Puerto Viejo de Talamanca

Trois semaines depuis notre retour!

Ces photos sont déjà sur Facebook depuis longtemps mais je n’ai jamais pris le temps de les mettre sur le blog alors voilà, je reprends le retard pour ceux (les rares! mais j’en connais au moins deux 😉 ) qui ne nous suivent pas sur Facebook!!
***
Puerto Viejo en photos accompagnées de mes commentaires!
En bref, nous avons adoré notre séjour sur la côte Atlantique du Costa Rica! Un coup de coeur <3
Difficile de partir…
Toute la famille était enrhumée, le virus a sauté de l’un à l’autre.
Nos derniers jours au Costa Rica ont donc été sous le signe du repos. MAIS j’avais tout de même fait le tour de nos plus belles photos… mélancolique avant l’heure peut-être!

Après un trajet rocambolesque à partir de la Baie des Dauphins où nous séjournions depuis 5 semaines, empruntant un water-taxi de la maison aux moustiques vers Bocas, puis un deuxième water-taxi de Bocas vers Almirante, puis un mini-bus, nous sommes finalement arrivés à la frontière du Costa Rica. Traverser une frontière terrestre, à pied, ça aussi c’est plutôt comique. L’ancien pont, qu’on voit sur la gauche, était encore utilisé jusqu’à tout récemment. Je m’attendais d’ailleurs à avoir à le traverser : un pont ferroviaire, rouillé, où les piétons partageaient la voie à sens unique avec des camions 10 roues. Faut avouer que ce nouveau pont est tout de même plus sécurisant… même si c’est un pont temporaire en attendant la construction du « vrai de vrai » pont qui sera peut-être là à votre prochaine visite 😉 En tout cas, aucun souçi à la frontière comme tel! Mais en regardant notre trajet à multiples moyens de transport, je me demandais vraiment avant de quitter ce qui pourrait bien mal tourner 😉

Frontière du Costa Rica! Après ça, un autre mini-bus nous attendait. Caraibe Shuttle, super service que je recommande à tous. Et oui, il y a des femmes et des enfants qui travaillent très fort pour gagner leur vie… que transportent-ils?

Il y a des chiens partout en Amérique Latine. En arrivant dans la petite maison que nous avions loué, on s’était fait dire que les chiens étaient interdits alors on se disait que ça allait être la première fois qu’il n’y avait pas de chien dans « notre maison ». Mais non! La voisine avait commencé à nourrir un petit chiot errant avant notre arrivée pour le plus grand plaisir des enfants. Hima a fait partie de notre famille durant un mois… dans les derniers jours avant notre départ, il a disparu toutefois :'(

Nous l’avions croisé lors de notre séjour au même endroit il y a 8 ans lorsque Léo avait 9 mois 🙂 Il n’a pas changé, nous l’avons reconnu tout de suite,… il y a neuf ans, il nous avait aussi vendu son genre de pudding au lait avec grains de maïs hyper sucré. C’était comme un voyage dans le temps pour notre première journée à Puerto Viejo! Nous l’avons croisé plusieurs fois dans le village mais seulement ce jour-là qu’il vendait son pudding. Étrange coïncidence… c’est une des choses que je voulais goûter à nouveau au Costa Rica 😉

Des chiens partout. Pour notre plus grand plaisir, des chiots aussi!!! <3 Comment résister! On a pensé plus d’une fois en ramener un!!!

Un de nos petits (grands!) plaisirs. Observer le minuscule…

Les arbres gigantesques dans le chemin vers la maison que nous avions loué. Maison avec un petit jardin fleuri où des colibris venaient nous rendre visite à tout moment de la journée, des papillons de toutes les couleurs, des libellules, des lézards… tout plein de bestioles qui vont aussi nous manquer!

En pleine observation. Est-ce la fois où il avait trouvé un bébé murène caché dans une petite cavité? Le minuscule est captivant!

Nos modules de jeux préférés.

Un paresseux à cinq doigts 😉

Plage à 10 minutes de marche de notre chez nous temporaire. Magnifique et pas stressante pour les parents puisqu’il y a des récifs un peu plus au large qui forme des piscines d’eau salée où les vagues sont très légères tout en ayant assez profond d’eau pour que les enfants y fassent toutes leurs acrobaties. Même des poissons y venaient. Génial!

Une petite bassine peu profonde celle-là où nous observions le vivant microscopique et minuscule.

Des chiens partout j’vous dis!

