J’ai une histoire à vous raconter…

C’est toujours comme ça que je commence quand je veux raconter une anecdote (souvent embarrassante) que j’ai vécu ou que quelqu’un que je connais a vécu : « Les enfants, j’ai une histoire à vous raconter ».

À chaque fois, les enfants crient YÉÉÉÉÉ UNE HISTOIRE !!!! Et je les vois ouvrir grand leurs oreilles.

Mais ce n’est jamais Jeannot lapin ou Le Petit chaperon rouge. C’est plutôt la fois où j’ai brûlé la table de mon père (désolé papa), la fois où j’ai dû recommencer un cours à l’université parce que je n’étais pas allé en classe le jour de l’examen (ça ne date pas d’hier que je suis lunatique) ou encore la fois où une bataille de balle de neige s’est transformée en vrai escalade de violence entre mon frère et moi.

Cette tradition familiale, parce que c’est bien ce que s’est devenu, a commencé un jour où les enfants avaient fait une gaffe et les émotions étaient très fortes. Colère, tristesse, honte. Et puis j’ai eu un flash. Je me suis souvenu d’une gaffe semblable mais bien plus grosse que j’avais faite moi-même, l’adulte qui a (soit disant) toujours raison. Habituellement, je l’aurais remis dans le tiroir de ma mémoire, encore plus profondément, là où on met les mauvais souvenirs. Mais non, cette fois-ci, je me suis dit que j’allais partager mon expérience avec mes enfants.

Vous auriez dû voir ça. J’avais le meilleur public du monde. Ils étaient assis sur le bout de la banquette à écouter chaque détail avec attention. À la fin de l’histoire, ils me posèrent plusieurs questions pour bien comprendre tout le contexte et les détails.

Maintenant, à chaque fois que je commence par « j’ai une histoire à vous raconter », vous pouvez être certain que j’ai leur attention.

Si je vous dis tout ça, c’est parce que je pense que c’est important que l’on raconte à nos enfants que nous aussi, nous en avons fait des grosses conneries (et des bons coups aussi) et que c’est normal et qu’on apprend et que ça va passer. Alors s’il vous passe un flash en tête d’une gaffe commise il y a longtemps, ou non, n’hésitez pas, faites-en vous aussi une histoire, ça pourrait devenir un de vos meilleurs souvenirs.

 

Laisser un commentaire