What could go wrong? (Du 15 au 29 mars)

Il y a des jours où je me demande si on a bien fait de retourner à la ferme…

Première raison de mon doute : le chien préféré des enfants, Daemon, s’est fait blesser… il s’est fait passer sur les pattes arrières par nul autre que… notre motorisé!!!! Daemon nous aime beaucoup (bon ok, il aime beaucoup les ENFANTS) et est souvent autour de notre maison sur roues, en attente qu’un de nous lui lance la balle.

Mais ce jour-là, nous partions faire des courses, il pleuvait à boire debout, Daemon s’est réfugié SOUS le motorisé ce que nous n’envisagions pas le moins du monde et, cahin-caha, le motorisé a réussi à avancer. Il y avait des trous, creusés par les chiens, dans le sable où nous étions stationnés alors nous avons pensé que le relief était dû à ces trous mais c’est là que nous avons entendu les pleurs, que dis-je!, les cris de douleur de Daemon. « On lui est passé dessus!! » m’écriais-je effarée.

Je m’élance dehors et je vois ce pauvre loulou en train de tituber. Il est fait fort Daemon, c’est un athlète, à toujours courir comme ça, toujours prêt! Il s’est donc relevé, bien que péniblement et a marché, sur 2 pattes et demie. Oh là là. Nous nous sentions tellement triste et mal à l’aise, c’est le moins que l’on puisse dire.

« OK Alex, qu’est-ce qu’on fait? On se sauve! On ne revient pas! » J’y ai pensé un peu sérieusement pendant 2 secondes mais non, j’aime trop ce chien pour ne pas me soucier de comment il va. Toute l’après-midi, je n’ai cessé de réfléchir à ce qu’on aurait pu faire différemment : « Si je n’avais pas voulu aller faire des courses aussi! », « Si l’un de nous était resté dehors, on l’aurait vu! », « Ah! Si seulement nous l’avions laissé à l’intérieur de la maison! », « On aurait dû le faire entrer dans le motorisé! »,… jusqu’à ce que Joseph me dise que ça aurait pu être un enfant. Oh my my.

Daemon a eu des radiographies : pas de fracture, probablement une petite fissure dans une vertèbre.

Quelle chance! C’est probablement son tas de muscles et le sable mou dans lequel il était couché qui a fait une grande différence! En 3 jours, il marchait à nouveau! Il ne pourra pas courir avant un certain temps mais, il marche, c’est déjà ça. J’y repense et je suis encore triste.

Morale de cette histoire : regarder sous le motorisé avant de partir.

Même blessé, Daemon était souvent près des enfants... on se demande pourquoi ;)

Même blessé, Daemon était souvent près des enfants… on se demande pourquoi 😉

Une permission spéciale pour notre grand blessé... il n'a pas trop apprécié tout compte fait et les enfants ont bien vu ce que je veux dire par "on n'a pas de place ici pour avoir un chien!".

Une permission spéciale pour notre grand blessé… il n’a pas trop apprécié tout compte fait et les enfants ont bien vu ce que je veux dire par « on n’a pas de place ici pour avoir un chien! ».

Deuxième raison de mon doute : l’un de nous est toujours en train de travailler. Passer du temps en famille, en quatuor, tout en étant sur une ferme où il y a tant à faire est difficile apparemment.  😛

Selon Alex, il fallait qu’on organise nos sorties la veille pour qu’on puisse orienter nos journées de la bonne façon. Je suis plutôt du type organisation spontanée, c’est bien la joie d’être en motorisé, la spontanéité, non?! Mais bon. Avoir su, j’aurais planifié!

N’empêche, j’ai aimé être à cet endroit magnifique, entourée par la nature, j’ai vu un hibou dans un arbre tandis que les enfants sautaient sur le trampoline, il s’est envolé comme Léo s’est mis à crier de joie. Dans ces moments-là et d’autres encore, je me dis que nous sommes chanceux.

