J’ai vendu!

Et voilà! C’est fait.J'ai vendu! Affiche Du Proprio
Notre condo, notre petit nid que nous avons dorlotés pendant les 7 dernières années, est vendu. Nous le quitterons le coeur un peu gros même si c’est notre souhait depuis plusieurs mois!

Il y a bien des deuils à faire lorsque nous quittons nos repères.
Vendre notre maison est définitivement le signe que ça s’en vient, que nous y sommes, que nous le ferons notre projet! Mais la maison, c’est aussi le plus gros morceau à partir. Quand la transaction s’est conclue avec les acheteurs, ça m’a pris un temps avant de me faire à l’idée. Je n’ai annoncé la nouvelle et mis l’autocollant « J’ai vendu! » que 24 heures après… j’avais besoin d’un temps pour me faire à l’idée. Je regardais nos pièces et je les imaginais déjà se vider les unes après les autres.
« Ok… Nancy voulait notre lit, notre toile s’en va chez Linda, il faut trouver une place pour notre commode, je garde mes caisses de bois ou non? … »

Le petit lit de Charlotte nous a quitté cette fin de semaine. Je revois encore Léo quand il y dormait en petite boule les fesses en l’air à 17 mois, sa première nuit dans un petit lit, hors de sa couchette. Je me revois encore couchée à côté de Charlotte pour la consoler de ses douleurs de croissance en essayant tant bien que mal de ne pas tomber du mini lit. Ce petit lit qui a vu grandir nos enfants. Elle était triste ma Charlotte : « Mais maman, mon petit lit va s’ennuyer de moi! » Oh oui Charlotte, il va s’ennuyer de toi mais il va maintenant pouvoir supporter l’autonomie d’un petit Philémon, un autre petit coeur. Elle était d’accord, les choses passent et repartent. C’est simple pour les enfants.

Déjà, nous nous sommes débarrassés de plusieurs choses, le « downsizing » va bon train depuis de nombreuses semaines mais… ce qui reste, c’est le plus dur à partir, c’est ce à quoi nous tenions le plus. Aussi, une fois la maison vendue, c’est là que je me suis rendu compte que nous ne pouvions plus reculer. Ça roule à 100 milles à l’heure dans ma tête depuis. Il reste 4 semaines avant notre départ alors GO, on fonce! La liste de choses à faire doit diminuer à chaque jour!

Certaines personnes nous disent que nous sommes courageux, je leur réponds toujours à la blague : « De la folie ou du courage? »

😉

En tout cas, une chose est sûre. Nous sommes chanceux.
Chanceux de pouvoir partir à l’aventure. Chanceux parce que, dans notre couple, nous voulions le faire tous les deux. Chanceux aussi parce que nous sommes encore ensemble… j’ai rencontré plusieurs parents en mode monoparental qui me disent : « Oh chanceux! J’aimerais tellement ça mais… j’ai la garde partagée… »

Chanceux parce que nos enfants ont toujours été d’accord avec le projet et sont tout aussi excités que nous. Ils ont leur propre « bucket list » et leur tristesse de voir leurs choses quitter notre futur-ancien nid s’envolent quand ils pensent aux singes que nous allons croiser sur notre route (Charlotte) et aux dauphins avec lesquels nous pourrons nager (Lé0).

Chanceux d’être nés ici. Chanceux parce que nous avons les moyens financiers de le faire. Ce n’est pas partout au monde où les gens peuvent avoir cette liberté!

Par contre, là où la chance n’a rien à voir avec notre projet, c’est d’avoir fait le choix. Nous avons fait le choix de dépenser peu pour économiser plus. Nous faisons le choix de vivre sur nos économies pendant un certain temps avant de, peut-être, se trouver un contrat sur la route. Nous avons fait le choix de vendre notre condo pour ne pas garder des responsabilités qui nous retiendraient toujours un peu.

Un sage nous a déjà dit que les moments où les humains sont les plus heureux sont :

  1. au moment d’acheter l’objet de notre désir
  2. au moment de le vendre

Ça porte à réfléchir non? Lorsque nous avons acheté, je me souviens avoir été très contente et même extatique : notre première maison! Et c’est vrai qu’en ce moment aussi, malgré le stress et la longueur de notre liste « to-do », il y a des moments où je sens que je flotte avec tout le poids qui s’est dissous sur mes épaules depuis que la maison est vendue, j’ai eu un moment d’extrême gratitude et de bonheur lorsque nous avons reçu la nouvelle. Malgré cette constatation, j’ai tout de même décidé de le faire mentir. Cette théorie ne va pas s’appliquer à nous.
Nous avons eu du bon temps dans notre appart de la 9e avenue, nous en aurons encore et encore sur la route… ou ailleurs!

Bon prochain moment extrême de bonheur : l’achat de notre motorisé 😉
Pour l’instant, c’est juste du stress en plus et des questionnements mais… à suivre!

Laisser un commentaire