Wild, lecture d’été.

Un livre trempé traînait par terre sous une table à pique-nique.
Je devais le sauver de la noyade. Je l’ai soulevé délicatement pour ne pas déchirer ses pages déjà suffisamment abimée et je l’ai laissé au soleil toute une journée. Il a tranquillement séché pendant que je discutais avec des amies que nous étions venus rejoindre à l’un de nos campings préférés.

Parenthèse concernant ce camping : un camping génial pour les familles (surtout) avec leurs embarcations à disposition de tous pour parcourir leur petit lac, castor inclus que vous pourrez voir si vous êtes chanceux, des sentiers dans la montagne, une cuisine communautaire, un grand abri en cas de pluie,… Un camping où on semble connaître tout le monde. Un secret qui commence à être assez populaire : pas facile de réserver l’auberge pour une fin de semaine, faut se prendre de bonne heure! Je devrais taire son nom…
Ah pis non, vaut mieux le faire découvrir à tous. On ne peut plus y camper de toute façon : notre motorisé s’est fait refusé l’entrée. Trop grosse, notre Bertha. On s’est donc stationné sur le côté d’une petite route juste avant l’entrée pour se faire plus discret.
C’est Aux berges du lac Castor à St-Paulin. Beaux souvenirs garantis.

J’ai ramené le livre dans notre maison sur roues. Il était encore humide, la couverture s’était détachée mais il me paraissait plein de promesses.

Livre Wild

C’est l’histoire vécue d’une jeune fille assez naïve merci qui s’aventure dans une randonnée de 1700 km, mal préparée, sans aucune idée de ce qui l’attend. J’ai eu un fou rire lorsque l’auteur décrit la première fois qu’elle a tenté de mettre son sac à dos sur son dos. Je ne me suis (encore!) jamais embarquée dans une longue randonnée en solo mais j’avoue que je me suis reconnue un peu dans cet épisode d’enfiler un sac à dos trop gros.

Après avoir passé plusieurs minutes par jour à planifier nos prochaines journées, à planifier notre prochain voyage, à planifier notre prochaine année et tout ce que ça comporte d’être nomades, après avoir lu quelques pages concernant le « unschooling » ou « Le cerveau de votre enfant », je m’accorde quelques minutes de lecture avant de m’endormir.

Je suis rendue à la page 80. Comme dirait Léo, mon petit crochet est déjà bien accroché.

2 réflexions sur “Wild, lecture d’été.

  1. J’y vais cette fin de semaine, j’ai bien hâte ! En tout cas, je note le nom de cette lecture qui m’inspire pas mal à moi aussi 🙂
    Laury

Laisser un commentaire