Quelques jours avant de quitter, nous avons eu la chance de rencontrer une mignonne tortue trouvée sur le terrain par Joseph. Il allait passer dessus avec son pick-up en fait et l’a vue juste à temps. Il a de bons yeux dis donc parce que, parmi la végétation, ça passe plutôt inaperçu une petite tortue comme celle-là!  C’est une Gophère polyphème ou Tortue gaufrée de son petit nom, une tortue terrestre (Gopher Turtoise dans la langue de Shakespeare, pas une Turtle puisque ce terme est réservé aux tortues vivant dans l’eau, nous n’avons pas cette distinction dans notre langage courant en français). Nous l’avons gardé sous observation quelques jours avant de la relâcher dans la forêt. Elles sont menacées ces tortues alors, souhaitons-lui bonne chance!

Plein de papillons virevoltaient maintenant! Deux spécimens comme celui-ci ont par contre été pris au piège dans la serre... mort les papillons.

Plein de papillons virevoltaient maintenant! Deux spécimens comme celui-ci ont par contre été pris au piège dans la serre… trop chaud pour eux je suppose, ils sont morts les papillons. Ils auront au moins donné leur corps à la science : on a bien pu les observer tranquillement sans craindre de les tuer!

Petits avantages d'être sur une ferme...

Petits avantages d’être sur une ferme…

Mon Léo qui aime le doux s'en donnait à coeur joie!

Mon Léo qui aime le doux s’en donnait à coeur joie!

C'est à ça que ça ressemble un système d'aquaponie! Des bacs avec des poissons (le bac blanc au fond), beaucoup de tuyaux, des bacs noirs avec des billes (comme pour l'hydroponique) où l'eau du bac à poissons circule pour apporter des nutriements aux plantes qui s'y trouvent (c'est riche de l'eau rempli de cacas de poissons ça l'air). En plus, une table pour les semis dans le centre de la serre qui est aussi alimentée par la même eau qui se remplit et se draine automatiquement (plus besoin d'arroser les plantes 4 fois par jour! Yé!).

C’est à ça que ça ressemble un système d’aquaponie! Un bac avec des poissons (le bac blanc au fond), beaucoup de tuyaux, des bacs noirs avec des billes (comme pour l’hydroponique) où l’eau du bac à poissons circule pour apporter des nutriments aux plantes qui s’y trouvent (c’est riche de l’eau rempli de cacas de poissons ça l’air). En plus, une table pour les semis dans le centre de la serre qui est aussi alimentée par la même eau qui se remplit et se draine automatiquement (plus besoin d’arroser les plantes 4 fois par jour! Yé!).

Tranche de vie.

Tranche de vie.

Récolte de shiitakes!

Récolte de shiitakes!

À force de discutailler avec mon chéri, nous avons donc conclu que nous respections notre engagement fait à Joseph de rester encore 2 semaines (suite à notre séjour à la plage de St-Augustine) et que nous quittions la ferme le 23 mars.

Avant de quitter ce mercredi-là, j’ai transformé le jardin en salon de coiffure. C’est parfait selon Joseph d’avoir des cheveux dans le jardin puisqu’ils éloignent les chevreuils!

Puis, direction Gainesville où nous avons fait des courses dans un super petit magasin avec bouffe organique et en vrac. Les enfants étaient contents de choisir et de mettre dans les sacs eux-mêmes. Puis, dodo dans un… Walmart! Quelle surprise! Ici, dans le nord de la Floride, c’est plus facile de trouver un Walmart qui accepte que nous dormions dans son stationnement. Ce n’est pas comme ça partout en Floride, surtout plus au sud, où nous avons eu beaucoup de difficultés à trouver des endroits où boondocker à certains moments de notre voyage!

