31 décembre au 8 janvier

31 décembre

Pour faire différent, on essaie une autre plage, à 30 minutes de route. En fait, on espérait que ce soit plus tranquille pour que les enfants puissent s’y baigner un peu plus sans nous (Charlotte surtout qui n’aime pas beaucoup les vagues) et le nom de la plage : Bathtub Reef Beach (plage de bain et récif… mettons), ça sonnait bien non? On nous avait aussi dit qu’il y avait des bassins qui se créaient à marée basse. Mais, pas de chance, les vagues sont quand même impressionnantes et la marée basse est vraiment tard, vers 17h. Belle balade parmi les rochers et les petits coraux que forment une sorte de petits vers vivant en colonie de milliers d’individus.

Les récifs en question... à marée basse.

Les récifs en question… à marée basse. Très joli! Les petits vers, je ne sais pas mais leurs maisons, oui! 😉

Bathtub Reef Beach

Bathtub Reef Beach

Préparation de notre table pour célébrer le dernier jour de l'année.

Préparation de notre table pour célébrer le dernier jour de l’année.

Bonne année! Cheers avec jus de raisin pétillant...

Bonne année! Cheers avec jus de raisin pétillant…

Man-o'war!

Man-o’war! Quelques-uns sur cette plage aussi.

En route, on décide de se payer un petit luxe : souper sushi. Mmmmuuuuummmm… délicieux.

Puis, en arrivant au camping, je me rappelle qu’il y a une fête organisée pour la veille du jour de l’an, on va y faire un tour mais ce n’est pas tellement notre humeur du moment avec des gens saouls qui nous accueillent et de la danse sur de la musique country. On va plutôt voir des feux d’artifice lancés à deux pas du camping : les enfants sont excités! Et pourquoi tu ne veux pas qu’on en achète maman?! Une autre de mes lubies : je suis contre les feux d’artifice, leurs produits chimiques, leur bruit, leur odeur. Mais Alex a justement un petit penchant pour leur bruit et les explosions alors qui sait si maman cèdera un jour. J’ai par contre acheté de petits feux de Bengale pour qu’on s’amuse dans le noir en les embrasant. Les enfants se couchent tard… mais on ne se rend pas à minuit 😉

Bonne année!

Bonne année!

Bons rêves et… bonne année!

1er janvier

On met fin à notre série de 5 jours consécutifs à la plage : journée tranquille dans notre super camping! Là où le wifi est intermittent. Nous avons justement une antenne wifi dans notre commande Amazon qui nous permettra peut-être d’avoir une meilleure réception.

Je profite de notre journée relax, et la première de l’année, pour satisfaire mes trois petites têtes qui me réclament des coupes de cheveux depuis longtemps : trois coupes dans la matinée, c’est productif!

Journée coupes de cheveux X 3.

Journée coupes de cheveux X 3

Charlotte me demande depuis vraiment longtemps d’avoir les cheveux courts « comme Léo ». Là, avec ma coupe courte (c’est le moins qu’on puisse dire! je fais encore le saut quand je m’aperçois dans le miroir!), je n’avais pas tellement d’argument pour lui refuser 😛 Je pensais lui faire une coupe « pixie », j’ai regardé des photos avec elle mais elle m’a expliqué exactement ce qu’elle voulait : « non maman, ça c’est trop court. Moi je veux court sur le côté là et long sur ce côté là ». Tu veux une coupe asymétrique Charlotte? Hé ben… si je m’attendais à ça. C’était tout un défi pour la maman-coiffeuse-novice mais, coudonc, j’ai fait preuve de flexibilité et j’ai tenté le coup en l’avertissant que j’allais peut-être manquer mon coup parce que je n’avais jamais fait ça moi une coupe-longue-là-et-courte-là. « Pas grave maman, tu couperas encore mes cheveux pis ça repousse. » Voilà. Je plonge avec les ciseaux pendant une bonne vingtaine de minutes, le temps que ça prend pour que miss commence à se trémousser sur notre petit banc de fortune. Ça lui va à ravir! Elle a l’air encore plus coquine, on lui voit plus le visage, elle ne se plaindra plus d’avoir des cheveux dans la bouche ou dans les yeux, ça prend encore moins de temps à laver, tout le monde est content. Même Léo lui a dit qu’elle était mignonne, c’est bien la première fois que je l’entendais dire ça. En prime, quand elle s’est vue dans le miroir, elle a déclaré que c’était exactement ça qu’elle voulait!

Meilleur pourboire à vie.

Les voisins ont 3 jeunes enfants. Le plus grand des garçons est venu jouer à la maison et la grande fille a joué à la poupée avec Charlotte. Littéralement. Elle est revenue de là avec un tattoo temporaire et du vernis sur les doigts. Moi qui n’utilise jamais ces produits que je considère chimiques et toxiques, elle était bien contente… et moi aussi quand j’ai constaté qu’elle voulait enlever le vernis le soir même 😉

Way to go girl! Tu es plus jolie sans de toute façon 😉

La petite voisine joue à la poupée... ou au salon de beauté ;)

La petite voisine joue à la poupée… ou au salon de beauté 😉

Notre majestueux voisin. Léo ne peut pas s'empêcher d'y grimper. Il y a une plante qui pousse au centre des branches que j'ai souvent vu comme plante d'intérieur au Québec.

Notre majestueux voisin. Léo ne peut pas s’empêcher d’y grimper. Il y a un shefflera qui pousse au centre des branches : les enfants reconnaissent la plante d’intérieur de chez grand-maman 😉

Pour nous sentir encore mieux dans notre maison, nous arrangeons quelques babioles ici et là sur le motorisé et notre matériel électronique (qui aurait cru que c’est fastidieux d’ajouter des mp3 sur un téléphone Samsung à partir d’un mac… comment pogner les nerfs 101).

Hé oui, c’est surprenant à quel point une si petite maison exige du temps et de la patience pour la mettre à notre goût. Il en reste des choses sur notre liste « to-do » et ça s’ajoute encore même. Mais, avec une petite journée par ci, par là, plus un abonnement à Amazon Prime pour la réception d’articles qu’on a de la difficulté à trouver autrement, on y arrive tranquillement.

Ce n’est pas le Bye-Bye que nous avons écouté pour terminer la journée mais Le livre de la vie avec, bien sûr, du popcorn. 😉 Notre propre tradition.

Quelle belle histoire. J’aime la fin lorsque La Muerte dit : « N’importe qui peut mourir. Ces enfants-là, au moins, je suis sûre qu’ils auront le courage de vivre. »

C’est si joli! Et ça me rappelle une des raisons pour laquelle nous sommes partis. Il y a des hauts et des bas, des journées super amusantes d’autres plus épuisantes mais, cette aventure, nous la vivons aussi pour ces deux enfants-là endormis, pour l’instant, mais, dès la lueur du jour arrivée, prêts à attaquer d’autres défis et apprendre à avoir le courage de vivre comme ils l’entendent. D’autres perspectives s’ajoutent dans leurs yeux, nous le sentons déjà. De petits « yes » lancés timidement aux voisins jusqu’à l’apprentissage à gérer les vagues (et les peurs!), ils changent.

2 janvier

On revient à la plage voisine, près du camping. On décide de partir avant même de déjeuner, on doit avoir un pressentiment en ce samedi : le stationnement est presque plein déjà! Tous les jours où nous sommes ici, ça tourne et ça tourne dans le stationnement… après une certaine heure, impossible de se stationner. Même si on ne prend qu’une place de stationnement avec le motorisé, avec la longueur qu’il a, il faut en avoir une où on peut se reculer de beaucoup : il faut choisir une place de stationnement sans palmier derrière! C’est mieux pour les panneaux solaires en plus.

C’est plus frais aujourd’hui, 23 degrés, mais la température de la mer est encore confortable. On commence tout de même à se demander où nous irons ensuite… avec la température qu’il fait plus au nord de la Floride (13 degrés aujourd’hui), on se dit que nous ne sommes pas encore tout à fait prêts à remonter malgré la grande disponibilité des campings dans cette région 😛

En soirée, je trouve un camping sur la Space Coast pour plus de 10 jours. Sebastian Inlet State Park, endroit reconnu pour le surf. On va bien voir si la température de l’eau découragera mes surfeurs préférés 😉 Ce sera 1 ou 2 degrés plus frais que où nous sommes en ce moment puisque c’est plus au nord (une centaine de km).

