Le coût de la vie au Costa Rica

Combien coûte les oeufs au Costa Rica? Le lait? Les bananes?
Quel est le taux horaire minimum?
Combien coûte l’eau potable? L’électricité? Le propane?

Voici les faits!

Le taux de change

L’argent du Costa Rica s’appelle le Colon. On dit « colones » puisque au pluriel en espagnol, on ajoute « es » à la fin d’un mot se terminant par une consonne et bon, un colon n’a vraiment pas une grande valeur alors c’est rare que nous n’en utilisions qu’un. Donc, on pourrait dire que l’argent du Costa Rica s’appelle Colones, prononcez co-lo-nèsss.

Pour nous faire la vie facile, on considère que 500 colones = 1$. C’est plus vrai en dollars US qu’en dollars canadien mais bon, comme je disais, on se simplifie la vie. Un colon vaut donc environ 0,002 cents… de là l’utilisation de milliers de colon même pour s’acheter un simple pain!

Une règle de mathématique rapide pour convertir les prix qui sont en milliers de colon : 1- on laisse tomber les milliers
et 2- on double.

Par exemple, pour convertir 5 000 colones.
1- on laisse tomber les milliers = 5
et 2- on double =  5 x 2 = 10$.
5 000 colones = 10$.

Même chose pour le prix d’un pain tranché, par exemple, à 1 250 colones.
1- on laisse tomber les milliers = 1,25
et 2- on double = 2,50$ pour un pain blanc tranché comme on en trouverait au Québec.

Pour le taux de change réel, aujourd’hui selon XE.com, il est de 453 colones pour 1$ canadien ou 570 colones pour 1$ US… mais ce n’est pas ce que le bureau de taux de change vous donnerait puisqu’ils prennent une cote.

La nourriture

En résumé, notre budget nourriture au Costa Rica est similaire à celui du Québec.
Les bananes et les papayes coûtent moins cher (surtout que plusieurs des papayes qu’on mange poussent sur le terrain!) mais les produits transformés ou « de luxe », beaucoup plus.

Exemple concret :
1 oeuf = 100 colones.
Oui les gens peuvent acheter les oeufs à l’unité. D’ailleurs, à peu près tout se vend en petite quantité, petits sacs, petites bouteilles. Nous qui sommes habitués à acheter tout en grosse quantité (chez Costco ou chez Mayrand, grossiste pour restaurateur) pour avoir la paix longtemps avant de remettre l’item sur la liste d’épicerie, c’est une nouvelle habitude à prendre ici : on doit plutôt mettre plusieurs petits sacs dans notre panier d’épicerie, il n’y a pas de sac de 10kg de lentilles vertes… Les gens vivent au jour le jour : petits formats = petits prix. J’ai travaillé aujourd’hui = je peux m’acheter 5 oeufs = 500 colones = 1$.

Donc, pour une douzaine d’oeufs, ce serait 2,40$. Nous achetons des cartons de 15 ou 30 oeufs à la fois. Il me semble qu’on est quand même toujours rendu à la « pulperia » de Leila et Pelé pour acheter des oeufs et du pain 😉
Les oeufs ne sont pas réfrigérés. C’est ce qu’on devait acheter lors de notre voyage en bateau pour ne pas être obligé de les mettre au froid (puisque l’espace réfrigéré est restreint) mais on n’en trouvait jamais. Voilà qu’ils nous arrivent maintenant que nous ne sommes plus en bateau ! Mais je m’égare.

Les camions qui viennent nous vendre des fruits et légumes sont un peu plus chers que les épiceries dans les « grandes » villes autour… sauf que pour se rendre dans ces villes, il faudrait se payer un taxi alors il faut en acheter des ananas avant que ça vaille la peine de se payer un transport. On préfère encore encourager les vendeurs itinérants que de perdre notre temps à faire de la route en payant un taxi.

Un des vendeurs nous vend des sacs de fruits et légumes en général 1000 ou 2000 colones par sac.
un sac de 4-5 concombres ou 4-5 poivrons = 1000 colones (2$)
un ananas = 1200 colones (Plus de 2$ ch. En ville, gros spécial : j’en ai eu 2 pour 1000! Miam!)
un sac d’une dizaine de tomates = 2000 colones (4$)
un gros melon d’eau = 3000 colones (6$)
10 bananes = 500 colones (1$! Deal! Mais on préfère tout de même les petites bananes qui poussent sur le terrain!)

Nos achats de la semaine! Environ 50$ de fruits et légumes…

L’autre camion vend au poids et on doit commander à l’avance. Je lui achète toujours des haricots verts (3kg = 3800 colones = 8$) et des laitues ( 80 sous chacune), ce que l’autre camion offre rarement.

