La folie Lego

La folie Lego règne chez nous depuis plus d’un mois maintenant.
Mais, bien sûr, ils ne jouaient pas à la « Boat Yard » lorsque c’était super difficile les occuper toute une journée… soupir.

En fait, ils avaient délaissé leur bac Lego depuis que nous étions en motorisé. Tellement que je me demandais même si je l’apportais dans le bateau! Peut-être à cause du manque d’espace sur la table dans notre Bertha, mais ils se sont  bien vite aperçus que le bateau pouvait régler ce problème. Et oui, ils n’ont commencé à avoir cette obsession qu’une fois arrivés sur l’eau : la table est plus grande et ils peuvent laisser leur tas de pièces et leurs constructions sur place. Comme dit Charlotte : la table est infestée de Lego. Sur une section qui est inutilisable par les grands de toute façon, on ne peut pas s’y asseoir puisque le plafond y est trop bas.

La table est remplie de Lego, le dessous de table est rempli de Lego, sous les coussins des banquettes aussi, dans le sac d’outils. Heureusement, rarement sous nos pieds. C’est de la chance peut-être.

 » Viens Charlotte, on va aller sur la terre ferme.  »
 » NON je veux faire des Legos!  »

 » Range ton côté de la table Léo, c’est l’heure de dîner.  »
 » Aaaaah! J’ai pas fini de faire ma pelle mécanique!  » Ou mon allée de bowling, mon château, ma tête de squelette, mon manège, ma marina… nommez-le, on l’a sûrement déjà entendu.

Du matin au soir. Ils ont hâte de se lever pour jouer au Lego. Ils ont hâte de revenir au bateau pour jouer au Lego. Ils ont hâte de finir de manger pour jouer au Lego.

Cadeau et partage

Ce qui a aussi aidé à relancer cette fascination, c’est que Charlotte a reçu un manège Lego pour sa fête. Et voilà qu’ils étaient repartis.

Quand ils ouvrent une nouvelle boite de Lego, c’est de la joie tellement pure qu’on peut lire sur leur visage. Je délaisse un instant mes valeurs de simplicité volontaire et j’ai soudainement envie de leur acheter des dizaines et des dizaines d’ensemble Lego pour revoir cette excitation.

Je me calme à un certain moment mais pas eux.
Ils se sont même mis d’accord il y a trois semaines pour acheter un ensemble à deux : un vrai exercice de démocratie et d’entraide a eu lieu sous notre toit de bateau. Charlotte a vu les autres modèles de manège dans le petit feuillet des instructions et, Lego sachant très bien faire son marketing, elle a bien sûr eu envie de compléter sa collection. Pendant des jours, on l’a entendu dire qu’elle voulait se l’acheter. 80$ Charlotte, penses-y bien! Elle a regardé d’autres modèles sur internet pour voir. J’étudiais le ratio intérêt / coût avec elle. Puis Léo est arrivé avec une solution : « Je l’achète avec toi Charlotte! » Il a tout de même étudié lui-aussi les autres modèles pour voir s’il n’avait pas plus d’intérêt ailleurs… mais Charlotte était bien trop convaincue de toute façon. « Non Léo, je ne veux pas acheter la prison! Ça m’intéresse pas moi, la prison! » Léo cède lorsque je souligne un argument de poids : il y a plus de pièces mécaniques dans le modèle de manège.

Une commande sur Amazon payée par leur propre sous… pour une fois!

Vous auriez dû les voir quand le colis devait être arrivé à la marina (Your package has been delivered que ça disait dans notre dossier en ligne) mais qu’il n’y était pas! Les pleurs et la tristesse. Oh lala. Mais nous avons eu une belle leçon de patience et, le lendemain, il y était. Fiou! Ils étaient encore plus excités à la prise 2. Comment résister à ces sourires?

Créations

Une nouvelle ère est commencée : la création. Avant, Léo voulait suivre un plan, il aimait suivre les étapes et il retirait une grande satisfaction à voir le produit fini comme sur la photo. Maintenant, c’est rendu « trop plate » les modèles.

Pour Charlotte, elle n’a jamais apprécié suivre un plan, elle voulait surtout jouer avec les figurines ou les animaux et se faire de petits scénarios.  Mais voilà que les créations de son frère l’incite à créer elle-aussi… ou à suivre un modèle que nous n’avons pas acheté mais elle se débrouille avec les pièces que nous avons sous la main. C’est de la création aussi.

Il s’entraident ou se volent des morceaux, selon le moment de la journée et l’humeur du moment 😉

Plus de pièces!

Des besoins plus précis sont apparus. « Ce serait l’fun avoir plus de cordes Lego maman! » « Oui! Et des chaînes! » « Ah oui! Et un chien! » Vous voyez le genre?
Et bien j’ai découvert le site BrickOwl.com où de vrais mordus tiennent un inventaire de toutes les petites pièces qu’ils ont en trop à vendre, avec des prix dérisoires comme 0,011$ jusqu’à 4-5$ pour les plus rares/prisées.

Les enfants me demandaient souvent, à chaque fois qu’ils en trouvaient un par terre en fait, ce qu’ils pouvaient acheter avec un sous noir… et bien voilà! Ils peuvent presque s’acheter une pièce de Lego 😉

Nous avons passés quelques heures (oui oui!) à regarder les pièces et ce qu’on voulait en surplus. Avec toutes les pièces disponibles, les possibilités sont quasi infinies.

Mécanique

L’intérêt était tellement grand que j’ai aussi donné à l’avance un cadeau de fête à Léo il y a deux jours. Un petit 3 semaines à l’avance pour qu’il ait différentes pièces Lego plus techniques comme des poulies et des engrenages. Crazy Action Contraptions. Si vous avez un fan de Lego qui n’a pas encore plongé dans l’univers des Lego Technics (notre prochaine étape 😉 ), je vous le conseille!

Oh lala. Ses yeux! Je dirais que son intérêt, déjà grand, a quadruplé.

Un multiplieur de forces grâce aux engrenages.

Possibilités infinies.

 

Laisser un commentaire