Ça nous a fait beaucoup penser à notre trip en voilier d’en voir un tristement échoué là sur le récif. 🙁 C’est une vie périlleuse sur la mer. Je suis contente d’y avoir goûté, même si peu. Je suis contente que ce soit terminée aussi… Quelle est l’histoire de celui-ci et des gens qui l’ont navigué?

Un chien dans un hamac… et il adorait ça. Ils sont tellement affectueux et gentils les chiens au Costa Rica! Ils se doivent de l’être pour survivre j’imagine… c’est maintenant dans leur génétique! Gentil = nourriture.

 

Golden Orb. Au fil le plus fort au monde. Son fil a des teintes dorées qu’on peut parfois voir sur sa toile mais encore mieux si on colle plusieurs fils ensemble. Oui! fait vécu, malgré nos protestations, Alex a volé du fil dans une toile d’araignée pour tester sa force et voir sa couleur. Résultat : le fil une fois plié sur lui-même 4-5 fois est vraiment fort et est vraiment doré. De là son nom : Golden Orb! Mignonne comme tout. Les plus gros spécimens qu’on a vu devaient bien faire 10 cm d’envergure de bout de patte à bout de patte.

Ça me faisait toujours drôle de taper ce chiffre au guichet… 160 000. Hum.

Quand il fait chaud, il fait chaud. Et tu ne veux pas toucher à du noir après qu’il ait fait TRÈS chaud. Exactement comme nous quand on met du carton dans nos parebrises pour qu’on puisse aller travailler le lendemain d’une tempête de verglas. Hum… NOT!

Coucher du soleil magnifique à notre plage préférée! Le soleil se cache derrière la péninsule vers Cahuita où nous irons marcher le lendemain… Prochaines photos!

Au parc sur la pointe à Cahuita. Magnifique jungle près d’une magnifique plage…. La nature ne sait pas quoi faire de tes poubelles, toi oui.

Un des plus beaux!

Des grands arbres et de la vie tout autour.

Demoiselle.

Capucins pas gênés.

Même des râtons laveurs!

Ils venaient proches. Vraiment proches. Trop proches. Elle (la fille) a ensuite sorti un petit sachet de bouffe de son sac rayé… devinez ce qui s’est passé? Le petit tannant a sauté sur le sac rayé, elle avait beau secouer son sac dans tous les sens, il restait bien accroché! Elle a fini par lancer son sac par terre, le singe, secoué, a laché prise puis elle a pu reprendre son sac avant de partir en courant.

Et voilà le malfaiteur et les gens partant en courant. 😛 Pas fine fine, je riais un peu je l’avoue. Pas vite vite, je n’ai pas pensé filmer ça! Épique!

Un autre a réussi son coup plus loin! Un cri paniqué, des singes courant et hop! un paquet de biscuits en main! Vilains vilains.

En avoir plein les mains. Biscuits.

Un caucus!

La pointe de Cahuita. Chaud chaud chaud. Beau beau beau. Faire le plein de soleil.

Un arbre fâché. Le voyez-vous?

Un autre petit capucin qui tente de manger une fleur rouge.

Ah! Morpho morpho, comme je m’ennuierai de ne plus voir tes éclats à chaque battement d’ailes! Première fois qu’on en voyait un posé comme ça.

Léo a réussi à s’approcher très proche de notre tas de compost ET du morpho!

Cette barge est là depuis des temps immémoriaux à ce qu’on dit! En tout cas, elle y était il y a 8 ans! Des pécheurs y montent pour y lancer leur fillet. Ils sont là qu’au coucher du soleil. Ils pêchent de petits poissons pour en faire des appâts pour le lendemain matin je suppose. Cette plage est de sable noir comme du charbon. Périlleux d’y aller en plein soleil! Outch! Sable magnétique. Nous en rapportons! Nous ne rapportons pas beaucoup de souvenirs mais je sens que ce sable sera un ingrédient de plusieurs expériences à venir…

Léo aura 9 ans le lendemain de notre arrivée au Québec. Il a bien grandit notre beau garçon! Je t’aime! <3

Hé ouais… on s’est fait prendre à la pluie comme des débutants 😉 Comme si ça ne faisait pas 8 mois qu’on était en Amérique Latine! La saison des pluies était censée être finie qu’ils disaient! Mais non… pas de ce côté-ci du Costa Rica : sur le bord de l’Atlantique, même durant la saison sèche, il pleut. Attention aux vêtements qui pourrissent sur place sur la corde à linge!! 🙂

Construction de chemin de balle de sable. Léo a trouvé le moyen de poursuivre sa passion pour les chemins de billes! Sans bille et sans plastique. Il se fait même des plans le soir pour tester de nouvelles idées le lendemain (la feuille blanche dans le sable!!). Beaucoup de gens ont observés avec curiosité les balles parcourir ces chemins 😉 Je vous mettrai un vidéo!

