Vous pouvez m’aider!

Vous avez peut-être lu ma montée de lait concernant la CPTAQ qui nous empêche de vivre sur notre terre…

Malgré ce refus de la CPTAQ, je connais la solution pour réussir à vivre sur ma terre avec ma famille (je pense… et j’espère!!). Ma demande irrecevable était une demande d’autorisation pour utiliser une parcelle de la terre à des fins autre que l’agriculture : je demandais l’autorisation d’utiliser la remise actuellement sur la terre comme résidence, incluant le terrain autour.

L’autre possibilité est que je déclare l’exercice d’un droit.  En tant qu’agricultrice, j’ai le droit d’habiter sur ma terre (article 40 de la LPTAA). Je dois donc leur prouver que je suis bel et bien agricultrice. Au départ, j’ai cru que d’être enregistrée au MAPAQ (Ministère de l’Agriculture et blablabla) était suffisant, mais non. Voilà pourquoi j’ai tout d’abord tenté de faire une demande d’autorisation.

Le MAPAQ exige 5000$ de revenu annuel pour conserver mon titre d’agricultrice et ils sont compréhensifs par rapport au fait que les cultures de fruits peuvent prendre des années : en autant que je continue à investir sur ma terre pour y faire pousser des fruits (plantation, irrigation,…), je garderai ma carte d’agricultrice.
MAIS, le MAPAQ et la CPTAQ ne discutent pas ensemble. Ils n’ont pas les mêmes critères.

Voici les critères de la CPTAQ pour qu’ils considèrent que je peux exercer mon droit et habiter ma terre :

  • Le temps consacré aux travaux agricoles
  • Les revenus agricoles comme principale source de revenus
  • L’exploitation doit être viable
  • L’expérience du producteur agricole
  • La notoriété

Chacun de ces critères a un poids différent. Il y a apparemment des maisons qui se construisent alors que l’exploitation en est à ses débuts, qu’il n’y a pas de revenus la première année, mais que le plan d’affaires sérieux a convaincu la Commission. Dans d’autres cas, la Commission va préférer attendre que l’exploitation soit bien en place. Si c’est notre cas, ça pourrait prendre quoi? 3-4 ans avant que nos bleuets et autres fruitiers produisent à leur pleine capacité? On va tout de même essayer de faire cette demande plus rapidement que dans 3-4 ans.

Un plan d’affaires sérieux. Croyez-moi, je vais faire en sorte qu’il le prenne au sérieux mon plan d’affaires et qu’ils considèrent que mon exploitation sera viable même si je n’ai pas un gros revenu les premières années (le temps que les arbustes et arbres fruitiers poussent).

L’expérience du producteur. Hé ben ça, je ne peux pas y changer grand chose. Je suis de la relève, que voulez-vous, il faut bien commencer quelque part. Encore un cas, comme avec les quotas agricoles et acéricoles, qui favorise ceux qui sont là depuis longtemps. Je vais par contre m’inscrire à une formation ou même plusieurs formations et j’ai déjà fait des stages d’apprentissage sur des fermes. Encore là, je fais tout ce que je peux pour qu’ils me prennent au sérieux. Puisque je le suis, sérieuse.

La notoriété. C’est là que vous pouvez m’aider!
Allez aimer ma page Les Jardins de Melbourne!
C’est notre projet familial, bio, écologique.

Et ça va marcher.

2 réflexions sur “Vous pouvez m’aider!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *