Péninsule St-Joseph (du 3 au 10 avril)

Le golfe du Mexique a belle réputation avec plusieurs plages de sable blanc, une eau calme et limpide. Charlotte avait bien hâte de pouvoir nager dans la mer avec ses flotteurs! Elle n’aime pas tellement les vagues, elle est plutôt du type eau calme et limpide. Les sources : parfaites pour elle. Mais Léo lui, était bien déçu de savoir que les vagues ne le transporteraient probablement pas sur son bodysurf! Dur dur de satisfaire les deux. Moi, pour tout vous dire, je n’avais pas espoir qu’ils réussissent à entrer dans une eau aussi froide que 62F alors, dans ma tête, le débat vague-pas-vague n’avait pas lieu d’être.

Mais, à Cape San Blas, où se trouve le parc et la péninsule St-Joseph, il vente. Fort. Tout le temps. Alors des vagues, il y en a. Même si elles n’ont pas autant d’envergure que du côté Atlantique, c’est trop pour Charlotte qui entre dans l’eau jusqu’aux genoux seulement ou un peu plus si nous y sommes mais elle a définitivement moins de plaisir que Léo qui, lui, a été ravi d’essayer ça ces vagues-là! Et moi, vous l’aurez compris, mon intuition d’eau trop froide pour se baigner, c’est seulement à moi qu’elle s’applique… à part quand je prends la peine de mettre mon wetsuit, là je peux supporter un peu le 62F!

On trouve de petits mollusques sous le sable près près de l'eau : coquina. Avec leurs deux antennes qui sortent, ils sont vraiment comiques.

On trouve de petits mollusques sous le sable près de l’eau : coquina. Avec leurs deux antennes qui sortent, ils sont vraiment comiques. Puis, ils s’enterrent dans le sable dès que l’eau arrive pour le ramollir… des heures et des heures de plaisir j’vous dis!

Au moins, il n’y a pas de marée rouge qui nous y attendait! Cette efflorescence algale qui a frappé le golfe en plein mois de février lorsque nous étions à Oscar-Sherer State Park. Contrairement à ce moment-là, nous en profitons cette fois-ci! En plus, il fait plus chaud… c’est le printemps! Les journées sont longues.

D'un côté, le lever du soleil...

D’un côté, le lever du soleil…

Et de l'autre, le coucher!

Et de l’autre, le coucher!

Le soleil se couche à 20h et des poussières. C’est magnifique! Un coucher de soleil sur la mer donne toujours de superbes couchers de soleil… quand ce n’est pas trop nuageux bien sûr!

Fait cocasse : le fuseau horaire change à quelques km d’ici mais, puisque nous sommes sur une péninsule et que les GPS ne doivent pas en tenir compte, nos téléphones et ordinateurs n’arrêtent pas de changer d’heure. Nous revenons sur nos pas dans le parc et hop, on gagne une heure. On revient au camping et hop! on perd une heure. Je suis toujours en train de me demander si l’heure que je vois est la bonne! Nous avons manqué le coucher du soleil deux fois à cause de cette confusion! Conséquemment, les enfants se couchent plus tard qu’on pense. Et c’est là que la chanson de Fred Pellerin que nous aimons tant nous revient en tête : Y’est toujours plus tard qu’on pense!

La péninsule est à l’heure de l’est (le même fuseau qu’au Québec) mais, plus à l’ouest à partir de Mexico Beach, c’est le fuseau horaire central qui prend le relai.

En étant sur une péninsule, nous sommes entourés par la mer. Nous avons exploré la baie qui se trouve du côté nord une journée où il y avait très peu de vent. Habituellement, cette baie est utilisée par des gens qui font du kytesurf : du surf tiré par un énorme cerf-volant. Ça l’air ben l’fun mais on considérait que ce n’était pas vraiment la place pour nous puisque le vent semblait assez fort par là! Par chance qu’on a fait le détour, de belles découvertes nous y attendaient : des limules et des limaces de mer, échoués malheureusement… des oursins et des étoiles de mer, bien vivants ceux-là! Une eau limpide et calme, vu le peu de vent. Plein de vie à observer! Charlotte était contente mais elle trouve encore l’eau trop salée…

6-DSCF0276

Eau peu profonde, calme et limpide, parfaite pour observer les poissons et… pour Charlotte!

7-DSCF0300

C’est Charlotte qui l’a vu en premier… notre observatrice! C’est Léo qui l’a pris en premier… notre aventurier!

Tellement de limules mortes sur la plage... pourquoi? Ça reste un mystère. Même chose pour les limaces de mer, ils devaient bien y en avoir une quarantaine! Un changement du courant les a transporté sur le bord j'imagine. Dommage. Nous n'avons encore jamais vu ces animaux marins vivants! Ça nous donne le goût de faire de la plongée ou du snorkeling!

Tellement de limules mortes sur la plage… pourquoi? On ne peut qu’émettre des hypothèses. Même chose pour les limaces de mer, ils devaient bien y en avoir une quarantaine!
Un changement du courant les a transporté sur le bord j’imagine.
Dommage.
Nous n’avons encore jamais vu ces animaux marins vivants! Ça nous donne le goût de faire de la plongée ou du snorkeling!

C’est aussi arrivé de voir le golfe calme, comme une mer d’huile qu’ils disent. La comparaison ne rend pas hommage à la beauté de l’endroit puisqu’une mer d’huile, ça doit être laid et décourageant 😉 Mais vous voyez le genre : lisse et luisante. À chaque fois que le vent se calmait, nous pouvions apercevoir un petit groupe de dauphins sauter! Ah… je vous l’ai déjà dit ce qui nous manque durant ce voyage en Floride?? Un bateau!

Nous avons tellement aimé l’endroit (malgré notre manque de bateau) que nous avons décidé de prolonger notre réservation pour pouvoir y rester quelques nuits de plus. C’était complet mais, en rafraîchissant frénétiquement la page de réservations du parc, je suis tombée sur une annulation. La vie fait bien les choses!

Nous sommes arrivés à notre camping des prochains jours cet après-midi : St. Andrews State Park, toujours près du golfe, où un ami de longue date, qui habite maintenant au Tennessee, nous attendait 🙂

Une danse sur la plage au coucher du soleil. C'est beau la vie!

Une danse sur la plage au coucher du soleil. C’est beau la vie!

Une réflexion sur “Péninsule St-Joseph (du 3 au 10 avril)

Laisser un commentaire