3 janvier

USPS, le Poste Canada des États-Unis (United States Postal Service), nous livre un paquet d’Amazon à notre porte en ce dimanche! Entre la livraison le dimanche et la livraison à notre porte de motorisé dans un camping, je ne sais pas ce qui est le plus surprenant.

Promenade en vélo jusqu’à la plage. On se promet de faire plus de vélo : on voit les choses différemment en vélo. On peut prendre plus le temps en fait. On voit d’ailleurs une assez grosse tortue sur un terrain protégé (une grande zone près de la plage est protégée dans cette ville)!

À la plage, Léo ne peut résister à l’appel de la mer… malgré que nous n’avons pas apporté nos maillots. Il fait frais encore aujourd’hui : 21. Je n’avais pas pensé qu’il voudrait se baigner à cette température et avec ce vent! C’était bien mal connaître fiston! Le voilà donc les deux pieds dans la mer à se faire assaillir par des vagues de plus en plus grosses et… ce qui devait arriver arriva : splash dans l’eau. Alex n’est pas beaucoup mieux avec son chandail à moitié trempé. Je me demande bien s’ils auront froid en vélo pour le retour mais, malgré quelques plaintes du plus petit, ça va plutôt bien.

4 janvier

Promenade en vélo en matinée pour dénicher des pièces pour le motorisé (des fusibles) : quelques petits bobos d’arrangés assez facilement pour Alex qui se débrouille vraiment bien avec la mécanique et l’électronique de notre nouvelle maison! Je l’avais bien prédit : si ce n’était pas de mon homme et de sa débrouillardise, je n’aurais pas dit oui à cette aventure. En achetant un motorisé datant de 16 ans, ça se vérifie encore plus.

Arrêt dans un Tacos Food Truck. J’en profite pour parler un peu l’espagnol. 🙂

En après-midi, après la sieste (oui oui, on fait encore la sieste par chez nous, j’aimerais bien m’en débarrasser mais il y a des crises pas possibles s’ils sont trop fatigués alors, la tradition de couper la journée en deux continue un peu malgré moi), on retourne à la plage! Il fait vraiment plus frais mais Alex veut essayer le surf à cette température : personne d’autre sera assez fou pour être dans l’eau alors, c’est le moment idéal pour sortir la planche sans avoir peur d’assommer quelqu’un. Cette fois-ci, les deux gars ont leur maillot! Léo a froid assez vite par contre. Alex fait ses essais surf. Comme prévu : il est le seul dans l’eau. On se l’est fait dire souvent par des américains : les canadiens se baignent en Floride l’hiver mais pas les gens d’ici 😉

On ajoute une dernière nuit à ce camping : attente d’un dernier colis d’Amazon. Le plus important : un ventilateur pour mettre au plafond du motorisé et assurer une meilleure ventilation.

On en profite pour faire des courses en vue de notre séjour dans le prochain camping qui sera plus éloigné de la civilisation. On se rend même au Costco où l’on fait une épicerie digne d’une maison avec grand frigo et congélo! La seule chose qu’on décide de ne pas acheter parce que nous ne sommes pas sûrs que ça entrera : un gallon de lait (3-4 litres). C’est quand même impressionnant la capacité de notre frigo : toute notre épicerie y rentre! Sauf le pain qu’on ne congèlera pas, faute de place. Et on trouve toujours un petit coin pour tout ranger… J’ai même réussi à placer 36 rouleaux géants de papier de toilette. Bon, il y en a dans tous les petits coins libres de la salle de bain mais on aura au moins la paix longtemps de ce côté-là! Ce qui me faisait vraiment envie pour aller revirer jusqu’au Costco qui était à 30 minutes de route? Du beurre d’arachide sans huile de palme et sans sucre. Ça ne se trouve pas ici… sauf dans les épiceries d’aliments naturels je suppose et… au Costco! Qui l’eut cru. Du bio en plus. Ça, je ne l’exige pas, mais sans sucre et sans huile de palme, oui. Sinon, mal de coeur assuré. Il faut dire que j’ai le mal de coeur assez facile ces temps-ci. Alex et Léo aussi d’ailleurs, on s’est même demandé s’il n’y a pas quelque chose dans l’eau ou que l’on a mangé qu’on ne tolère pas! J’ai un doute par rapport au beurre d’arachide que nous avions acheté… avec huile de palme et sucre ajoutés. Beurk!

