prévu les denrées fraîches que nous y avions acheté. Nous pouvions acheter de la glace à la marina à côté mais elle n’était pas si près que ça et la promenade de 3-4 miles nautiques n’était pas agréable en dinghy (et aucun aussi bon ancrage à proximité!). Alex y est tout de même allé 2 fois : chercher de la glace et de l’eau. Bref, sans frigo et même avec la glace qui fond vite, nous n’avions pas trop le choix : à nous les oeufs, oranges, pommes, concombres, tomates, laitues,… miam. Je regardais tout de même baisser nos réserves avec appréhension.

Malgré ce problème temporaire, nous avons vraiment apprécié de passer du temps à Southwest Allen’s Cay. L’île aux iguanes, espèce protégée qu’on ne trouve que sur deux iles dans les Exumas et sur l’ile d’Andros, a été un bon refuge pour nous. Un ancrage dans une petite baie en forme de fer à cheval. Génial, superbe et bien protégé! Nous pouvions nager jusqu’à la plage, nous avions parfois de l’eau jusqu’aux genoux à côté du bateau à marée basse, pas besoin d’utiliser le dinghy et j’adore ça puisque le moteur fait souvent des siennes alors, pour moi, aussi bien ne pas l’utiliser!

Nous avons donc nager, sauter du bateau, nager encore, parler avec nos voisins de bateaux : nos amis d’Izula, deux familles européennes qui s’apprêtaient à faire la traversée de l’Atlantique pour le retour et beaucoup d’autres qui étaient de passage pour plus ou moins longtemps. On écoute les oiseaux. Le jour, ce sont les oiseaux moqueurs qui se font entendre. La nuit, des chants étranges nous entourent. Je n’arrive pas à savoir de quel oiseau il s’agit! Je suis bien curieuse… ils sont nocturnes en tout cas et impossible de décrire leur chant mais c’est si beau. Entouré d’étoiles.

Avec les iguanes qui sont plutôt insistants pour avoir de la nourriture. Il faut se tenir loin pour être sûrs de ne pas se faire mordre.

THE « Lonely Palm Tree » et Léo sur la planche

On fait un voeu!

C’est dans cette baie que Charlotte apprend à nager sans flotteur. Elle s’y préparait depuis un moment : ses flotteurs lui faisaient maintenant mal aux bras alors elle préférait ne pas les mettre mais elle mettait parfois sa veste de sauvetage. Hé bien là, elle fait de gros progrès sans flottaison et gagne drôlement en confiance.

Notre nouvelle nageuse! Tellement fière.

On se rend à un récif corallien à proximité. On a essayé d’y aller plus d’une fois en fait. La première, le moteur du dinghy s’est arrêté. Pouet pouet pouet! Heureusement que Phil de Izula était présent pour nous remorquer jusqu’à notre bateau! La deuxième fois, les vagues étaient trop fortes dans le passage que nous devions emprunter pour y aller alors j’ai préféré qu’on attende. La troisième fut la bonne!
Magnifique. Par vent léger et à marée basse, c’était parfait pour faire une bonne heure de snorkelling. Les enfants gardent leur veste de sauvetage par contre. C’est vraiment superbe. Je n’ai pas de photos mais je garde un gros panoramique haute définition en souvenir dans ma tête. Mon seul regret : ne pas avoir pu y retourner!

Observer les poissons, requins et raies qui venaient nous rendre visite près du bateau. Trois rémuras, ces poissons qui nagent sous les requins, élisent domicile sous notre coque : on les nourrit du fromage qui n’a pas apprécié le séjour dans notre frigo pas assez froid malgré la glace.

Avec nos trois poissons domestiques pour quelques jours : les rémuras.

 

Ça me fait toujours un choc quand je rentre sur le bateau après notre baignade et que je vois un requin passer à côté de où nous nous baignions quelques minutes avant! Mais oui, ça arrive. On s’habitue mais ça me fait toujours un petit couic au coeur. Ce sont des requins nourrice (on pense!) et pas vraiment dangereux, à ce qu’on dit. Couic quand même.

La magie a opéré. Nous avons eu du vraiment bon temps. Entre deux trucs à arranger… pauvre Alex. Le comptoir a donc été recollé et le carburateur de notre moteur de dinghy nettoyé, encore une fois. Un Xe essai à notre radio SSB pour réussir à entendre un rapport météo complet (particulièrement important quand on n’a pas internet) : Alex trouve une solution, ça fonctionne maintenant, pas super bien mais ça fonctionne! Et autres trucs à arranger dont je ne me souviens pas.

Notre frigo à nouveau fonctionnel, nous nous rendons à Highbourne Cay Marina avec notre gros bateau cette fois. Et pas pour y acheter de la glace, cette fois! Remplissage d’eau, d’essence et achat de bouffe. Avec les prix qu’on voit là-bas (5,40$ US pour une laitue iceberg!), les oeufs passés date (la date de péremption était passée depuis 2 semaines!), le manque de fraîcheur des fruits et légumes, on n’y achète finalement pas grand chose. Ce sera pâte avec tomates en canne, riz et légumineuses pour notre restant de séjour dans les Exumas. Soupir.

