Space Coast et Keys (14 au 22 décembre 2015)

(Pour lire les dates précédentes, c’est ici.)

14 décembre

Rouler 338 km (210 miles) de Amelia Island à Port Canaveral.

Petit détour pour passer par l’information touristique de la Floride (Visitor Center), où ils nous offrent un jus d’orange et il y a plein de dépliants pour supposément nous aider à savoir où aller. Mais bof… il y a tellement de choix, je ne suis pas sûre que la méga pile de dépliants nous aidera beaucoup. Nous y trouvons tout de même une carte de la Floride où nous écrirons notre itinéraire et les « must-see ». Aussi, c’est intéressant pour les enfants de voir où nous sommes, où nous irons et avoir une meilleure idée des distances parcourues.

Nous arrivons à la ville de Port Canaveral et on arrête dans une station service pour trouver où nous dormirons. Alex aperçoit un oiseau (spatule rose ou aigrette blanche… je ne me souviens plus) atterrir derrière la station! On y court! Il y a un lac où d’autres oiseaux prennent leur temps. Assez étrange comme endroit : il y a beaucoup de lacs en Floride, dans un contexte plutôt dénaturalisé, entourés de gazon coupé ras et d’une clôture mais il semble que les oiseaux ne soient pas trop intimidés par cette nature plutôt hostile.

À côté, je remarque un autre truc étrange : je pense que c’est un module de jeux pour les enfants mais non, c’est un mini-golf. On va y faire un tour. Il y a des lézards 🙂 Et l’ensemble est assez kitsch et désuet : thématique du zoo avec des statues d’animaux défoncées, décolorées… bref, on sent que ça deviendra bientôt des condos comme partout ailleurs où on regarde.

À côté : une « beach shop ». On y trouvera certainement un ou deux trucs que je me dis! On sort de là avec un body surf board et un costume de bain (short) pour Alex. Les enfants ont été faire un tour à l’arcade, Léo a trouvé deux 25 sous qu’il a gentiment partagé avec sa soeur. Mais on ne peut pas faire grand chose avec 25 sous dans une arcade 😉 Un choix de jeu, c’est du hasard : Léo gagne 50 tickets … pas Charlotte. Il échange ses billets contre la seule affaire qu’il peut avec 50 tickets : 2 bonbons moches. La crise qu’on a eu pour 2 bonbons même pas bons! Grrrrrrrr!

On cherche un endroit où dormir dans la nature et / ou gratuitement mais non, on aboutit dans un camping près du Port Canaveral. C’est plutôt un stationnement pour RV dans la cour arrière du port où d’énormes bateaux de croisière (vraiment immenses!) viennent pour une journée. (Photos à la fin de cet article.)

Dodo : JettyPark, Port Canaveral, terrain 14. 27$.

15 décembre

Surprise au petit matin! La plage est juste à côté! C’est le principal avantage de ce camping, sans aucun doute. On va déjeuner sur la plage 🙂 Les enfants ne déjeunent pas énormément… bien trop excités à jouer dans l’eau! Elle est plus chaude, pas très chaude mais un peu plus chaude. Il y a déjà des surfers dans l’eau, il y a beaucoup d’oiseaux sur cette plage!

On y passe la journée. Je me baigne! C’est donc dire que l’eau est plus chaude.

Au souper, on se dit qu’on part ce soir-là un peu plus au sud dans l’espoir de trouver un endroit plus en nature, c’est même Léo qui le dit. Mais on se ravise, on se sent tous trop fatigués. On décide de devenir membre du site Boondockers Welcome : il y a justement un couple membre tout près, sur la Space Coast, que nous contactons via le site.

Dodo : même endroit.

Plage à Port Canaveral, une tonne d'oiseaux en ce tôt matin.

Plage à Port Canaveral, une tonne d’oiseaux en ce tôt matin.

Aussi lève-tôt que les surfeurs. Charlotte se pratique à monter sur la planche!