5 janvier

Un bon déjeuner, enfin! Hum! J’étais vraiment en manque, par chance que j’ai acheté 4 pots hier 😉

C’est bientôt le thé vert qui manquera… pour ça, je n’ai eu aucune chance dans mes recherches jusqu’à présent. Je crois que je devrai me satisfaire d’un bon verre d’eau froide pour le déjeuner dans quelques jours :/ À moins qu’Amazon puisse nous en livrer? À vérifier!

Justement, notre dernier paquet, commandé sur Amazon il y a quelques jours, arrive après le dîner! (Livraison au bureau du camping cette fois 😉 )

On quitte cet endroit qui a été un bon « pit stop » entre nos séjours à la plage. Vraiment, si on pouvait se stationner directement sur la plage, ce serait drôlement plus pratique pour nous.

On roule vers le nord en après-midi (durant la sieste!), vers Sebastian Inlet, un peu plus de 90 km. Ce n’est que demain que nous avons notre place au camping. Nous savons donc que nous devrons trouver où dormir cette nuit. Sentiment de déjà-vu…

Cette fois-ci, ça va plutôt bien pour trouver où dormir : il y a un « truck stop » à la sortie 147 où nous devons justement sortir! Joie! J’appelle juste pour vérifier que le stationnement toute la nuit y est permis, et la réponse est oui! Un problème de réglé!

Une fois les rideaux tirés, on oublie (presque) où nous sommes. On se sent chez nous, peu importe où nous sommes stationnés. C’est bien un des plus beaux avantages d’un voyage en motorisé! « Home is where we park it » La maison est où nous la stationnons. Nous avons vu quelques fois déjà cet écriteau sur des motorisés. On commence à avoir ce sentiment aussi. N’empêche qu’être dans de beaux endroits, c’est aussi pour cette raison que nous sommes en voyage. Voir du beau, qui sent bon… pas de l’odeur de diesel et des bips-bips de reculons. 😉

Tout de même, une fois ce problème résolu, on s’attaque à certains autres « to-do » de notre liste. Encore dans les magasins. Et on ne réussit pas à tout trouver (Hé non… pas de thé vert en feuilles 🙁 ).

Dodo : TA Travel Center à Vero Beach (sortie 147 de l’autoroute 95)

6 janvier

Dès la fin du petit déjeuner, on roule les 35 km restants avant Sebastian Inlet. C’est joli, en pleine campagne, on passe par des champs d’agrumes qui semblent abandonnés. On arrêterait bien en cueillir quelques-uns mais nous n’osons pas. Je prendrai le temps de m’informer s’il y a des champs où on peut cueillir en toute légalité avant de prendre une chance!

Le temps est à la pluie. En fait, il n’annonce pas très beau la majorité du temps qu’on y sera (11 nuits) :/ En plus, c’est plus froid puisque nous remontons vers le nord un tantinet. Température de l’eau : 72. Pas si mal. J’arriverai sûrement à me baigner. C’est bien la raison pourquoi je voulais venir à ce parc! Les campings avec accès direct à la plage sont vraiment très rares. En plus, c’est un spot reconnu pour le surf. Si Alex veut s’essayer, ce sera peut-être le bon endroit! Après, nous irons sur la côte ouest de la Floride et il semble que les vagues sont plus calmes dans le Golf du Mexique.

On profite d'un temps pluvieux pour apprendre!

On profite d’un temps pluvieux pour apprendre!

Et jouer.