La pluie quittait la péninsule est les rayons se pointaient… ils semblaient pleuvoir encore plus sur la péninsule que sur nous!

Une laveuse typique! J’étais bien contente de pouvoir les tester! Je les avais déjà vu mais jamais essayer. Bon alors, je vous explique : on ajoute l’eau au boyau, oui il faut surveiller nous-mêmes le niveau. Après, on ajuste le premier levier là pour dire : lavage. Puis la première roulette pour donner le temps du lavage (0 à 15 minutes) puis la deuxième roulette pour la force du lavage (doux ou fort). La quatrième roulette quand le temps de lavage est terminé pour dire : drainage (ah oui! Ne pas oublier d’ajuster cette roulette quand on veut remplir d’eau le bassin sinon l’eau se videra à mesure, savon inclus. Fait vécu.) Et finalement… prochaine photo!

La centrifugeuse! Une fois l’eau drainée, on transfère les morceaux de vêtements dans l’autre récipient en n’en mettant pas trop et en tâchant de bien équilibrer le tout, et on ajuste la dernière (mais non la moindre!) roulette avec le temps d’essorage voulu (0 à 6 minutes!). Puis, on recommence pour le rinçage. J’ai bien apprécié cette expérience et ça ne fait aucun doute que ça m’a aussi fait réaliser à quel point nous sommes chanceux (OUI! VRAIMENT chanceux!) d’avoir des machines automatique pré-programmées qui pensent à toutes ces étapes pour nous. Bravo Monsieur Maytag.

Un de nos amis préférés!!!!

Les observer, les attraper, les relâcher sur notre feuille de « libération » comme on l’appelait, les observer encore. Répéter.

Elle a passé le tier de sa vie en voyage. Le TIER. Elle a hâte d’avoir une maison, de jouer aux legos et d’avoir des amies de fille moins batailleuses que son grand frère. Elle est douce et colérique parfois aussi comme peut l’être sa maman. Elle est cajoleuse et pleine d’empathie pour les petites bestioles. Je t’aime <3

Majestueuse jungle tout autour de nous. Je t’aime et j’irai dans des serres du Jardin Botanique pour me rappeler ton odeur.

Des plantes de toutes sortes grimpent sur les arbres.

On trouvait parfois des nids aussi dans la jungle!

MegaSuper! Un magasin où on trouvait presque tout, à meilleur prix qu’ailleurs. Pour le reste, il y avait d’autres magasins où on trouvait encore plus de produits importés (du beurre d’arachides et des noix!!!!!! La joie!!)

Autant que les chiens, les vautours font partie du paysage ici.

Jaguar Rescue Center. Nous y étions venus il y a 8 ans. J’avais peut-être trop d’attente… la visite il y a huit ans était définivement plus intéressante. Nous avions pu y passer le temps que nous voulions, rêvassant en observant les animaux en quasi liberté près de nous. Maintenant, ce sont des tours guidés à durée fixe (nous aimons glander en observant les animaux loooooongtemps). Nous étions une quarantaine avec une guide française bénévole qui, malgré le coût d’entrée de 20$, nous demandait un pourboire à la sortie. Il doit passer par là pas moins de 300 personnes par jour (beaucoup de groupes de 10-15 anglophones étaient là en même temps que nous et ils ont 3 horaires de visites guidées par jour). Ils doivent générer assez de revenus pour payer pour les soins des animaux et leurs guides, non? Je ne suis pas d’accord avec ce que ce centre est devenu, malgré tout le bon travail qu’ils font pour les animaux. Des animaux blessés par les autos ou électrocutés par les fils électriques sans protection. Ils les remettent en nature! Bravo! Mais pour une expérience agréable, on repassera.

Au Jaguar Rescue Center il y a 8 ans… une toute autre expérience nous attendait en 2018!

Si près… mais on ne peut pas se plaindre, des paresseux, on en a vu de plus près encore cette fois-ci. Contente que leur nature profonde soit mieux respectée au Jaguar Rescue Center par contre!!! ET qu’ils soient un jour relâché dans la vraie vie…

Une feuille de cacaoyier! Charlotte était bien contente de l’avoir trouvé, connaissant mon amour pour cet arbre et ses fruits 😉

Observer le minuscule… prochaine photo!