Aussi lève-tôt que les surfeurs. Charlotte se pratique à monter sur la planche!

Elle joue qu'elle a un chien et qu'elle le promène en laisse ;) À chaque fois qu'elle en a l'occasion, elle nous fait penser à ce chien qu'elle aimerait tant avoir. Mais c'est définitif, pas tant que nous viverons dans un motorisé...

Elle joue qu’elle a un chien et qu’elle le promène en laisse 😉 À chaque fois qu’elle en a l’occasion, elle nous fait penser à ce chien qu’elle aimerait tant avoir. Mais c’est définitif, pas tant que nous viverons dans un motorisé…

Surf in USA!

Surf in USA!

16 décembre

Ça fonctionne pour le boondock! Nous y dormirons ce soir même.

On se rend sur la plage près du port. Il y a beaucoup de poissons morts. On apprend plus tard que ce n’est pas habituel : il doit y avoir un virus chez cette sorte de poissons, même les mouettes n’en veulent pas.

Ensuite, courses au WinnDixie, une épicerie que nous avons déjà croisés sur notre chemin à Amelia Island, et autres magasins à côté dont le Ron Jon surf shop mais, avant d’acheter un surf neuf, on préfère essayer d’en trouver un usagé (pas très surprenant venant de nous 😉 ). En sortant du magasin, un monsieur en vélo nous approche pour donner des balles de tennis aux enfants. Nous lui demandons où nous pourrions trouver une planche de surf usagé : il nous parle d’un Pawn shop pas très loin. En effet, ils ont ce que nous cherchons à un tiers du prix.

Dodo : à Satellite Beach (il y a comme un concept… nous sommes sur la Space Coast, près de Cape Canaveral où des navettes spatiales sont lancées par la NASA 😉 ) chez Christal et Burt qui sont très sympathiques.

Florida 2015 avec plage pleine de poissons morts. C'est plutôt une blague puisque ce n'est tout de même pas si mal que ça ;) Quelques poissons, on est prêt à endurer pire que ça.

Florida 2015 avec plage pleine de poissons morts. C’est plutôt une blague puisque ce n’est tout de même pas si mal que ça 😉 Quelques poissons, on est prêt à endurer pire que ça.

 

17 décembre

Journée à la plage. Peau rougie par le soleil. Alex se fait du fun avec sa nouvelle planche, moi je m’amuse en masse avec le body surf, c’est bien assez de challenge pour moi. On fait l’école sur le sable : dictées de mots et fabrication de formes dans le sable, . On parle à une autre famille en voyage (du Michigan) qui font aussi le home schooling. Les enfants jouent avec leurs enfants (5 dont un couple jumeau/jumelle de 4 ans) et ils tentent de communiquer.

Une autre visite au Walmart : les enfants font bien ça pour une fois, pas de courses dans les allées 😛 Je n’aime pas particulièrement ce magasin mais nous admettons qu’il a un côté drôlement pratique : on peut trouver de tout. Nous avons parfois besoin de pièces pour réparer le motorisé ou faire quelques améliorations (cette fois-ci, nous avions envie d’avoir un ventilateur qui se branche dans les prises auto (12V) pour un peu plus de fraîcheur), de morceaux de vêtements,… et nous pouvons acheter ceci tout en faisant une petite épicerie. Très pratique! Il y a un peu de choix dans la bouffe bio alors, on achète plutôt ça.

Nous avions rendez-vous pour un chat video avec grand-maman Marielle et nos anciennes voisines!

Les enfants sont crevés, ça ne va pas vraiment bien. On se reprendra! C’est quand même bien de les voir toutes les 5!

On discute avec nos hôtes, des voyageurs de longue date. Ils ont vécu neuf ans sur un voilier et ont fait ensuite du bateau plusieurs années dans les Caraïbes avant de s’acheter un petit RV (Sprinter) pour leurs voyages annuels.