Nous arrivons trop tôt pour nous rendre à notre terrain (check-in à 15h) mais nous sommes les bienvenus dans le parc de toute façon. Il pleut toujours donc visite du Musée des pêcheurs. Les enfants reçoivent un petit cahier à colorier et, mon cadeau à moi, c’est qu’ils disent Thank you avant même que je leur fasse penser 🙂 C’est un bien petit musée sur l’histoire de la pêche commerciale dans le secteur et sa transformation suite à un ouragan en 2004. On y voit tout de même les traditionnels coquillages et squelettes, qui intéressent toujours les enfants.

On fait le tour vite et puis, le moment tant attendu : direction la plage, bien sûr!

Peuplée de pêcheurs, bien sûr. Selon moi, ils se sont trompés : ce n’est pas le baseball le sport national, c’est la pêche. Du moins, en Floride et sur la côte, ils sont omniprésents. J’ai rarement vu des poissons dignes de ce nom sortir de l’eau par contre…

Aucun baigneur. Il fait trop froid pour se baigner même pour nous, canadiens, alors on joue dans le sable et on explore en supportant la petite pluie fine qui nous accompagne parfois. Une rivière divise le parc en deux sections : Indian River où nous pouvons en théorie voir des lamantins, des dauphins,… mais le courant est extrêmement rapide, on observe tout de même bien à chaque fois qu’on passe près. Ni surfeur, ni baigneur dans la partie nord. On s’amuse… dans le sable!

Sebastian Inlet State Park. C'est frais et gris.

Sebastian Inlet State Park. C’est frais et gris.

3e journal 6 janv. 2016 16-10 3e journal 7 janv. 2016 15-16

Pélicans sur la Indian River qui passe en plein centre du parc Sebastian Inlet.

Pélicans sur la Indian River qui passe en plein centre du parc Sebastian Inlet.

On s’enregistre pour le camping. Terrain 49, près du bois et des no-see-ums. Les enfants ont justement hâte que nous installions pour la première fois la tente moustiquaire que nous avons acheté dans l’espoir de pouvoir être plus dehors malgré les moustiques : moustiquaire très très fin vu la taille infiniment petite des no-see-ums (plus fin que les moustiquaires de notre motorisé). Grosse déception : le moustiquaire lève de partout dans le bas des parois et c’est clair que ce n’est pas une grande protection contre les insectes. Bon, tant pis. Un autre retour à faire. On en trouvera peut-être une meilleure ailleurs.

3e journal 7 janv. 2016 16-58

On profite tout de même un peu de la tente mais on met du chasse moustique… deux méthodes plus ou moins efficaces.

Papillon feuille

Papillon feuille qui se cache lui aussi des no-see-ums dans notre tente.

Dodo : Sebastian Inlet State Park, terrain 49, 28$/nuit.

7 janvier

Des ibis se promènent partout sur notre terrain au petit matin.

Journée tranquille au parc. Promenades en vélo. Module de jeu et visite de tous les quais de pêcheurs. Deux poissons porc-épic qui se gonflent se font pêcher devant nous. Les enfants peuvent y toucher, les épines de cette espèce ne sont pas dangereuses. Ils râlent par la gorge et on voit leurs deux grosses dents de devant, très tranchantes apparemment. C’est comique. Heureusement, ils sont relâchés dans l’eau, encore en vie pour longtemps espérons. Un pêcheur lance son filet et remonte une bonne quinzaine de poissons qui ne sont pas comestibles… on se dit qu’il ira pêcher de plus gros poissons avec ceux-ci.

À marée haute, ce n’est pas la meilleure idée d’aller se promener au bout du quai : on se fait mouiller par une de ces vagues à vous faire tomber par terre! Charlotte, qui était sur les épaules d’Alex, est vraiment fâchée d’être mouillée… elle qui a été la moins touchée 😛 Nous sommes trempés. On retourne donc au motorisé où il faudra bien trouver le moyen de faire sécher tout ça!

3e journal 7 janv. 2016 16-014

Oups! Trempés.

Oups! Trempés.

Pauvre ti-lézard qui s'est pris dans la boîte électrique :( On voit sa blessure au centre de son corps, il n'arrivait pas à bouger ses jambes arrières.