Ils y nourrissent les requins à cette marina. Ils se rassemblent en masse près du quai où les pêcheurs arrangent leur poisson. Un avertissement écrit sur les poteaux du quai : « Caution: beware of the sharks ». Même sans l’affiche, ce ne serait pas vraiment possible de les manquer… il y a tout de même des gens qui se baignent à la plage juste à côté. Couic!

Des petits, des gros. Nous n’en avions jamais vu autant.

Ce requin passait tout seul bien tranquillement près du quai où nous étions accostés pour y prendre de l’eau et de l’essence. L’eau est parfaitement translucide… heureusement, comme ça on peut au moins les voir s’approcher 😉 Ceux qui tournent parfois autour du bateau ne sont, par contre, et je tiens à le préciser, jamais aussi gros. Celui-ci devait avoir plus de 6 pieds de long.

Ce soir-là, on se rend un peu plus au sud à Long Cay pour s’y ancrer. Une petite baie tranquille. On fait un peu de snorkelling, on découvre l’ile rocailleuse à pied. On trouve notre premier Queen Conch assez gros pour qu’on puisse le ramasser : ils doivent avoir une lèvre bien formée d’environ 2 pouces de largeur. Alex essaie de le sortir de là sans briser le coquillage : j’aimerais bien le garder en souvenir et en faire une espèce de trompette, c’est une tradition aux Bahamas de souffler dans un conch au soleil couchant. Ce n’est pas un gros succès… c’est difficile de les sortir de leur cachette ces bibittes là! On se fait tout de même une petite salade de conch mais le coquillage finit dans la mer. Avec leur petits yeux cachés dans le fin fond de leur coquillage, ils font vraiment pitié. Je ne pense pas qu’on devienne de grands cueilleurs de conch.

Long Cay. Ancrage pour la nuit.

L’eau est tellement claire. Je passe plusieurs minutes sous l’eau à regarder les petites dunes se former et se défaire et se reformer à chaque vague.

Charlotte adore faire des promenades avec moi dans ces iles rocailleuses. De petits buissons chétifs avec quelques fleurs qui répandent un petit parfum discret. Toujours de belles balades!

Le lendemain, on se rend à Shroud Cay dans le parc des Exumas. Baignade et promenade dans les sentiers. C’est joli mais nous sommes étonnés de ne pas voir plus d’animaux et de poissons. Pourtant, la faune et la flore sont protégés dans le parc, la pêche est interdite. Il fallait probablement descendre plus au sud…

Shroud Cay

Un endroit entre deux iles où s’est beaucoup moins profond qu’ailleurs. Une vraie piscine à vagues!

Nos compagnes. Les seuls animaux vus dans le parc que nous avons visité, je l’avoue, que très très très brièvement mais bon…

 

Puis de gros vents sont annoncés. On ne peut pas rester là. On se cherche un bon ancrage vers le sud sur nos chartes pour être protégés des vents du sud-ouest annoncés mais, sans succès. De toute façon, aller vers le sud quand le vent vient aussi de là, ce n’est pas une bonne idée. On remonte donc vers le nord à Norman’s Cay où nous pourrons avoir une bonne protection des vent du sud-ouest. On en profite pour explorer les plages autour et aller voir l’épave d’un avion qui s’est échoué au début des années 80 : un avion de trafiquants colombiens qui s’étaient installés sur l’ile pour diriger les opérations de distribution de la cocaïne. Encore une fois, je n’ai pas de photos mais nous en garderons tous un bon souvenir! Surtout des poissons Sergeant Major qui viennent directement dans notre main prendre la nourriture qu’on leur offre.

Snorkelling dans une petite plage du côté intérieur de Norman’s Cay. En plus des petits poissons bleu ou jaune ou les deux, ils ont remarqué une belle bestiole : une limace de mer jaune avec des pois verts. Ne pas toucher. Quand c’est coloré comme ça, c’est toujours ce qu’on leur dit : laissez vos doigts loin!

 

Puis, nous remontons vers Southwest Allen’s Cay. Notre super ancrage fer à cheval bien protégé… il y a des choses qu’on ne changera pas, on aime les coins tranquilles.

Dernier coucher de soleil aux Exumas.

C’est un départ vers Nassau le lendemain!

 

2 réflexions sur “Exumas

  1. Les photos sont magnifiques et font rêver. Bravo Charlotte pour ton nouvel apprentissage. C’est si agréable de savoir nager. Les requins sont impressionnants !!!!! Moi aussi le coeur me ferait couic. Hihihi ! Continuez à prendre du bon temps. Bisous. xxx

Laisser un commentaire