Notre peau est rouge! J’ai vu de l’aloès ce matin près du canal : Alex va en chercher une branche. Les enfants ne sont pas très contents que je leur étende de la glue sur la peau mais, ils se rendent compte bien vite que ça soulage!

Booking de 5 nuits aux Keys pour Noël! Yé! Je regardais tous les jours sur le site de réservation en espérant une annulation tardive, c’est arrivé! En plus, ça tombe bien puisque nous réservons du 20 au 25 décembre donc nous serons encore sur la Space coast lors du prochain lancement de fusée à Cape Canaveral!

C’est sur la bucket list d’Alex de voir un lancement de fusée.

Dodo : Christal et Burt.

Le plant d'aloès, à deux pas de la maison qui nous prête son bout de trottoir pour nous stationner, qui nous servira à soulager notre peau.

Le plant d’aloès, à deux pas de la maison qui nous prête son bout de trottoir pour nous stationner, qui nous servira à soulager notre peau.

Autre plage de la Space Coast à Satellite Beach : un bon endroit pour le surf. Ils sont prêts!

Autre plage de la Space Coast à Satellite Beach : un bon endroit pour le surf. Ils sont prêts!

Surfeurs, prêts? Partez!

Surfeurs, prêts? Partez!

Regard perçant... qui cherche des dauphins au loin?

Regard perçant… qui cherche des dauphins au loin?

18 décembre

Journée de pluie. J’en profite pour prendre une « grande » décision qui me trotte en tête depuis le début du voyage pour simplifier ma vie : me faire raser la tête. Ça fait plusieurs jours que j’hésite! Alex me rappelle une philosophie qu’il est bon de se remémorer parfois : dans la vie, il faut minimiser les regrets (« Life is about minimizing regret. ») Voilà, je regretterai peut-être de m’être rasé les cheveux mais si je ne le fais pas, est-ce que je regretterai toujours de ne pas l’avoir fait? C’est le moment idéal pour moi d’essayer cette nouvelle « coupe » de cheveux! Dans le motorisé, on peut prendre notre douche mais la pression est parfois bien basse, c’est difficile laver autant de cheveux. Puis, c’est long à sécher… bref, let’s go!

Charlotte pleure, petite cocotte a de la difficulté avec les changements. Puis, après le rasage, elle est fâchée mais bon… elle finit par me dire que je suis très belle.

Je suis devenue maman Kiwi.

Nous restons bien tranquille dans le motorisé, quelques préparatifs pour notre départ vers les Keys.

Courses en soirée : depuis notre départ, nous cherchons des assiettes en stainless steel. J’ai l’idée de chercher des épiceries asiatiques (il y a de ces assiettes au Chinatown de Montréal!) mais je n’ai pas de chance, puis je pense à une épicerie indienne, grâce à GoogleMaps, j’en trouve une à 25 minutes de route, je les appelle : ils ont ce qu’on cherche! 🙂

Ça me fait bien rire d’aller dans une épicerie indienne ici. Tous les produits me rappellent mon voyage en Inde et je pense aussi à mes amis qui y sont allés dont certains y retourneront bientôt (ils sont même peut-être déjà partis?! à vérifier!).

Dodo : Christal et Burt.

Charlotte est triste que je décide de me raser les cheveux. Moment mère-fille juste avant.

Charlotte est triste que je décide de me raser les cheveux. Moment mère-fille juste avant.

Voilà. Allègement total.

Voilà. Allègement total.

Le résultat! Charlotte prend la photo, elle adore faire de la photo! Je crois que cette permission de me prendre en photo avec le "gros appareil" de maman l'aide à faire la paix avec ma nouvelle coupe. Elle m'appelle Maman Kiwi et aime me caresser la tête.

Le résultat! Charlotte prend la photo, elle adore faire de la photo! Je crois que cette permission de me prendre en photo avec le « gros appareil » de maman l’aide à faire la paix avec ma nouvelle coupe.

Maman Kiwi!

Elle m’appelle Maman Kiwi et aime me caresser la tête. (et oui, bien que je porte 3 chandails différents, c’est bien la même matinée 😉 )

En plus d'avoir moins chaud, je pourrai voyager plus léger! Je cherchais une place où bien ranger ces items pour cheveux longs, j'allais même visser un crocher pour y accrocher mon fer plat puis je me rend compte du ridicule de la situation : je n'en aurai pas besoin avant un bon bout de temps ;) Nous avons bien rit.

En plus d’avoir moins chaud, je pourrai voyager plus léger! Je cherchais une place où bien ranger ces items pour cheveux longs, j’allais même visser un crocher pour y accrocher mon fer plat puis je me rend compte du ridicule de la situation : je n’en aurai pas besoin avant un bon bout de temps 😉 Nous avons bien rit.

19 décembre

Petit matin tranquille dans le quartier résidentiel où habitent Burt et Christal. On se rend dans les canaux tout près de chez eux. En fait, Alex et les enfants s’y rendent tandis que moi, j’en profite pour faire un peu de ménage dans le motorisé. Alex insiste pour que je sorte dans les prochaines 5 minutes, il met même une minuterie! Je m’en mordrai ensuite les doigts d’avoir voulu faire du ménage : pendant mon 5 minutes d’absence, un dauphin a sauté juste devant eux dans le canal! Évidemment, les enfants étaient bien excités de m’apprendre la nouvelle à mon arrivée près du canal! Wow.

Il paraîtrait qu’il souriait ce beau dauphin!

Quelques minutes plus tard, ce sont deux grands et gros lamantins qui passent près de nous tout tranquillement! Comme c’est impressionnant! Nous les voyons nager à un demi-mètre de nous (nous sommes tout près du bord du canal) et, un peu plus loin, ils sortent leur nez pour respirer.

On visite ensuite le canal à l’arrière de la maison de Christal et Burt : apparemment, ce n’est pas rare que des lamantins et des dauphins jouent dans leur cour arrière. Durant notre passage, nous y avons vu de nombreux poissons sauter mais aucun mammifère marin. On se reprendra bien.

Puis, déception : on s’aperçoit que le lancement de la fusée Falcon 9 prévu ce soir-là a été retardé 🙁 C’est décevant mais pas trop surprenant puisque le dernier lancement a échoué dû à une complication technique.

On décide de quitter en fin d’après-midi pour nous rapprocher des Keys. De cette façon, ça coupe la route en deux.

Avant de quitter, on cherche un endroit pour dormir après Miami. Je vois sur Freecamping.net que nous pouvons dormir dans un Costco à Kendall, une banlieue de Miami. Il n’y a aucun commentaire d’internaute l’ayant fait par contre mais nous nous disons que nous irons voir. Les enfants ont un petit spécial : on leur permet d’écouter un film durant le transport. Ils sont aux anges… et, pour une fois, nous ne les entendons pas de toute la route restante. Nous arrivons là-bas à 22h : c’est une banlieue très cossue et un centre d’achat pour auto, comme nous les appelons. Il y a des affiches partout : « Tow zone, no unauthorized vehicle ». Bref, nous faisons certainement partis des véhicules non-autorisés et nous ne sommes pas les bienvenus. Nous sortons du stationnement et on voit déjà une remorqueuse! Bon, ça confirme nos doutes.

En regardant sur GoogleMaps, on voit une église juste à côté. Nous décidons d’y dormir. Il y a une fête pour Noël, des chansons latines nous donnent presque envie de danser! Mais tant pis, au lieu, nous dormons d’un sommeil bien mérité. Même si moi, je dors d’une oreille seulement 😉

Route : 335 km (208 miles) de Satellite Beach à Kendall, banlieue de Miami.
Dodo :  stationnement d’église.