Et hop, il a trouvé plein de petits oeufs qui sont devenus des larves grises (?) qui ont été découvertes le lendemain par des fourmis venus les capturer par centaine! C’est aussi ça la vie. Remarquer les pics de la plante, pas très invitant.

Cocotier. Un autre grand amour qui nous manquera.

Des chiens partout! De toutes les sortes. Mais toujours gentils.

Des chiens qui fouillent partout. Même dans la tour creusée du château de sable de Charlotte et Léo! Il pensait sûrement y faire une grande découverte… toujours à la recherche de nourriture, malgré leur collier, ils ne doivent pas recevoir suffisamment à manger.

Vautours attendant leur tour.

Observer le minuscule. Une plage qui était remplie de ces petites bassines et avec des arbres pas trop loin donc, de l’ombre! C’est gagnant-gagnant. Je cherche toujorus l’ombre suite à ma mésaventure allergique aux Bahamas : rien de trop fâchant c’est produit en Amérique Latine sauf une fois où j’ai eu un pas pire coup de soleil et que mes articulations m’ont fait mal le lendemain. Une ibuprofène, une alimentation saine remplie de fruits et de légumes (ce qui était difficile à faire aux Bahamas! O.o) et je me suis sentie rapidement mieux.

Un chemin dans la jungle menant à la plage Coclès, une des plages de surfeurs du coin. Nous en avons profité avec notre planche gonflable! Difficile à manier mais plus facile à transporter dans nos valises 😉

Des racines en gigantesque ruban parcourant la falaise.

Des lianes gigantesques, de tout côté, de toutes les formes.

Des pothos (cette plante quasi intuable que vous avez sûrement dans un pot chez vous) rempant partout!

Nous voilà rendu à la plage de Coclès! Avec de belles vagues. Et savez-vous ce que nous avions oublié à la maison : notre planche gonflable pour faire du simili body surf!!!! Oups… il faudra donc revenir…

Tree hugger.

Ça, on ne s’ennuiera pas de ça… transporter des bidons d’eau potable. On vous dira peut-être que l’eau est potable au Costa Rica. Que nenni. En tout cas, nous n’avons jamais bu l’eau qui sortait des puits. Peut-être si vous trouvez un endroit où il y a un système d’aqueduc alors là, vous pourrez probablement boire l’eau du robinet. N’étant pas le cas à Puerto Viejo, l’eau du puit sentant le fer (et ayant une teinte plutôt rougeâtre d’ailleurs), Alex faisait un brin d’exercices à tous les 3-4 jours pour transporter notre pitance! Nous sommes chanceux au Québec. Vraiment chanceux.

Une autre chose dont on ne s’ennuiera pas (il faut bien en nommer quelques-unes) : avoir peur de son voisin. Ils barrent tout, même la pompe à eau, même la bonbonne de gaz. Il y a des barbelés partout. Nous sommes vraiment chanceux de vivre dans un pays où nous pouvons faire confiance, où la criminalité ne nous oblige pas à nous embarrer dans une prison. Carcel con flores que certains disent : des prisons avec des fleurs. Bon là, concernant l’obligation, certains diront que ça dépend de la tolérance aux risques de chacun mais le fait est que la plupart des maisons au Costa Rica et au Panama, même chose au Chili et en Argentine (je suis prête à parier que c’est le cas partout en Amérique Latine et du sud) ont des barbelés et des barreaux aux fenêtres. Certains m’ont dit : on s’enferme dans notre maison, les voleurs sont libres dehors. Histoire vraie.

Faire le plein de soleil… avant la grisaille du Québec!!! 😉

Bien contents d’être de retour mais il y a des questionnements dans l’air! Vers quoi… ou vers où nous dirigerons-nous maintenant?
C’est à voir!

4 réflexions sur “Puerto Viejo de Talamanca

  1. Ah! Merci de nous rappeler les beaux et moins beaux côtés… À te lire et à regarder les photos, particulièrement après 3 semaines de vie dans un bus sous la neige et la pluie, le Costa Rica me fait envie… mais oui, le transport de l’eau, la peur constante… on oublie. Et ça vient vieux. Au plaisir!

    • On s’en ennuie du Costa Rica! Mais on apprécie beaucoup les avantages du Québec… et le soleil qui vient d’arriver!!!! 🙂

Laisser un commentaire