En ouvrant le boitier électrique à l’extérieur, un petit lézard se fait casser la colonne 🙁 On voit un peu sa blessure au centre de son corps, il n’arrivait pas à bouger ses jambes arrières. On l’offre en nourriture aux poissons, en faisant une petite cérémonie d’adieu. Il est tellement mignon!

En soirée, on prend une marche à la belle étoile. Il y a encore beaucoup de pêcheurs sur les quais et en bateau. Ça ne semble pas interdit ici de pêcher la nuit. On aperçoit les lueurs des villes au loin, l’ombre d’un opossum qui traverse le chemin. C’est calme ici. Il n’y a qu’une route et de l’eau.

Au dodo les cocos! Ils sont brûlés. Pour la première fois de notre voyage, Alex et moi regardons un film de grands 🙂 Mais sans popcorn… avec le bruit que ça fait, aucune chance qu’on puisse déguster notre collation préférée lorsque les enfants dorment.

8 janvier

Cette fois-ci, ce sont des lièvres qui nous rendent visite en plein déjeuner!

On doit changer de site de camping aujourd’hui alors, tant qu’à bouger, après avoir vidé les réservoirs d’eau grise et noire (qui étaient vraiment vraiment dus, ça puait dans la salle de bain! Eurk!), on quitte en motorisé le côté sud du parc pour nous rendre du côté nord où il y a apparemment les meilleurs endroits où faire du surf. À voir le nombre de surfeurs se préparer dans le stationnement, on se dit que les conditions doivent être bonnes pour eux aujourd’hui!

En effet, les vagues sont impressionnantes. Quel spectacle! Il doit y avoir près de 50 surfeurs dans l’eau. C’est beau à voir. On voit de bonnes démonstrations avec zigzag dans les vagues et sauts. Ils sont habitués, ça se voit. Mais plusieurs se font happer par les vagues assez durement (selon ma propre évaluation du moins 😉 ), ce qui n’est rien pour rassurer Alex qui, même si les vagues sont souvent trop petites pour lui, ne se sent pas apte à affronter d’aussi grosses vagues. Il doit bien y avoir un juste milieu à quelque part…

Oh! regarde lui dans la vague!

Oh! regarde lui dans la vague!

North Beach, Sebastian Inlet

North Beach, Sebastian Inlet

Let's go Alex!

Let’s go Alex!

Il y va tout de même mais avec la planche de body surf, il se rend assez loin mais il l’avouera lui-même : c’est vraiment difficile d’avancer. Plusieurs ont l’air de s’amuser ferme en faisant du body surf! Ça me donne envie mais non, j’attendrai des vagues plus à ma hauteur.  Léo ne peut pas trop s’approcher de l’eau, je le surveille de près. Il n’y a pas seulement les vagues qui semblent fortes, le courant aussi. Nous ne sommes pas en costume de bain de toute façon et nous avons tôt fait de le regretter : une vague nous surprend et, encore une fois, nous sommes trempés assez vite 😉

On revient au camping que pour le souper.

Alex nous arrange un séchoir avec une corde accrochée comme un filet au plafond de la salle de bain puis il branche la chaufferette électrique. Tiens, notre séchoir! Depuis notre arrivée en Floride que nos trucs ont de la difficulté à sécher! Sans la possibilité d’accrocher une corde aux arbres, c’est bien difficile d’avoir une corde à linge extérieur. Voilà donc notre solution que nous peaufinerons certainement au fil des prochains jours. Ça réchauffe drôlement la salle de bain par contre!

Dodo : terrain 17, Sebastian Inlet State Park

 À suivre 🙂

4 réflexions sur “31 décembre au 8 janvier

  1. Elle est vraiment mignonne Charlotte, tu as bien réussi. Toujours intéressant tes récits. Bonne continuité xxxx

  2. Je vous trouve magnifique tous les 4 avec votre table et votre mousseux pour célébrer la nouvelles année.
    Quel beau rêve vous vivez, vous avez l’air tous les 4 heureux et épanouis.
    Profitez-en de ce voyage exceptionnel .
    Mes meilleurs voeux pour la nouvelle année.
    Affectueusement grand-maman Johanne xoxox
    Bye Bye Les Amis
    Bonne route.

Laisser un commentaire