Le lendemain, un peu de route pour nous rendre à une rivière où nous pouvons faire une activité très prisée ici : du « tubing » qui consiste à descendre une rivière en flottant sur des tubes (sic!) gonflables. Mais attention, ce ne sont pas des rivières ordinaires… non non non! Des rivières dont l’eau est claire, provenant d’une source à température stable toute l’année, été comme hiver. La Ichetucknee River est à 71.4 F toute l’année. C’est pas chaud chaud… mais c’est plus chaud que l’océan en ce moment donc, on ne se plaint pas. C’est en plein été que la saison du tubing bat son plein! Il y a alors une navette qui assure le transport des arrivants en bas de la rivière vers leur automobile dans le haut de la rivière, là où se trouve la source. La durée de la descente à cette belle période? 2-3 heures! Ce n’était pas possible pour nous… pas la bonne saison pour les Snowbirds, alors, en plus d’avoir des parties de la rivière fermées pour rénovation et restauration, la descente ne durait que 45 minutes et il fallait marcher. Avec la patience légendaire de nos cocos pour la marche (NOT!), nous n’avons donc fait que 2 descentes alors je me suis mise à rêver d’être encore dans le coin cet été pour faire la descente de 2-3 heures 😉

Sans blague, c’est vraiment chouette! Assez relax comme activité… une fois sur la rivière. Mais 45 minutes, c’est trop court pour tous les préparatifs à faire. Il nous fallait louer ou acheter des trucs gonflables, trouver la bonne place et nous y rendre (pas l’entrée nord du parc, l’entrée sud du parc!), gonfler nos trucs gonflables, marcher jusqu’au bon quai pour le début de la descente (c’était mal indiqué alors nous avons commencé par marcher vers le quai de sortie!), flotter (wow!), remarcher jusqu’à, soit l’entrée pour une Xe descente, soit vers ton véhicule. Vous voyez le topo. Si nous y retournons, j’essaierai de trouver une descente qui dure plus d’une heure.

Photo : wikipédia

Nous avons croisé sur notre chemin un lézard bien particulier… le scinque pentaligne, à rayures oranges et bleues. Les juvéniles et les femelles sont de cette couleur. Les mâles sont ennuyeux… pour une fois que ce sont les mâles qui sont plates 😛
Merci à Léo de nous avoir retrouvé son nom dans son encyclopédie des animaux! Il se rappelait l’avoir vu dans ce livre longuement feuilleté! Et merci à Wikipédia pour la photo.

Au moins, la marche était intéressante… malgré les plaintes quasi-incessantes des enfants « On arrive bientôt? », « Dis maman, c’est encore loin », « Et là, c’est encore loin »… « OUI! C’est très TRÈS loin encore! »

Durant la descente/flottaison, nous avons vu de nombreux poissons mais le courant est rapide alors il faut avoir l’oeil! Puis, des adolescents casse-cou qui sautaient d’un arbre dans la rivière… comme nous passions sous eux, littéralement, un serpent nageait vers la rive opposée! D’après Alex, c’était un serpent à sonnette puisqu’il avait la tête large. Les adolescents l’ont sûrement dérangé un brin et, heureusement, il a décidé de prendre la fuite. Inutile de vous dire que la réponse était claire quand Léo nous a demandé d’aller nager dans l’eau! Non Léo, tu restes dans le bateau. Alex a aussi eu l’impression de voir un alligator au loin.

Mais j’vous le dis, c’était très très relax comme activité!

Nous avons dormi près du parc et, le lendemain, c’était la source en amont qui nous attendait! Wow! Nous avons préféré pouvoir prendre notre temps. Nous avons acheté des lunettes de plongée avec notre prescription. Quelle différence!!! Si vous êtes myope et aimez nager dans des endroits naturels (avec eau claire de préférence), ça vous prend définitivement ça.

(Ne faites pas comme moi par contre, j’ai choisi par inadvertance des lunettes miroir sur Amazon.. avec mes cheveux courts, mon wetsuit et mes lunettes miroirs, ça me fait tout un style, j’vous jure! Faudra venir avec moi dans un lac près de chez vous pour me voir attriquée comme ça 😉 )

Des poissons argents, des poissons rayés, des poissons bleutés, des poissons aiguille, des tortues blanches à pois noirs, des tortues vertes.

L’eau est froide et j’étais bien contente d’avoir mon wetsuit.

À moi, les eaux froides des lacs québécois et le fleuve cet été! Plus aucune eau froide ne sera à mon épreuve! Mouahahaah!