L'endroit où un daupin et 2 lamantins ont été aperçus, juste sur le bord sur lequel nous nous tenons. Vraiment impressionnant.

L’endroit où un daupin et 2 lamantins ont été aperçus, juste sur le bord sur lequel nous nous tenons. Vraiment impressionnant.

Plage à Satellite Beach, juste avant notre départ pour les Keys. Un (dernier?) au revoir à ce bel endroit où nous avons passé du bien bon temps! Si ce n'était pas de l'air frais, j'en connais deux qui auraient bien voulu essayer encore une fois nos planches!

Plage à Satellite Beach, juste avant notre départ pour les Keys. Un (dernier?) au revoir à ce bel endroit où nous avons passé du bien bon temps! Si ce n’était pas de l’air frais, j’en connais deux qui auraient bien voulu essayer encore une fois nos planches!

Il vente mais ça n'empêche pas Léo de jouer sur la plage, il adore.

Il vente mais ça n’empêche pas Léo de jouer sur la plage, il adore.

J'aime pas le vent moi!

J’aime pas le vent moi! Deux tempéraments bien différents.

20 décembre

Courses chez Costco où nous retrouvons presque les mêmes items mais, ce qui est le plus drôle, c’est que le magasin est disposé presque de la même façon qu’au Québec. Donc, on s’y retrouve pas trop mal mais on ne trouve pas de noix sans sel, ni de crème sûre à 18% de matière grasse. 😉 Et, comme au Québec, c’est la folie à 5 jours de Noël. On essaie de sortir de là le plus vite possible avant de devenir fou.

Le poulet rôti coûte 6$. C’est bien ce qui coûte le moins cher aux USA. On dépense beaucoup en fruits et légumes par ici. Alex achète aussi une caméra de recul qui fera peut-être mieux le travail que moi pour l’aider à reculer notre maison au bon endroit! Je pensais trouver des cadeaux de Noël pour nos cocos mais non, je n’y trouve aucune bonne idée.

Nous nous rendons aux Keys, nous sommes à environ 2.5 heures de route de notre camping à Long Key (à la vitesse de tortue à laquelle nous roulons avec le motorisé, du moins!) : 130 km (80 miles). C’est une journée grise mais, à chaque fois que nous entrevoyons la mer entre les buildings ou les arbres et surtout sur les nombreux ponts, c’est très beau : la mer est d’un beau turquoise par endroit.

Nous arrivons au camping et j’ai une mini déception quand je m’aperçois que le camping longe l’unique route traversant les Keys. Bon, tant pis pour le silence. Par contre, le terrain est juste à côté de la mer, quelques pas et nous y sommes 🙂 Puis, la faune et la flore sont très riches, malgré la proximité de la route. Ces constatations me remettent de bonne humeur. Est-ce que l’endroit parfait existe si nous sommes toujours à la recherche de quelque chose de plus, de mieux? L’endroit parfait peut être partout en autant que nous nous sentions bien nous-mêmes.

En fin d’après-midi, un voisin vient nous voir : ils ont fait beaucoup de bouffe et nous invitent! Comme c’est gentil! Je prépare rapidement une salade de fruits pour partager. Ils sont du Kentucky, 4 fils (entre 14 et 22 ans je dirais) avec leurs parents. Après discussion, j’apprends qu’ils ont en fait 9 enfants dont 2 filles et un petit-enfant à venir. Notre première bénédiction, par le père, tout en se tenant les mains tout le monde ensemble. Des religieux, donc. Des discussions pour le moins intéressantes même si nous ne nous sommes pas aventurés sur des terrains très très glissants.

De retour dans notre maison, je fais mes vérifications habituelles pour trouver d’autres nuits de camping dans les Keys : je déniche 3 nuits au John Pennekamp Coral Reef State Park du 25 au 28. 🙂

Voilà, nous venons de trouver le cadeau de Noël idéal pour les enfants : une balade en bateau avec le fond vitré au-dessus des coraux.

