Le départ approche

Quand tu achètes un carton d’oeufs et que la date de péremption étampée sur chacun des oeufs en rose est après la date prévue de ton départ, c’est qu’il s’en vient vite, le départ.

Date prévue : 1er novembre 2016.
Dans 33 jours très exactement au moment d’écrire ces lignes (regardez le décompte dans la colonne de droite!)

Date de retour : 30 juin 2018.
Oui, 2018. Au risque d’en faire sursauter (ou pleurer) quelques-uns (quelques-unes, plutôt).

Entre les deux, on ne sait pas exactement encore. Aucune réservation, aucun itinéraire fixé d’avance. Des envies, des plans de fous comme de traverser la frontière avec plusieurs familles, mais rien de définitif. Se laisser guider par nos humeurs, les commentaires des gens rencontrés, les propositions.

Nous aurons 1 mois et demi pour nous rendre jusqu’à la frontière entre le Texas et le Mexique près de McAllen. Ça laisse peu de temps pour visiter des états. Même visiter un seul état nous prendrait plus de temps que ça. Coudonc, nous le ferons vite, contrairement à nos habitudes. La mer m’appelle déjà. J’ai les blues de l’automne. Ces derniers jours, je me demandais pourquoi mon moral était hum… disons, fragile, pour ne pas le froisser, j’ai compris lorsque j’ai vu la montagne changer de couleurs. Je le sais depuis longtemps, je fais partie de la statistique : 1 personne sur 5 est affectée par la baisse de l’ensoleillement. Voilà une autre bonne raison de partir vers le soleil!

La préparation du départ

Quand tu commences à faire des listes de choses à faire et des listes de listes, le stress (ou est-ce de l’excitation?) monte d’un cran.

Je révise la liste préparée avant notre retour dans la belle province : “choses à faire au Québec durant l’été”. J’ai bien tout coché là-dessus? Non. Mais l’été est terminée elle!!!! Maudite procrastination!
Grande respiration par le nez.
Nous avons bien profité de l’été, voilà tout. L’été passe vite au Québec, voilà tout. Tu parles… déjà les couleurs de l’automne… pfff!!!

  • Prendre rendez-vous chez le dentiste. Bon, il ne pratique plus notre super dentiste non-interventionniste philosophe que j’aimais tellement que j’étais prête à braver les rues étroites et congestionnées de Parc-Extension pour m’y rendre! Il s’en passe des choses en un an!
    Ajouter sur la liste “to-do avant départ” : trouver un nouveau super dentiste. Note mentale : me contenter d’un dentiste juste correct.
  • Trouver un garage qui accepte de prendre notre motorisé et qui ne coûte pas la peau des fesses. Ça existe?
    Nous avons finalement trouvé après quelques appels. Ce n’est qu’une fois le motorisé ne touchant plus par terre que j’ai réalisé que nous avons été drôlement chanceux qu’ils acceptent de le réparer : il entre à peine dans leur garage, le lift est à peine assez large pour accueillir les roues arrières et, normalement, il devrait prendre comme charge que 12 000 livres… ce que doit bien peser le nôtre lorsque toute notre vie y est.
    1-20160927_151426600$ de moins en poche. Un crochet de plus sur la liste.
    Rien de grave, par chance. On aurait bien pu avoir un montant à 4 chiffres sur la facture selon leur estimation préliminaire…  mais le garagiste nous vantant les mécanos mexicains, on s’est dit qu’on ne sera pas mal pris une fois rendus là-bas. Puis, rien n’était urgent. Il est en forme notre motorisé vieux de 15 ans!
  • Finaliser tous les petits irritants dans notre maison sur roues. Le robinet qui fuit, le projet de tableau noir, le silicone tout autour pour empêcher d’autres infiltrations d’eau de se produire. Etc etc etc.
  • Et les enfants? Ils auront de quoi satisfaire leur curiosité intellectuelle durant le voyage? Télécharger des activités au cas où, choisir des livres à mettre sur la liseuse, choisir des cahiers d’exercices, regarder la carte. Leçon de géographie.
    On s’en va où les enfants? Au Mexiiiiiique! Il est où? Hum… non, ça c’est le Costa Rica, ce serait bien aussi non? Moi aussi j’aimerais ça m’y rendre. On verra.800px-north_america_satellite_orthographic
  • Le Mexique. J’y connais pas grand chose au Mexique, moi! Ajouter à la liste : lire sur notre (nos!) destination (S). Qu’est-ce qu’on veut faire? Comment rencontrer les Mexicains? Où trouver des projets intéressants pour y apporter notre contribution?
  • Et l’espagnol que je n’ai pas parlé sérieusement depuis près de 15 ans. Ajouter à la liste : rafraîchir ma base d’espagnol. Mes anciennes notes de cours (les seules que j’aie gardé!) et Duolingo à la rescousse!
  • Le trajet!! J’ai les cartes. C’est déjà ça. Et un livre sur les campings au Mexique. Bon, il faut aussi constater que nous avons fait du chemin dans la préparation de ce voyage 😉 

Nous sommes nomades depuis plus de 10 mois maintenant (regardez dans la colonne de droite : j’y ai aussi mis le calcul exact des jours depuis notre « premier » départ). Et, malgré le temps qui passe, je vis encore nos itinérances comme des départs. Des petits et, parfois, des plus gros. 

Nous avons nécessairement acquis de l’expérience. Notre voyage de l’hiver dernier en Floride était là pour ça : nous faire la main. N’empêche, il nous reste toujours un fond de questionnements, lié à l’inconnu du voyage. C’est la beauté de la chose. Nous remettre en question, nous “shaker” un peu, nous faire vivre des montagnes russes.

Bon, je vais aller faire du Duolingo moi.
¡Hasta la próxima!


Mission accomplie! 🙂

duolingo

3 réflexions sur “Le départ approche

  1. Merci pour le lien du Duolingo ! On part à Cuba dans 1 mois et ça va être pratique de réviser un peu. Je vous souhaite de beaux préparatifs et un magnifique mois d’octobre ensoleillé 🙂

Laisser un commentaire