Sécurité au Costa Rica

Bien sûr, une des premières craintes de grand-maman… la sécurité.  » Et s’ils vous arrivaient quelque chose?! » Avec des enfants, la sécurité prend un tout autre sens, nous en sommes bien conscients. Il y a toute sorte d’histoires plus ou moins claires sur internet, on s’inquiète un peu, surtout quand on lit les avertissements du Gouvernement du Canada concernant le Costa Rica.

Faites preuve d’une grande prudence.
Aucun avertissement n’est en vigueur pour l’ensemble du Costa Rica. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison du taux de crimes violents de plus en plus élevé.

Ok. Ça commence bien. On lit plus loin dans le texte que des touristes canadiens ont été tués par balle, d’autres, disparus.

Les crimes violents représentent une menace importante pour les touristes et les résidents étrangers.

Sans autre précision. C’est invitant, non? Pourtant, le Costa Rica est, encore aujourd’hui, considéré comme l’un des pays les plus sécuritaires en Amérique Latine. (Cliquer pour voir la carte des taux d’homicide ou regardez la carte plus bas.) Lorsque nous y sommes allés en famille en 2010, nous faisions preuve de prudence mais nous ne nous sommes jamais sentis en danger. Par contre, un voyage de 3 semaines n’est probablement pas statistiquement probant. 😉

Taux homicide Costa Rica

Parlons donc statistique. En 2012, le taux d’homicide volontaire au Costa Rica est de 8.5 sur 100 000, soit 407 personnes qui ont trouvé la mort de façon violente. Au Panama, le seul pays d’Amérique Centrale qui ne se mérite pas l’avertissement en gras « Faites preuve d’une grande prudence » sur le site du gouvernement canadien, le taux est de 17.2 … 247 morts de plus et le pays est coté « Mesure de sécurité normale ». (Il y a tout de même un avertissement plus spécifique pour la province de Darién, près de la frontière colombienne, Colón et certains secteurs de Panama city.)

Pourquoi cette différence entre le degré de dangerosité du Panama et du Costa Rica? Difficile peurspeursde trouver la réponse juste et précise avec les informations trouvées ici et là sur le web, le gouvernement canadien n’explique pas non plus sa méthode pour ajouter l’avertissement « grande prudence » à la fiche d’un pays. Mais voici mon impression : aucun touriste canadien n’a été tué au Panama (pas selon les informations trouvées sur Internet du moins). Contrairement au Costa Rica où 3 canadiens ont été tués par balles depuis janvier 2011. C’est toujours triste lorsque quelqu’un meurt… j’en conviens! Faire preuve de prudence, reste un très bon principe, peu importe le pays où l’on se trouve. Même à Montréal! Je trouve tout de même dommage que les touristes canadiens reçoivent ce message à mon avis exagéré du gouvernement.

Je me fais parfois la réflexion suivante : et si un étranger lisait certains numéros du Journal de Montréal à des époques pas si lointaine, ça ne lui donnerait pas nécessairement envie de venir faire un tour au Québec! Par exemple, la Guerre des motards qui a fait 9 morts innocents (parmi plus d’une centaine au total), des ponts qui nous tombent sur la tête, la Grève étudiante de 2012 dont la prétendue violence aurait empêchée des touristes de venir à Montréal,… Et si on se faisait une tempête dans un verre d’eau? Donc, il faut relativiser les risques. Ce que je m’évertue de faire depuis les derniers mois. Ces trois canadiens morts au Costa Rica, qui sont-ils? Qu’est-ce qu’ils y faisaient? Voici les informations que j’ai pu trouvé… en résumé.

  • Un meurtre a eu lieu dans une maison d’un quartier huppé en banlieue de San José. L’investisseur de 42 ans a probablement été la victime choisie d’une invasion ciblée. Selon les médias, il avait de l’argent et n’hésitait pas à le montrer. Un article du Huffington Post mentionne que c’est suite à sa mort que le gouvernement canadien a ajouté cet avertissement sur leur site.
  • Mort suspecte d’un québécois récemment retraité au Costa Rica. La thèse du vol n’a pas été retenu mais un suicide semble peu probable… mystère.
  • Une dame a été tuée sur sa terre près d’un parc national où elle interdisait l’accès aux chasseurs illégaux. Plusieurs litiges entouraient apparemment cette femme qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et vivait seule.

Nous partons en famille. Nous ne posséderons pas 3 voitures de luxe. Nous n’habiterons pas dans une région éloignée sur une terre prisée par les braconniers. Leçons apprises. Au Costa Rica, comme partout ailleurs, nous prendrons de grandes, énormes, gigantesques précautions. Nous voulons apprécier une nouvelle culture, vivre différemment, dans une autre langue… évidemment, nous ne désirons pas non plus avoir peur pour nos vies et, surtout, celles de nos enfants. Les plus grands risques dont nous devrons nous méfier seront sûrement les pick-pockets (présents partout), les coups de soleil et les visites surprises de petits êtres à plusieurs pattes! On rencontre des gens qui ont vécu de belles expériences et d’autres, de moins agréables aventures au Costa Rica. Les peurs ressurgissent parfois. Est-ce que nous les laisserons s’installer??
À suivre!

 

 

Note : Données tirées du site de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime.

Laisser un commentaire