Dodo : terrain 47, Long Key State Park, 36$/nuit.

La route avec nombreux ponts des Keys. Avec le ciment peint turquoise... pour rappeler la couleur de l'eau?

La route avec nombreux ponts des Keys. Avec le ciment peint turquoise… pour rappeler la couleur de l’eau?

Le turquoise au loin, les algues sur le bord.

Le turquoise au loin, les algues sur le bord.

21 décembre

Journée complète à explorer le parc. Les pieds dans l’eau, en vélo ou à pied. Nous observons un héron blanc (seulement présent en Floride) manger des lézards sur notre terrain, juste devant nous. Un aigle « osprey » (aucune idée du nom en français) attraper un poisson en plongeant dans l’océan. De nombreux Bernard-l’ermite, des crabes et des trous de crabes, des puces de sable, des méduses bleues (toutes hors-de-l’eau toutefois, sèches), des poissons (morts et vivants),… Il y a tant de choses à voir et à apprendre! Nous attrapons plusieurs petits êtres vivants et les enfants passent des heures à les observer avec les petits voisins qui viennent du Kentucky eux-aussi mais pas les mêmes qu’hier (4 cousins qui ont entre 6 mois et 7 ans ceux-là). Léo met de plus gros coquillages trouvés sur les plages visitées auparavant pour voir si certains Bernard-l’ermite changeront de maison : eh bien oui! Certains empruntent de nouvelles maisons à Léo jusqu’à ce qu’ils soient encore une fois trop grand pour leur ancienne coquille. Fidèle à mon habitude, je leur dis de bien faire attention à ces petites bestioles fragiles et je les avertis déjà qu’on les libérera dès la nuit tombée. Un des petits voisins arrachent une patte à un Bernard-l’ermite! Les enfants sont outrés!

Léo attrape son premier lézard, le premier d’une longue série, je suis prête à parier.

Nous voulons un livre sur la faune et la flore des USA! À trouver…

Nous parlons à un jeune couple de la Floride qui ont parcouru le pays avec leur RV. Elle nous donne plein de trucs et de « must-sees ». En plus, puisqu’elle est prof en biologie, nous apprenons des noms d’animaux vus dans le parc et de crustacés découverts dans la section rocheuse de la plage 🙂

Dans le motorisé, nous découvrons de nouveaux colocataires : une autoroute de fourmis. Hum. Je les balaie mais elles sont nombreuses!

Comme prévu, nous libérons les Bernard-l’ermite et les crabes trouvés par les enfants à la tombée de la nuit. Je crois que 3 petits crabes ne survivront pas… Léo comprend déjà que nous ne laisserons pas des animaux, crustacés ou insectes dans un bac toute une journée dorénavant. Nous les regardons se sauver vers la mer à la lumière de la quasi pleine lune.

Dodo : au paradis, mais un paradis venteux en titi! Et je sens des petites pattes sur moi toute la nuit… si c’est vrai ou si je sens des fourmis fantômes, je ne le saurai jamais.

Un héron blanc, oiseau typiquement floridien, qui vient nous rendre visite pour nous débarrasser d'un lézard ou deux. Je trouve ça dommage... je les aime bien moi les petits lézards! Mais Léo me rappelle à l'ordre : maman, c'est un équilibre la nature.

Un héron blanc, oiseau typiquement floridien, qui vient nous rendre visite pour nous débarrasser d’un lézard ou deux. Je trouve ça dommage… je les aime bien moi les petits lézards! Mais Léo me rappelle à l’ordre : maman, c’est un équilibre la nature.

Encore lui! Il a faim en même temps que nous cette fois.

Encore lui! Il a faim en même temps que nous cette fois.

Paysage à l'intérieur des Keys, un canal où ce serait bien tentant d'aller en kayak!

Le premier lézard attrapé par Léo (ce sont les mains du papa mais c'est bel et bien le fils qui l'a attrapé).

Le premier lézard attrapé par Léo (ce sont les mains du papa mais c’est bel et bien le fils qui l’a attrapé).

Dans un sentier à l'heure du coucher de soleil, c'est beau mais une mauvaise idée avec les "No-See-Ums" puisque, comme le nom le dit, on les voit à peine : ils piquent et ça perdure longtemps dans mon cas et aussi pour Charlotte.

Dans un sentier à l’heure du coucher de soleil, c’est beau mais une mauvaise idée avec les « No-See-Ums » puisque, comme le nom le dit, on les voit à peine : ils piquent et ça perdure longtemps dans mon cas et aussi pour Charlotte.

22 décembre

Journée avec « douche » comme l’indique la météo d’ici : petites ondées prévues durant la journée avec des nuages ici et là et toujours ce vent du nord qui nous amène sur la plage ce que je croyais être des méduses. Ce sont en fait des Portuguese man-o-war ou Galère portugaise, Physalie en français, dont le venin est dangereux pour l’homme. Nous en tassons plusieurs de la plage pour être certains qu’aucun petit ou grand pied n’ira s’y frotter.

Nous avions prévu aller à une autre plage pour voir une autre partie des Keys mais, vu la météo incertaine, on décide de rester ici.

Il y a beaucoup d’algues dans l’eau près de la plage mais on voit au loin de l’eau plus claire, turquoise, ça semble être des bancs de sable, ce n’est pas profond sur une bonne distance. Nous décidons d’aller voir. En effet, ce n’est pas profond mais ce n’est pas non plus très agréable de marcher dans ces algues qui sont parfois un peu dures sous les pieds. Il y a bien un banc de sable mais il reste tout de même un peu d’algue et le sable est gluant. Au loin, on aperçoit une des ondées annoncées par la météo, on revient donc sur la plage. Les enfants n’ont pas eu d’eau plus loin que les hanches même si nous avons marché longtemps dans l’eau.

Méga averse à la fin de l’après-midi! Et c’est le moment qu’on décide pour aller à la station de vidange. Beau timing avec plein de No-See-Ums.

Petites courses à Marathon, notamment pour acheter de la terre de diatomées (diatomaceous earth) afin d’éloigner les fourmis de notre maison. J’en profite pour acheter un bas de Noël… on verra bien ce que le Père Noël mijote 😉

Dodo : un paradis drôlement humide cette fois-ci!

En route vers l'eau turquoise!

En route vers l’eau turquoise!

L'eau est claire, le "gazon de mer" est assez confortable mais il se transforme vite en une autre espèce d'algue et là, ça l'est moins.

L’eau est claire, le « gazon de mer » est assez confortable mais il se transforme vite en une autre espèce d’algue et là, ça l’est moins.

Assez loin de la plage mais pas très profond.

Assez loin de la plage mais pas très profond.

Mer calme, malgré le vent. Il y a des récifs qui coupent les vagues au loin. Et vous voyez l'orage venir plus loin?

Mer calme, malgré le vent. Il y a des récifs qui coupent les vagues au loin. Et vous voyez l’orage venir plus loin?

Quand on est tanné de la sensation sur les pieds, on trouve d'autres moyens.

Quand on est tanné de la sensation sur les pieds, on trouve d’autres moyens.

3 réflexions sur “Space Coast et Keys (14 au 22 décembre 2015)

  1. Inspirant!! Wow! Pour la nouvelle tête. Toujours au Qc, mais départ le 15 janvier. On se fera un skype Inde – USA . Amusez-vous!

  2. Merci de nous permettre de vous suivre! C’est génial votre blog! Un beau bonjour de tout le monde et un coucou particulier aux enfants de la part des enfants! 😉

  3. Vous formez une vrai belle famille très unis. L’idée du bateau avec fond vitré pour Noel est génial.
    Johanne xxx

Laisser un commentaire