Nous avions décidé de dormir à la même place que la veille : à l’entrée du parc, après les barrières. On se disait qu’on n’était plus sur leur terrain après tout… mais le ranger ne l’a pas entendu ainsi cette fois-ci. Il nous a demandé de quitter. Zut de zut. En près de 4 mois en Floride, c’est la première fois que ça nous arrive de nous faire déranger « en pleine nuit ». En fait, les enfants dormaient, pas nous.

Installe les sièges, réveille les enfants, on part!

Direction : Lake City, Cracker Barrel, un restaurant qui accueille les RV. Pas de danger de se faire réveiller ici! Pas par quelqu’un du moins mais par l’autoroute, peut-être un peu plus. Je regrette soudain la tranquillité de l’entrée du State Park où nous étions hier ou même de la ferme!

Le lendemain, la mouillasse. Nous en avons profité pour régler quelques trucs en ville comme poster une lettre que les amis Loups de mer (CPE) de Charlotte attendent depuis longtemps! Ils vont être en retard dans les nouvelles puisqu’elle y parle principalement de notre vie sur la ferme (que dis-je… des ANIMAUX sur la ferme serait plus juste) mais bon, vaut mieux tard que jamais!

On se rend aussi à une source près de la rivière Suwannee… on se dit qu’on se baignera malgré le temps gris mais, arrivé là-bas, la pluie reprend, il fait plus frais, puis personne n’est mécontent de ne pas avoir envie de se baigner puisque l’eau de la source sent horriblement mauvais. « Ça sent le pet! » remarque Charlotte. En effet, l’eau est sulfureuse et ça enlève le goût de la baignade assez rapidement. Et dire que, à la fin du 19e siècle, des gens ont fait de l’argent sur le dos de pauvres malades en leur disant que cette source avait des propriétés thérapeutiques… C’est l’ancêtre des spas modernes mais on m’aurait payé cher pour que je m’y baigne!  

On se promène le long de la rivière Suwannee dans un décor insolite.

Dodo au bout de la route, près d’un vieux pont abandonné. Il pleut à verse, on se dit que les adolescents qui font des mauvais coups ici (comme les graffitis mettons) ne viendront pas y faire un tour ce soir! Quelques-uns viennent tout de même. Je dors mal. Puis, j’entends un coup de fusil. Aye aye aye. Je n’ai pas redormi et je portais bien attention aux bruits! Finalement, tout le monde a bien dormi… sauf moi. Aucun accident à signaler.

Reste que, ça rend un peu parano l’omniprésence des fusils.

Logo de la NRA un peu partout, munitions à vendre entre les M&M et les cannes à pêche, même les enfants trouvent ça bizarre. Ce qui m’étonne, c’est de n’avoir encore jamais vu un civil porté son fusil en bandoulière.

Le lendemain, mouillasse encore. Bon. Tant pis pour la baignade promise aux enfants, on se reprendra une autre fois! Par contre, une chasse aux trésors de Pâques les attend! Joyeuses Pâques!

On part ensuite vers le State Park Stephen Foster Folk Culture Center.  Sans réservation mais c’est Pâques, je me dis qu’il y aura certainement deux petites nuits pour nous! Hé oui. On a de la chance en plus : un terrain tout près d’un module de jeux. Des activités nous y attendent : il y a de petits ateliers d’artisans. Nous y rencontrons un forgeron qui nous fabrique un « drive hook », un crochet qu’on peut directement clouer dans le bois, ce sont les crochets qu’utilisaient les gens pour accrocher les bas de Noël à la cheminée, dans le temps qu’être forgeron était une profession et non pas seulement un hobby. Bien joli! Puis, Léo fait quelques rangs avec un métier à tisser. Vélo, promenade près de la rivière et… recherche de dents de requin sur notre terrain de camping! C’est Charlotte qui a trouvé une dent la première. Je n’y croyais pas. Dans de petites roches, des dents de requins, à 130 km d’une plage. Y’a pas à dire, la nature continue de m’épater.

En partant du terrain de camping aux dents de requin ce matin, je me suis rendue compte que je ne savais pas quoi mettre dans le GPS comme destination. « Heu… Alex… on s’en va où? »

À suivre 😉

Laisser un commentaire