Ce qui est dommage, c’est que l’offre n’est pas toujours la même. Une semaine, tu as des avocats dans un camion, l’autre semaine non. On me dit que les avocats ne sont pas toujours beaux et qu’ils préfèrent ne pas en vendre dans ce cas… bon point! Bref, il faut rester flexible parce qu’on ne sait pas ce qu’on aura la possibilité d’acheter d’une semaine à l’autre. Puis, les légumes ne sont pas toujours aussi savoureux qu’au Québec. Les fruits qui ne viennent pas du Costa Rica non plus. Pour ça aussi, on s’adapte. Des raisons, je n’en achète plus : ils sont chers et moins bons que ceux importés au Québec.

La viande, similaire au Québec. 10$ pour un gros poulet frais déplumé de la voisine.
3$ pour 4 saucisses.
Le poisson frais péché : 4000 colones le kg (4$ la livre, grosso modo) pour des bons poissons blancs à ceviche (ce qui valait drôlement plus la peine qu’au resto!) ou 5000 colones le kg pour du thon ou du mahi-mahi (on l’a eu notre mahi-mahi même si ce n’est pas nous qui l’avons pêché!), donc environ 5$ la livre.

Les produits transformés comme céréales, beurre d’arachides, biscuits, chips, il y a de moins bonnes affaires qu’au Québec. 7$ pour un mini pot de beurre d’arachides (au sucre et à l’huile végétale en plus… beurk!), 6$ pour un pot de Nutella, 3-4$ pour une petite boite de céréales. On ne se plaint pas trop : on n’en achète rarement!

Bref, il faut adapter nos menus mais on mange plutôt bien (à moins que ça nous tente de nous gâter un peu !), beaucoup de fruits et de légumes, et notre budget nourriture est similaire à tous nos mois de voyage, Québec inclus.

Autres utilités

Propane : 16$ une grosse bonbonne.
Eau en bouteille, 18 litres : entre 2500 et 3500 colones (5 à 7$, n’incluant pas le coût de la bouteille!)
Électricité : 18 sous par kWh (pour les premiers 200 kWh du mois) comparativement à 6 à 8 sous au Québec. Groooosse différence. Et par chance que nos kWh ne coûtent pas aussi cher en plein hiver parce qu’il y a des gens qui mourraient de froid. Ici, c’est plutôt quand tu utilises la climatisation que tu fais péter ton compteur.

Transport

Pour une location d’auto, comptez 300-400$ par semaine. C’est ce qu’on m’a dit, je n’ai pas vérifié par moi-même puisque nous n’en louerons pas.

Les taxis, c’est assez dispendieux. 30-40$ de l’heure en gros. Ça doit varier selon les endroits j’imagine mais c’est environ ce que ça nous coûte dans le fond du Costa Rica. Les autobus, c’est moins pire. Ça nous aurait coûté 15$ par personne pour faire un bon bout de chemin pour venir ici (plus un taxi à 50$ pour nous rendre à notre destination finale après le bus) mais nous avons préféré prendre un taxi all-the-way (280$ pour 7 heures de route).

Ça changé?

Nous avions souvent entendu des voyageurs dire que le Costa Rica était un pays cher où voyager, probablement le pays le plus cher de l’Amérique Centrale. Nous y étions venus pour un court séjour où nous n’avions pas trouvé ça si cher mais c’était en 2010. Est-ce que le coût de la vie (ou du tourisme…) dans ce pays avait autant changé?

En 2010, nous avions loué une chambre avec deux lits doubles dans une superbe maison entourée par la jungle pour 250$ US pour une semaine complète. J’ai vérifié et le coût pour réserver une chambre dans ce même hôtel a doublé pour 4 personnes (ils n’ont plus de chambre avec deux lits doubles comme nous avions loué, il faudrait donc louer deux chambres à 40$ chacune soit 480$ pour 6 nuits.). À certains endroits, sur la péninsule d’Osa ou à Nosara par exemple, les prix sont indécents! Des 1000$ par semaine ou des 200$ par nuit par personne, j’en ai vu! À ce prix par personne, tu as tous les repas compris mais quand même…
J’ai trouvé des endroits à louer entre 20 à 30$ la nuit mais, il faut chercher. Il y a parfois de bonnes affaires quand on veut louer à la semaine ou au mois.  (Une cabine à 660$ par mois à Puerto Viejo de Talamanca!)

Ce qui est vraiment dommage, c’est que tout cet argent qui entre au pays par les touristes, c’est rarement les costariciens qui en bénéficient. Du moins, pas directement. J’essaie de trouver des hôtels ou cabines qui sont à des costariciens mais il y en a très très peu!

La bouffe? Malheureusement, je ne me souviens pas tellement combien ça coûtait il y a 7 ans! Je me souviens avoir mangé au resto (dans un « soda », resto typique, l’équivalent de nos cantines si on veut) pour 2000$ colones par plat (4$). Cette année, nous avons mangé au resto que quelques fois et il y a seulement dans un resto, sur la route en venant vers Cocal Amarillo, où le casado (plat traditionnel avec riz, fèves noires, un morceau de viande grillé et un peu de salade) était à ce prix et c’était un gros spécial annoncé sur le bord de la route. Habituellement, c’est plus autour de 3 500 colones (7$ pour un burger assez ordinaire) ou 5 000 colones (10$ pour un plat de ceviche qui n’a rien à voir avec notre bonne ceviche maison qui me met l’eau à la bouche!). Nous sommes allés à un resto pour ma fête et je ne sais pas combien chacun des plats a coûté (c’était ma fête, je n’ai pas vu la facture!) mais ça nous a coûté environ 30$ pour la famille avec smoothie de fruit pour les enfants, Cuba Libre pour la maman, une bière pour le papa et chacun un plat… pas si mal! C’était meilleur que le burger ordinaire et la ceviche qui sentait le passé date de l’autre resto à Pavones!

Quand même, je pense que le coût de la vie a passablement augmenté mais pas les salaires. Les costariciens s’en plaignent en tout cas.

Le salaire minimum est de 1 500 colones ( 3$ ) de l’heure.
T’sé, quand tu fais 3$ de l’heure, en suant comme un cochon à couper du gazon à la grosse chaleur de midi, ça doit faire mal au coeur d’acheter un melon d’eau qui te coûte 2 heures de salaire! Oui, melon d’eau 3 000 colones = 2 heures de travail pour un costaricien.

Oh pas pour tous les costariciens… mais dans le fin fond du Costa Rica, où nous sommes en ce moment, laissez-moi vous dire que c’est pauvre en titi et il n’y a pas de revenu minimum garanti dans le coin ici! Pelé, quand il vient couper le gazon, j’arrondis généreusement sa journée de salaire et encore, ça nous fait mal au coeur de le payer si peu… on lui donnera un bonus en janvier, tiens!

Alors, combien devrez-vous économiser pour votre prochain voyage au Costa Rica? Pensez encourager les achats locaux et les projets des costariciens… si vous en trouvez!

4 réflexions sur “Le coût de la vie au Costa Rica

  1. Bonjour Mélissa. Super intéressant ton texte. C’est là qu’on voit qu’on est choyé avec nos salaires, nos mesures d’aide sociale, notre système de santé. Ça arrache le coeur de voir qu’ailleurs les conditions de vie sont misérables. Quelle injustice ! Je vous souhaite une magnifique année 2018, riche en découvertes et expériences humaines. Continuez à nous alimenter l’esprit et le coeur, ça nous fait grandir nous aussi. Bisous et gros câlins.

    • Nous sommes vraiment choyés. Et tu sais, quand une ou deux ou trois poules « disparaissent » mystérieusement, on se dit que ce n’est pas si grave au fond. C’est dommage, j’aurais préféré les donner que de me les faire voler mais t’sé, tout compte fait qu’est-ce que mon « envie de donner aux autres » par rapport à leur envie de manger à leur faim?

      Ça me fait toujours chaud au coeur de lire tes commentaires.
      Bonne année Bibiane, à toi et à toute ta famille. Chérissez vos moments passés ensemble. xxx

  2. Oui, c’est fou les salaires… La femme de ménage qui *venait avec* la première maison que nous avions loués (en 2011) disait qu’elle était bien payée à 3$/heure… À Ojochal, il y a de super bons restos haut de gamme (Citrus! Miam!). La meilleure ceviche est celle qui est vendue au bord de la route dans les *shack à ceviche*, mais c’est clair que vous êtes plus loin, alors moins d’offre sans doute… Les prix sont encore plus élevés que 200$ la nuit dans le coin d’Escalera/Dominical pour des maison de luxe. C’est malade.
    Moi aussi, je me souviens que mis à part les fruits locaux, le reste des produits frais était très peu savoureux… On en a mangé des bananes, papayes, ananas, noix de coco!! Une chance qu’on était frugivores à l’époque!

    • J’aurais bien voulu visiter Ojochal mais on a laissé faire… je me suis fait dire que ce n’est pas très commode sans auto! Il y a des shacks à ceviche mais je ne suis pas fan : il y a trop de liquide à mon goût! Mais c’est bon quand même… juste moins que la nôtre fait maison 😉
      Chaque fois qu’on savoure des papayes fraiches cueillies, des noix de coco ou des bananes, on se dit qu’on s’en ennuiera vraiment!!!

Laisser un commentaire