Petites crosses d’ici et d’ailleurs

Je me suis fait avoir, mais ce n’est pas la première fois.

Un gars en sortant de la station de métro à Washington me tend une brochure des musées gratuits, il m’explique où ils sont, leurs programmes, etc. Je me dis que c’est vraiment bien, en plus d’avoir des musées gratuits, ils accueillent les touristes et les guident! Puis, il me dit qu’il ramasse des fonds pour les sans abris, etc…

Je lui donne vite quelques dollars tant je suis dans un bon état d’esprit…  puis je me rends compte que c’est un sans abris qui a ramassé les dépliants que je peux trouver partout et qui s’en sert pour amadouer les touristes. Truc classique, et bien exécuté.

Ça m’énerve de m’être fait avoir comme un débutant et ça me trotte en tête un bon bout de temps, Méli me secoue un peu: c’est juste quelques dollars, tant mieux si on a aidé un sans-abris et il faut profiter de cette journée. C’est vrai, bien raison, mais ça m’énerve vraiment de ne pas m’en être rendu compte à temps bon.

Ça me fait réfléchir et penser à une autre crosse que j’hésitais encore à raconter mais ça va faire du bien…

Notre motorisé devenu notre nouvelle maison nous a été vendu par un vieux bonhomme vraiment sympathique. Il nous a fait confiance tout de suite, nous a laissé les clés de son véhicule et nous a dit d’aller l’essayer, sans lui. Peu importe où.

Tout avait l’air bien et cette opportunité nous permettait d’avoir un modèle pas mal plus récent que ce que l’on pensait acheter. Il faut aussi dire que le temps pressait pour nous, nous devions libérer la maison rapidement et le motorisé européen que nous pensions acheter nous semblait une option trop incertaine et coûteuse. Bref, il fallait agir rapidement car, 3 semaines après, nous n’aurions plus de maison!

Alors, ce vieux bonhomme super sympathique s’est rendu avec son motorisé à vendre tout près d’où nous étions pour que nous puissions l’essayer. Tout avait l’air bien, sauf l’odeur de pipe assez forte (mais on s’est dit que l’on en viendrait à bout et ça sentait tout de même moins pire que la cigarette), j’ai même fait les tests de diagnostique du moteur avec un bidule électronique et tout était bon.

On prend notre décision cette fin de semaine là : on l’achète. On prend rendez-vous avec lui pour le lundi suivant. Ce matin-là, tout va bien pour la transaction à St-Lambert où il a fixé notre rencontre. SAAQ, caisse, assurance. Voilà, nous sommes propriétaires d’un motorisé!

 

 

Capture d’écran 2015-12-14 à 23.34.56

Juste avant de se rendre compte des problèmes

 

Mais, une fois rendu à la maison, on a enlevé tous les coussins, rideaux et matelas. On s’est vite rendu compte que la capucine (le lit en haut du conducteur) était complètement pourrie.

Capucine touuuuuute pourrie. Comment ça qu'on s'en est pas rendu compte avant @&*@%$ ??!!!?

Capucine touuuuuute pourrie. Comment ça qu’on s’en est pas rendu compte avant @&*@%$ ??!!!?

Oui, quelques gros mots ont été prononcés à ce moment.

Il faut dire que nous n’avions pas fait d’inspection, c’était pas vraiment possible dans le temps que nous avions, les commerces de motorisés que nous avions contactés étaient complet jusqu’au printemps, les garages traitant des camions étaient aussi complets à cause de la saison des changements de pneus et, de toute façon, ils n’inspectaient que les aspects mécaniques moteur.

Bien sûr, nous avons pensé à contacter le monsieur tellement sympathique, croyant à sa bonne foi. Mais, ô surprise, il ne répondait plus à son téléphone maintenant. On a aussi compris que certaines choses qu’il nous avait promis ne nous arriveraient jamais comme l’auvent pour le motorisé et autres items utiles comme un crique pour réparer une crevaison.

Finalement, on s’est rendu compte qu’il avait assez bien prévu son coup, comme il s’est toujours rendu vers nous, nous n’avions pas son adresse et finalement, pas de moyen de contact à part son numéro de téléphone maintenant sans réponse.

Puis en rétrospective, c’était bien facile de se dire qu’il y avait pas mal de signes. Par exemple, quelqu’un qui vous dit: « Je ne vous fourrerais pas, une p’tite famille, pis j’suis pas d’même moi, à mon âge, j’ai pas besoin de t’ça! »

Bref, quelqu’un qui dit qu’il ne va pas vous en passer une petite vite est probablement en train de le faire.

En tout cas, nous n’avons pas eu vraiment le temps de creuser pour retrouver le crosseur en question (il s’appelle Yves Loiselle de Sorel en passant si jamais quelqu’un le connaît) et de penser à l’amener aux petites créances, attendre des mois,  des années, faire exécuter le jugement ??? Ben non, Méli me ramène sur terre:  il nous reste 21 jours et plus de maison. On va faire avec et réparer ça. « Tu es bon toi Alex en plus pour tout réparer. »

J’ai tout arraché la pourriture, Méli m’a trouvé le métal pour recouvrir le nouveau bois, je me suis improvisé réparateur de motorisé en pleine rue de notre petit quartier de Montréal (merci pour la patience et l’aide de nos voisins d’ailleurs).

Toute cette histoire pour dire qu’on a une nouvelle méthode pour les prochains gros achats. Minimum: savoir où la personne habite. On va aussi essayer de prendre plus notre temps pour les grosses transactions (remarque pas de promesse, ça toujours été comme ça pour nous… ça se fait vite).

Et puis somme toute on s’en est sortie pas si mal dans cette histoire. Maintenant, la construction et la réparation de notre motorisé ne me fait plus peur. Amenez-en des défis! Ça n’a pris que quelques jours de plus et quelques centaines de dollars.

Et comme disais notre amie et ancienne voisine Mylène à un moment où j’avais vraiment besoin d’être remonté: « Il faut voir ces expériences dans leur ensemble, on fait confiance à des centaines de gens et on a des tonnes de bonnes surprises dans notre vie, il faut prendre ça aussi en compte et continuer à faire confiance même si parfois on est déçu. »

On se rappelle plus facilement des crosseurs que de tous les gens merveilleux croisés sur notre route.
On peut faire autrement.

¡Adelante!

 

PS : Merci à Sylvain Lirette qui m’a donné la motivation d’écrire ce soir après la grosse journée de conduite et de gestion d’enfants tannés de la grosse journée de route. 🙂

Une réflexion sur “Petites crosses d’ici et d’ailleurs

  1. C’est humble, mais surtout très généreux de ta part, de nous partager ton expérience. Cela nous évitera sûrement de se faire prendre lors de nos prochains achats. Merci!

Répondre à Sébastien Annuler la réponse.